1959

25/09/2008

La mort d'un prof.

Adieu, Monsieur le Professeur

Il s’appelait Christophe SALVI.

Il avait été le prof. de ma fille pendant près de deux années à l’école primaire de Trembley 1.

Je l’avais rencontré trois ou quatre fois. Toujours j’avais été impressionné par sa chaleureuse attention vis-à-vis des parents, et aussi par la rigueur du programme effectué en classe. La qualité des prestations du Département de l’instruction publique au niveau primaire, dans notre canton, mérite d’ailleurs d’être relevée. Je parle du travail minutieux et passionné des enseignantes et des enseignants, bien entendu.

Lors de notre dernière rencontre, il m’avait informé qu’il avait été l’élève de mon frère Tariq, lorsque ce dernier, avant de connaître la brillante carrière académique que l’on sait, professait encore au Cycle des Coudriers. Il est des enseignants qui suscitent incontestablement des vocations et qui marquent à tout jamais leurs élèves…

Comme le monde est petit !

Et combien la vie y est si courte !

J’ai appris cette semaine la mort de Christophe SALVI, à l’âge de 33 ans.

Avant de le quitter, j’avais perçu dans son regard une inquiétude que je ne m’explique qu’aujourd’hui. Il savait probablement alors le mal dont il était atteint, et il devait avoir conscience de sa gravité. Et cependant, il cachait la chose derrière un sourire et une bonté qui ne le quittaient pas. On nous a appris ensuite qu’il serait remplacé.

Puis est venue la terrible nouvelle.

A présent, je regrette de ne pas lui avoir parlé de ma foi. De ne pas avoir eu l’occasion de lui rappeler que nous sommes tous des condamnés en sursis, même si pour certains, l’attente est seulement un peu plus longue. Que Dieu existe et que la vie n’aurait pas de sens sans cela ! Je n’en ai pas eu le temps, et j’en suis triste. J’aurais voulu tenir sa main avant qu’il ne s’en aille.

La mort est là pour nous faire comprendre que tout individu est unique, irremplaçable, et que sa disparition est irrémédiable, du moins ici-bas. Son message est salutaire pour nos cœurs : nous devons agir avant qu’il ne soit trop tard.

Aimer et témoigner.

Ecrire à la craie blanche au tableau noir :

« A Dieu nous appartenons, et à Lui nous revenons. » (Coran, 2, 156)

08:48 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook | | | |

Commentaires

"La mort est là... pour nous faire comprendre que la disparition de tout individu est irrémédiable". Voilà un beau pléonasme très réconfortant... Nul doute que le maître d'école de votre fille l'eût apprécié à sa juste valeur.
Peut être aussi qu'il a apprécié, justement que vous ne lui rabattiez pas les oreilles avec une forme indéniable de prosélytisme en un moment particulièrement délicat de son existence.
Certaines personnes considèrent comme une liberté de ne pas appartenir à Dieu. Cela vous dérangerait-il de les laisser en paix ? S'il avait ressenti le besoin d'une parole religieuse, ou d'une parole religieuse de plus, nul doute que vous connaissant, il vous en aurait parlé.
Par ailleurs, bien qu'étant intimement persuadé de sa non existence, je sais aussi que s'il existait, il ne serait pas bête et méchant au point d'exiger des signes d'allégeance à son égard avant d'accueillir des personnes de bien. Ou alors, si c'est le cas, ce dieu là ne m'intéresse pas. Plutôt rôtir dans les flammes de l'enfer que de céder à un tel chantage.

Écrit par : Philippe Souaille | 25/09/2008

salam

Vous lui en avez peut-etre parlez sans vous en rendre compte, Allah est Dhahir et Batin, il passe des fois par le ridrect et des fois par l'indirect...

En tout cas, on s'aperçoit bien qu'une ame humaine ,vaut bien plus qu'un minaret

Et que le coeur et la dignité d'un etre vaut bien plus que tout les discours sur le respect d'un principe(on pensera au lien parents enfants)

On perds parfois un enfant, parce qu'on se perds dans le respect d'un principe...

Les intellectuels musulmans(femme, et homme) doivent parler sur cela, Allah n'aime pas le fassad, y compris celui des parents, le prophète (alayhi çalat wa salam) avait prévenu, Allah demandera des comptes...

Beaucoup de coeur ne parlent pas avec la bouche, mais Allah sait la soufrance, qu'il vivent sur ce sujet...

Wa Rabouna Rahmanou Mousta ane

Écrit par : Ahmad | 25/09/2008

bonjour Mr Souaille vous qui ne croyez pas en Dieu comment pouvez vous dire si Dieu existait,il ne serait pas bete et méchant.
Donc vous voulez dire qu'il serait bon ce qui veut dire votre coeur Le reconnait mais votre conscient s y refuse.
bien cordialement

Écrit par : zafer | 26/09/2008

Bonjour M. Souaille,
J'ai lu votre commentaire avec attention. Le problème, c'est que vous prétendez soummettre votre Créateur à votre point de vue. Imaginez un homme qui regarde par le trou d'une serrure : il voit une main munie d'un instrument tranchant égorgeant un individu. Le sang coule. L'homme crie au meurtre. On ouvre la porte.
Que voit-il? Une chambre d'hôpital où un médecin opère et fait de son mieux pour sauver un malade...
Sachez que tous les cris de révolte des humains sont comparables à celui-là. Notre point de vue est limité. Nous ne percevons la réalité que sous un angle étroit. Nous n'avons pas le droit de juger notre Créateur, ni d'ailleurs de rejeter Sa loi. C'est Lui qui nous jugera.
Prenez garde seulement que la porte ne s'ouvre pour vous, et ne vous surprenne à crier votre révolte absurde autant qu'infondée.
La miséricorde divine est infinie.

Écrit par : Hani Ramadan | 27/09/2008

Merci tout d'abord, M.Ramadan, d'avoir publié mon texte.
Sur le fond,je n'ai pas peur, mais pas peur du tout, pour la simple et bonne raison que je suis persuadé (je pourrais même écrire je sais, car l'essentiel de la science semble le démontrer) que de l'autre côté de la porte, il n'y a rien. Ni chirurgien, ni assassin, juste le vide, la fin de l'existence, et plus aucune sensation ensuite. Alors effectivement des flammes de l'enfer, je ne risque rien, puisque je ne les sentirai pas.
Quant à ce que certains voient dans le petit trou de la serrure, c'est juste leur imagination qui leur joue des tours, parce que ça les rassure... Mais c'est là un débat aussi vieux que l'invention par l'homme des dieux et des religions.

Écrit par : Philippe Souaille | 27/09/2008

ô je suis triste cette histoire et pourtant je ne connais pas cette personne. Des récits comme celui-ci sont désagréables à entendre mais ils laissent comme un message à retenir; nous ne somme que de passage ici-bas et il ne s'agit en rien d'idolatrer ce "décor". Paix à son âme.

Écrit par : Nabil | 30/09/2008

Je voudrais vous remercier pour le bel hommage rendu avec votre coeur et votre foi à Christophe Salvi. C'est un être que j'ai eu la chance d'avoir sur ma route, et qui a partagé ma vie pendant plusieurs années. Et, votre hommage montre une fois de plus à quel point, Christophe ne laissait personne indifférent. Je l'ai fait lire à sa maman qui a été particulièrement touchée et qui se joint à moi pour vous remercier.

Écrit par : chrystelle Daffara | 01/10/2008

Cher frère et guide spirituel,

Sachez que votre annecdote nous a beaucoup touché, moi ainsi que ceux à qui je l'ai faite lire. Non seulement elle est émouvante, mais surtout elle donne à réfléchir : Comment dans le contexte qui est le notre où tout ce qui touche au rappel de Dieu est vu comme du prosélytisme voir même du fanatisme, peut-on malgré tout appeler à Dieu?

La réponse est claire. Il est du devoir de chaque musulman de transmettre le message transmis depuis tout temps et clos par le Sceau des Messagers (sws) , et cela à plus forte raison que pour le croyant tout est sujet au rappel de Dieu.
La raison pour laquelle nous devons le faire sans avoir aucun complexe et/ou à priori est dans la Parole du Très-Haut : « Consacre toi à la religion, en monothéiste sincère ! C'est Dieu qui a voulu que cette croyance soit innérante à la nature de l'homme. Et l'odre établit par Dieu ne saurait être modifié. Tel est la religion de la rectitude, mais la plupart des hommes n'en savent rien. » (Coran 30:30). Ce verset a été placé de la plus parfaite des manières dans la sourate Al-Roum...

Écrit par : Hanen | 10/10/2008

@Philippe Souaille: Vous perdez certainement votre temps, mais je vous comprends en même temps. Vous sembliez dans certains de vos billets récents à être résigné à l'inévitable islamisation de l'Europe. Faisiez-vous bonne figure à mauvais sort, aviez été envoûté par le doux chant de Tariq Ramadan? Dans tous les cas votre intervention prouve que nous n'êtes pas résigné à disparaître sans clamer votre statut d'homme libre. Merci.
A lire l'incroyable mépris que la plupart des religions et l'Islam en particulier expriment vis-à-vis des athées ou de incroyants (c'est-à-dire ceux qui croient en une autre religion), ne vous semble-t-il pas qu'il vaille la peine d'espérer et de lutter encore pour maintenir la lumière de la raison, même si elle vacille en ce moment? Bien que les Musulmans interdisent la conversion, nous pouvons tout de même espérer que les mutations profondes que le monde subira nécessairement dans les décennies à venir, accélère aussi la modernisation de cette religion et permette à ses fidèles sincères de débarrasser leurs textes et leurs traditions des aspects les plus rétrogrades, afin de la rendre assez humaine pour véritablement reconnaître l'existence des autres.

Écrit par : Mère | 23/10/2008

MR Souaille :
Je vais vous parler tout simplement.
Quant vous fabriquez une machine quelconque,vous vous attendiez à ce qu'elle remplisse ce pourquoi,elle a été conçue ? Vous seriez ravi de la voir fonctionner et vousêtes heureux,sinon,votre déception est grande et vous allez la jeter.
Donc, DIEU, en créant l'humain à son image veut bien que ses créatures remplissent ce pourquoi,elles sont crées : Soummission à Dieu,reconnaissance des prophètes,faire du bien ,s'éloigner du mal, amour du prochain, vivre en bonne harmonie les uns les autres, pas de discriminations pour ne pas dire racisme.
Pour s'assurer que l'homme ne dévie du droit chemin,Dieu promulga toutes sortes d'avertissemts et autres injonctions pour que ses commandements soient observés.
Dieu,par sa bonté divine laissa la liberté d'agir à l'homme, en signe de respect
(Dieu respecte ses sujets) mais attend de lui des résultats.Dieu peut se passer de l'^tre humain pour regner seul dans l'univers mais, à titre de respect, il donna à l'homme toute latitude de choisir par lui même.
Libre à vous de croire ou non, la vie n'est pas encore prête à s'arrêter.
Cordialement

Écrit par : hamidi | 10/12/2008

Les commentaires sont fermés.