1959

27/04/2009

CRIMES DE TSAHAL : REPONSE A M. GRUMBACH

La moindre des choses est de condamner Tsahal

 

Dans la Tribune de Genève du 23 avril 2009, Monsieur Philippe A. Grumbach, président de la CICAD, s’en est pris avec véhémence à la Suisse, à travers l’attitude de son Ambassadeur Dante Martinelli, qui n’a pas quitté la salle où se tenait cette semaine la Conférence sur le racisme, comme l’on fait les autres ambassadeurs. Il cite les propos du Président iranien, Ahmadinejad, qui selon lui devaient entraîner une telle réaction : « Le sionisme mondial personnifie le racisme en recourant fallacieusement à la religion et abuse des sentiments religieux afin de masquer sa haine et son visage hideux. » Il ajoute cet autre extrait : « Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, ils ont eu recours à l’agression militaire pour priver de terres une nation entière sous le prétexte de la souffrance juive (….). Ils ont envoyé des migrants d’Europe, des Etats-Unis et du monde de l’Holocauste pour établir un gouvernement raciste en Palestine occupée. »

Une observation d’abord : le Centre islamique de Genève que je représente ne dépend ni de l’Iran, ni de l’Arabie Saoudite, ni d’un quelconque Etat. Il ne défend aucune thèse négationniste, et estime que la dénonciation de la barbarie nazie se justifie en raison de l’ampleur du génocide mené, en Europe, contre le peuple juif.

Mais j’ai beau relire ces lignes prononcées par Monsieur Ahmadinejad, je n’y trouve aucune trace d’antisémitisme. Il serait grand temps, Monsieur Grumbach, de cesser de vouloir museler nos consciences. Car il est vrai qu’à l’heure actuelle, les sionistes font de la Shoah un usage qui est totalement pervers : le monde entier a vu les crimes perpétrés par Tsahal contre des populations civiles à Gaza. Et lorsque l’on est indigné par tant de souffrance, vite surgit un intellectuel de votre acabit pour nous dire : « Oui, mais il y a eu la Shoah ! »

Jamais nous ne vous avons entendu faire la moindre critique contre l’Etat dit d’Israël, en relevant la spécificité de sa conception juive qui relègue de façon claire les Arabes à être, dans leur propre pays et sur leur propre terre, des citoyens de seconde zone. Allez donc vivre à Jérusalem Est, ou à Hébron, où de façon continue les colons volent les terres des Palestiniens. Parlez-nous donc de ce mur qui étouffe villes et villages et qui signifie clairement que jamais un Etat palestinien ne pourra être fondé. Dites-nous sans détour ce que vous pensez de Monsieur Lieberman, dont les thèses reposent sur la haine de tout ce qui est arabe.

Aujourd’hui, le sionisme, qui dispose de l’arme nucléaire, poursuit une extension inquiétante dont personne ne peut déterminer les limites. L’Etat d’Israël, que l’on nous demande de reconnaître, est le seul pays dont les frontières sont indéfinies. Et la complicité des Nations européennes, comme des Etats-Unis, se fonde sur la volonté de retracer la carte du Proche et du Moyen-Orient, selon les intérêts d’une entreprise qui reste coloniale, qu’on le veuille ou non. Comment faire admettre cette agression ? A trois niveaux au moins : 1) La souffrance des juifs et le sentiment de culpabilité qui poussent les Occidentaux à fermer les yeux sur les torts infligés aux Palestiniens. 2) Le danger présumé de l’islamisme : le prétexte du terrorisme justifie ainsi la domination et l’ingérence des nations dites civilisées. 3) La force des lobbies sionistes qui agissent dans les milieux politiques par d’habiles manœuvres, au point qu’un Président des Etats-Unis ne peut être aujourd’hui élu, à moins de déclarer que « Jérusalem est la capitale éternelle d’Israël » !

Ce qui me semble ignoble, Monsieur Grumbach, c’est votre soutien indéfectible à tout ce qui vient de l’Etat sioniste – malgré le sang, les larmes et l’utilisation du phosphore blanc – et votre façon de parler de la Suisse comme d’un Etat lâche. Lequel n’a pourtant aucune leçon à recevoir de vos amis…

(La Tribune a publié un extrait de cette réponse dans le Courrier des lecteurs du 24 avril 2009)

13:47 | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Facebook | | | |

22/04/2009

L'ETAT D'ISRAEL EST-Il RACISTE ET TERRORISTE?

Le Centre Islamique de Genève est une organisation qui ne dépend d'aucun gouvernement, qu'il s'agisse de l'Iran ou de l'Arabie Saoudite. Nous avons à coeur de conserver notre liberté et de dénoncer tous les abus, quelle que soit leur provenance. A ce titre, nous renvoyons nos lecteurs à l'extrait de neuf minutes d'une conférence que nous avions donnée à Nîmes au mois de mars 2009, et donc qui n'a rien à voir directement avec la Conférence de Genève sur le racisme. A chacun de juger...

http://www.youtube.com/watch?v=7si4rsB8e7o&feature=re...

 

08:31 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |

13/04/2009

DETACHEMENT ET AVIDITE

Une Sagesse de Ibn 'Atâ'i -Llâh

Une action qui émane d’un cœur détaché ne peut être peu de chose. Une action qui émane d’un cœur avide ne peut être grand-chose.

 

Commentaires :

 

La valeur des actes est relative à la qualité de l’intention qui émane du cœur. La qualité passe toujours avant la quantité. Il se peut ainsi qu’un adorateur accomplisse un nombre impressionnant d’actions de bien, et que celles-ci n’aient pas beaucoup de poids auprès de Dieu, pour la simple raison qu’elles n’émanent pas d’un cœur pur et désintéressé. À l’inverse, celui dont le cœur agit sincèrement en vue de Dieu et par amour pour Dieu, la plus petite de ses œuvres pèse lourdement dans la balance. L’Imam ‘Alî Ibn Abî Tâlib disait en ce sens : « Ayez plus le souci de voir vos œuvres acceptées que le souci de vos œuvres elles-mêmes. En vérité, une action accompagnée de piété ne peut être peu de chose. Et comment donc une action acceptée par Dieu serait-elle peu de chose? » ‘Abd-Allâh Ibn Mas‘ûd, autre Compagnon du Prophète,  a dit : «  Deux cycles de prière accomplies par un savant détaché des choses terrestres valent mieux que l’adoration du serviteur assidu jusqu’à la fin des temps, éternellement ! »

 

00:15 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

09/04/2009

A CELLE QUI PLEURE DANS LA NUIT

Elle est triste.

Elle vient de perdre sa mère.

Tout de suite elle a été entourée par ses proches. Avec elle, ils ont pleuré la disparition d’un être cher. Les visites et les condoléances se sont succédé, et tous l’ont soutenue.

Mais à présent, le cours de la vie reprend ses droits sur les consciences humaines. Et elle se retrouve seule avec un chagrin qui durera encore, et que les autres ne partageront pas.

Je la vois avec sa tristesse immense. Dans sa retraite où je n’entre pas.

Elle se regarde dans cet océan de miséricorde qui berça son enfance, et chaque souvenir est porté par une vague qui est aussi une larme.

La mère qui nous tient par la main sur le chemin de l’école et de la vie, la mère qui toujours est à nos côtés pour guérir la souffrance et entendre les plaintes.

L’océan de la miséricorde.

L’azur infini où s’efface le cher sourire.

La force d’aimer à l’image de l’amour divin.

22:57 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

05/04/2009

Boycotter les produits d’Israël ?

 

Peut-on acheter les produits qui proviennent d’Israël ? La question se pose sérieusement à tous ceux qui s’imposent un comportement éthique fondé sur le respect de la vie humaine. Et voici pourquoi :

Acheter ces produits, c’est renforcer l’économie de l’entité sioniste, et par conséquent sa fabrication et son achat des armes.

Le massacre de Gaza a montré que les soldats israéliens visaient sciemment des civils, et n’hésitaient pas à tuer des enfants.

Par conséquent, chacun de nos achats entre dans le circuit de cette tragédie. L’argument selon lequel il s’agit d’une contribution anodine ne tient pas, car c’est précisément la somme de toutes ces ventes qui permet de relancer la machine de guerre. Nous devons donc être tous solidaires, et refuser de faciliter ce processus, jusqu’à ce qu’Israël reconnaisse l’Etat palestinien et rende les territoires occupés.

Voici deux reportages qui expliquent bien le sens de cette action.

 

http://www.europalestine.com/spip.php?article3908

http://europalestine.com/spip.php?article3964

20:34 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | |

L'ISLAM HONORE LA FEMME, L'OCCIDENT LA MEPRISE?

On juge en général en Occident que la femme musulmane occupe en Islam un second rang, et qu’elle est méprisée et prisonnière des traditions qui empêchent son émancipation.

Pourtant, un regard plus objectif sur la réalité musulmane permettrait de comprendre que l’Islam honore la femme. Donnons à titre d’exemple la figure exceptionnelle de ‘Âïsha, jeune épouse du Prophète Muhammad. Versée dans les sciences, érudites et particulièrement éloquente, les plus éminents savants de l’Islam et les juristes l’ont considérée comme une référence et une autorité en la matière.

Nous pourrions citer d’autres cas qui montrent que du point de vue de l’Islam, les femmes sont encouragées à l’étude et à l’émancipation positive qui ne se traduit pas par le désordre social en matière de sexualité, mais par des prises de responsabilités aussi bien politiques, économiques, culturelles et sociales.

C’est plutôt en Occident, aujourd’hui, que l’on porte sur la femme un regard plus que superficiel : les revues et les magazines qui lui sont spécifiquement proposés regorgent de conseils en tout genre allant de la vente des cosmétiques, à la mode, à l’importance de la séduction et aux vernis à ongles ! Difficile de trouver dans ce genre de littérature un article qui invite à une réflexion profonde qui laisserait supposer que la femme est un homme comme tout le monde !

 

C’est donc vous qui rabaissez la femme. Vous qui admettez que l’on « marchandise » son corps, vous qui faites votre commerce en ne l’envisageant que comme un objet sexuel.

 Alors que ‘Âïsha, au VII e siècle, commentait le Coran, orientait les hommes et donnait des avis juridiques !

17:16 | Lien permanent | Commentaires (20) | |  Facebook | | | |

01/04/2009

L'IMPOSSIBILITE DE RECONNAITRE L'ETAT D'ISRAEL

Alors que le Likoud ne reconnaît pas dans sa propre ligne l’existence d’un Etat palestinien, et que l’édification du mur qui se poursuit rend impossible la constitution de cet Etat, personne dans la communauté occidentale ne déclare aujourd’hui que le gouvernement qui vient de se former, dirigé par le chef du Likoud, est illégitime. Benjamin Netanyahou refuse l’idée d’un Etat palestinien. Il soutient les tueries de civils provoquées par Tsahal. Pourtant, jamais il ne sera considéré comme un terroriste.

Faut-il rappeler que le Hamas, dont la position est symétriquement opposée à celle de ce parti, s’est dit prêt à plusieurs reprises à engager le processus d’une trêve sur la base de la partition de 1967 demandée par la communauté internationale ?

Alors que des atrocités– qui portent le nom de crimes de guerre – viennent d’être commises aux yeux de tous à Gaza, personne parmi les dirigeants européens n’a eu le courage de dénoncer clairement la responsabilité de l’Etat d’Israël, et de demander sa condamnation. Certains sont allés même jusqu’à prétendre, hypocritement et sans discernement, que le Hamas était responsable de ces tueries. Mais en réalité, ces massacres auraient pu être évités si au contraire les responsables américains et européens avaient reconnu la légitimité du Hamas, élu par un peuple qui veut simplement retrouver sa terre.

Et alors que figure au nouveau gouvernement israélien le très dangereux raciste Avigdor Lieberman, qui assoit ses prises de positions populistes sur la haine de l’Arabe, et qui défend l’idée d’un Etat israélien fondé sur la pureté de l’identité juive, personne ne s’exprimera pour dire encore qu’il est exclu d’engager des négociations avec l’entité sioniste.

Les conditions sont pourtant claires : arrêter la colonisation et rendre les territoires occupés, sans exclure Jérusalem-Est. Détruire le mur qui étouffe les villages palestiniens. Définir des frontières.

Observez cependant l’embarras de certains rabbins et de certains intellectuels sionistes, lorsqu’on leur demande de déterminer clairement quelles sont les frontières de l’Etat d’Israël …

 

Il y a donc très clairement deux poids, deux mesures. Une iniquité flagrante. Comprenez-vous pourquoi tout Palestinien qui se respecte ne peut tout simplement pas reconnaître l’Etat terroriste d’Israël ?

15:03 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |