1959

04/05/2009

L'UNION JUIVE POUR LA PAIX CONTRE LIEBERMAN

LU sur le site de l'Union Juive Française pour la Paix ces propos qui soulignent qu'Avigdor Lieberman ne devrait pas être reçu par le gouvernement français. Nous appelons les rabbins et les intellectuels juifs à condamner pareillement les propos et les positions du Ministre des affaires étrangères israélien.

http://www.ujfp.org/modules/news/article.php?storyid=552

Mardi 5 mai 2009 dans le cadre d'une tournée européenne Avigdor
Lieberman, étrange ministre des non moins étranges affaires
étrangères israéliennes viendra à Paris rencontrer son homologue
français Bernard Kouchner.


Comment peut-on accepter la venue d'un tel personnage, trois mois
après le carnage et les destructions à Gaza, qui est toujours soumis
au blocus israélien alors que la colonisation se poursuit
allègrement en Cisjordanie (destructions de maisons à Jérusalem,
construction massive de logements dans les colonies, intensification
de la répression sanglante des manifestations contre le mur de
l'apartheid ) et que les discriminations s'intensifient contre les
Palestiniens d'Israël (menace de licenciement des cheminots arabes) ?

Rappelons quelques unes des propositions de Lieberman :

- Bombarder le barrage d'Assouan
- Utiliser l'arme nucléaire sur Téhéran et sur Gaza
- Expulser tous les Palestiniens d'Israël qui refuseraient de prêter
un serment de loyauté à l'Etat juif, noyer les prisonniers politiques
palestiniens dans la Mer morte
- Exécuter les députés palestiniens à la Knesset qui ont des contacts
avec le Hamas ou qui ont commémoré l'expulsion de 1948,
- « Echanger » la Galilée contre les implantations en Cisjordanie pour
faire un Israël « ethniquement pur ».

Mais Lieberman, n'est pas un élément isolé, c'est bien comme fer de
lance de la politique israélienne d'enfermement et d'écrasement du
peuple palestinien que doit être comprise sa récente nomination.

Car en choisissant cet individu pour représenter Israël, le gouvernement Netanyahou a voulu dire clairement, qu'il ne voulait rien
lâcher, qu'il ne voulait ni d'un Etat palestinien, ni de l'évacuation
des colonies, ni même s'engager dans aucun « processus de paix », ni
remettre en cause les discriminations intérieures.

Le Gouvernement Netanyahou tient ainsi à faire savoir au monde entier
qu'il veut conserver un Etat raciste (un Etat pour les Juifs du monde
entier, qui fait de ses habitants palestiniens des citoyens de seconde
zone), un Etat colonial qui dépossède le peuple palestinien de sa
terre, un Etat d'apartheid qui enferme et isole les Palestiniens de
Cisjordanie dans une multitude de bantoustans.

En faisant recevoir ce fasciste par son ministre des affaires
étrangères, Sarkozy passe les bornes de l'indécence ! On se souvient
pourtant que l'Europe avait réagi un tant soit peu quand l'extrême
droite autrichienne était entré au gouvernement de Vienne. Mais les
déclarations d'Haider étaient angéliques à côté de celles de Lieberman.

Comme à l'occasion du vote du Conseil européen pour le rehaussement des relations entre Israël et l'Union Européenne, recevoir Lieberman, c'est à nouveau donner à Netanyahou un feu vert pour sa politique criminelle, c'est aussi accroitre le risque d'une attaque israélienne « préventive » contre l'Iran, aux conséquences incalculables.

Plus d'impunité pour les criminels de guerre et pour ceux qui piétinent le droit international depuis trop longtemps !
L'UJFP participera partout où elle le pourra aux rassemblements unitaires pour dénoncer le scandale de cette réception, et en particulier à Paris mardi 5 mai à 18h au quai d'Orsay

Bureau National de l'UJFP le 3-05-09

07:35 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Nombreux sont ceux qui jouent les vierges effarouchées et crient au loup au sujet du récent discours du président iranien Ahmadinejad à l'ONU à Genève. Ces réactions excessives sont souvent cousues de fil blanc (et bleu), celui d'Israël !
Malencontreuse collision temporelle il est vrai avec la "célébration" de la Shoah, cette conférence. sur le racisme se devait d’être le lieu d'un débat contradictoire vif et productif, pas d'un consensus mou et de la politique de la chaise vide. Il vaut mieux avoir un interlocuteur, même irascible et extrême dans ses propos, que pas d'interlocuteur. Et il faut une fois de plus déplorer l'influence disproportionnée du lobby israélite . Qui ose encore défendre aujourd'hui les Palestiniens? Qui plaide en leur faveur? Pas grand monde...
L'opération de Tsahal "Plomb Durci" a eu tous les aspects d'une guerre d'extermination de nature raciste, motivée –entre autres- par le mépris des Palestiniens. En ce sens les propos incendiaires du président iranien sont pertinents, et ne sont rien en comparaison du déluge de feu (notamment de phosphore blanc ("napalm")) que le gouvernement israélien a fait pleuvoir sur les civils de Gaza.
Aujourd’hui toute critique de la politique de l’Etat hébreu est automatiquement taxée d’antisémitisme. On a pourtant le droit de critiquer la politique d’un Etat, quel qu’il soit, il n’y a pas de tabou. Et ne mélangeons pas tout ! C’est en effet une attitude révoltante de la part d’Israël que d’invoquer à tout va la Shoah pour justifier tout et n’importe quoi.
Et que le gouvernement helvétique maintienne le dialogue avec les gens "infréquentables" au yeux de la droite extrémiste israélienne maintenant au pouvoir est plutôt rassurant, même nécessaire, au milieu de cette tempête médiatique savamment orchestrée...
(P.S. : Mr. Ahmadinejad n’a pas nié la Shoah à la tribune de l’ONU)

Ashtamir

Écrit par : Ashtamir | 04/05/2009

Salut.Je sui un malien.La communauté internationale avait boycoté le hamas soit disant extremiste musulman,pourquoi ne pas aussi boycoté le gouvernement de bejamin nyatawu,ce dernier est un raciste juif et extremiste juif,il faut aussi le boycoté.

Écrit par : Ibrahim | 10/05/2009

Les commentaires sont fermés.