1959

20/01/2009

LETTRE A CHESSEX

Cher Monsieur,

Vous me permettrez de vous adresser ces quelques réflexions suite à la parution de votre dernier livre. Vous y rappelez un meurtre odieux commis en 1942 par des nazillons, et proposez, en ce mois de janvier 2009, de dédier à la mémoire de la victime juive une plaque commémorative, ou même de lui consacrer une place à Payerne.


Je comprends le rôle de l’écrivain qui est de remplir le « devoir de mémoire ». Soit. Mais je pense qu’il serait temps que votre conscience s’émeuve aussi du sort des Palestiniens. Bien sûr, ils ne disposent d’aucun lobby en Suisse et dans le monde francophone pour veiller à la pérennité de votre entreprise littéraire. Mais le grand humaniste que vous êtes n’a que faire de si basses considérations.

Je vous propose donc que vous vous rendiez en Palestine. Le genre littéraire qui est le vôtre trouvera là-bas la matière dont il a besoin. Je m’engage à vous offrir votre billet de voyage. Bien sûr, il ne sera pas question d’aller à Gaza. Trop dangereux. Et je vous imagine mal avec un casque militaire. Non. La visite de quelques camps de réfugiés suffirait pour recueillir tous les témoignages dont vous auriez besoin. Cela fait plus de soixante ans que ça dure.

Et puis non. Restez chez nous en Suisse. La Palestine n’est pas Payerne. Internet vous suffira. Pourquoi prendre des risques ? Il n’y en a pas deux comme vous. Tapez sur n’importe quel moteur de recherche : Palestine. Massacres. Atrocités.

En détaillant les faits comme vous le faites brillamment, vous pourrez ainsi constituer une Encyclopédie de la barbarie en vingt volumes à la mémoire des victimes du sionisme.

De quoi étoffer une œuvre si considérable.

 

22:32 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

Commentaires

@Ramadan- Oui vous avez raison, il faut parler de toutes les horreurs qui se passent dans le monde, en Amérique latine, en Afrique, aux Etats-Unis, au Moyen-Orient, au Proche-Orient, en Palestine. Les atrocités passées, futures......

Dénoncer, revendiquer. La presse s'en charge bien, les medias de tout genre également.

Mais qu'on laisse les écrivains faire leur travail d'écrivain et permettez moi de défendre Chessex. Le syndic lui reproche d'avoir pioché "dans le fait divers", les Payernois d'avoir réveillé de "mauvais souvenirs qu'il fallait oublier" Chessex est de Payerne et il raconte un fait qui l'a marqué dès l'âge de 8 ans. Chessex n'a pas écrit pour les juifs ou les musulmans en pleine bataille de Gaza, le livre était rédigé bien avant. Son livre est l'itinéraire d'un écrivain en quête de libération de souvenirs lourds à porter qui lui sont propres. C'est une démarche libératrice.
Alors pas de récupération démago. C'est la meilleure façon de tuer l'art, l'écriture et le fanatisme le fait avec brio.Soumettre la pensée pour des causes qui sont chères aux prêchi-prêcha.
Actuellement, j'écris un livre sur la guerre à Sarajevo, et vous pourriez dans cette même veine me balancer "une chaussure" à la tête et me reprocher de ne pas écrire sur Gaza.

Laissez donc les écrivains en paix........... et reconnaissez à Chessex son talent d'écrivain.

Écrit par : duda | 21/01/2009

Une question à Monsieur Chessex: se souviendait-on de cet acte abominable si la victime avait été un Italien ou un Arabe ?

Écrit par : Johnny | 21/01/2009

Monsieur,
Il ne s'agit nullement du talent de M. CHESSEX qui est un grand écrivain. Il a la reconnaissance de ses pairs et cela lui suffit, je crois.
En revanche, le texte de M. RAMADAN Hani (qui n'a pas besoin d'avocat) élève le débat et le situe à un niveau où le talent devient inutile cédant ainsi la place à la sincérité, à l'honnêteté, à la loyauté...
Il est question effectivement d'actualité : des enfants, des femmes, des hommes qu'on assassine et qu'on piétine.
Il est donc indécent de soupirer après le temps écoulé en faisant l'impasse sur le sang d'innocents qui s'écoule sous nos yeux ahuris.
Il est donc indécent de cultiver le souvenir en hypothéquant l'avenir.
Il est donc indécent de se retrancher dans des considérations égotiques et narcissiques même quand elles sont servies par un talent immense pendant que la barbarie déstille son poison.
Il est donc indécent de tirer des plans sur la comète alors que l'on tire avec des balles au phosphore sur tout un peuple.
Il est indécent...
Sachez, monsieur, qu'une balle a le même impact sur un Homme de quelque bord qu'il soit et la mort d'un Homme, de quelque bord qu'il soit, doit avoir le même impact sur notre sensibilité. Voilà ce dont il est question dans le texte de M. RAMADAN. Et tout le reste est littérature. Sans rancune.

Écrit par : najib ELAGGUIR | 14/03/2009

Un clan d’apprentis nazis, persuadé du triomphe prochain de Hitler, tue en plein jour, en pleine foire, un commerçant juif, juste pour l’exemple…....1942 DEJA.

Nous sommes en 2009, Dieu Merci vous êtes toujours vivant M. CHESSEX pour voir ce qui se passe dans le monde, combien d'enfants palestiniens et Libanais ARABES ont été tués par les nazis israéliens? JUSTE POUR L'EXEMPLE, une question simple, NON ?

Écrit par : Djilani Ftelina | 16/03/2009

Les commentaires sont fermés.