1959

31/08/2009

PURIFCATION ET LOURDEUR DE L’EGO, une sagesse de Ibn 'Atâ'i -Llâh

Sors de tout caractère humain contraire au statut de ta servitude, afin que de la sorte tu répondes à l’appel du Vrai, et que tu sois proche de Sa présence.

 

Commentaires :

 

Les caractères humains sont de deux sortes : extérieurs et intérieurs. Si le croyant apprend par le fiqh (droit et jurisprudence islamiques) un certain nombre de règles lui permettant de se conformer extérieurement au modèle du Prophète, il est plus essentiel encore qu’il se corrige aux niveaux spirituel et moral. Il doit ainsi se débarrasser de tout défaut contraire à son statut de serviteur du Très-Haut : l’orgueil, l’envie, l’avidité, l’ostentation, la colère injustifiée, l’impatience et le manque de maîtrise de soi constituent, entre autres, autant de défauts qui éloignent le croyant de Dieu. Il doit rechercher les nobles qualités qui font de lui un authentique adorateur: l’humilité, le contentement, la sincérité, l’apaisement, le pardon et la maîtrise de soi. Le Prophète a dit en ce sens : « Et certes, il y a dans le corps un morceau de chair, s’il est sain, le corps entier est sain, et s’il est corrompu, le corps entier est corrompu, et certes, c’est le cœur. » (Hadith rapporté par Al-Bukhârî, Muslim) Un poète a réuni en quelques vers les voies qui permettent de purifier le cœur. Il déclarait en substance : « Le remède de ton cœur, lorsqu’il est endurci, consiste en cinq choses. Sois constant à les réaliser, tu obtiendras un plein succès :

 

1) « Avoir le ventre vide.

2) Réciter le Coran en le méditant.

3) Pleurer humblement en implorant Dieu à l’aube.

4) Aussi, prier au sein de la nuit.

5) Rechercher la compagnie des hommes de bien et d’expérience. »

 

Autant l’adorateur s’écarte de la lourdeur de son ego, autant il se rapproche de Dieu. Il répugne à l’ego d’accomplir un certain nombre de devoirs, de plier le cou et d’admettre sa propre noirceur. Il est donc impératif d’exercer contre lui une forme de contrainte qui le libère de ses entraves. Le cœur est comparable à un récipient qui ne connaît pas le vide : lorsque l’on parvient à en chasser la vanité, il s’emplit aussitôt de l’amour de la majesté divine. Si l’on en chasse le mépris, il se gorge de respect et de miséricorde pour Ses créatures. Si l’on vient à bout de la cupidité et de l’avidité qui le troublent, il trouve le contentement suprême et la quiétude qui lui donnent seuls la joie et le bonheur suprême.

Et ainsi de suite.

 

23:14 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | | |

29/08/2009

NETANYAHOU, CRIMES DE GUERRE ET SHOAH

Benyamin Netanyahou, lors d’une visite à Berlin où était évoqué le triste souvenir de la Shoah, a demandé ce 27 août 2009 des « sanctions paralysantes » contre l’Iran.

La chancelière Angela Merkel a pressé son hôte d’arrêter la colonisation des territoires occupés.

On nous apprend par ailleurs que les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne pourraient faire pression sur la Russie et la Chine pour punir l’Iran par des sanctions onusiennes.

Qu’est-ce que cela signifie ?

 

Premièrement, que l’Etat voyou d’Israël se sert de la Shoah, comme cela est son habitude, pour poursuivre sa politique agressive contre le monde musulman.

 

Deuxièmement, que les grandes puissances sont complètement dominées par les lobbies sionistes. Elles peuvent certes verbalement exprimer le souhait de voir Israël cesser sa colonisation, tout en observant dans les faits que cette colonisation se poursuit. Netanyahou est reçu ainsi comme un chef d’Etat respectable, alors qu’il n’a pas hésité à affirmer : « Nous n´acceptons pas que des juifs n´aient pas le droit de vivre et construire où bon leur semble à Jérusalem-est » En d’autres termes : nous avons le droit de voler la partie arabe de Jérusalem, parce que nous sommes juifs. Voilà ce qu’ose dire cet homme à la face du monde. Et personne parmi nos chefs d’Etat n’est en mesure d’administrer à l’Etat criminel d’Israël « des sanctions paralysantes ». Face à ce Goliath méprisable, il n’y a plus en vérité que la pierre du brave David palestinien qui peut arrêter l’ignominie et dénoncer l’imposture !

 

Troisièmement, il vous suffit de lire la liste des crimes commis par Israël au début de cette année à Gaza[1]. N’importe quel gouvernement qui se serait rendu coupable de telles atrocités serait immédiatement mis au ban de la communauté internationale, et ses responsables conduits au Tribunal de la Hayes. Pourquoi une telle exception en faveur de l’Etat hébreu, si ce n’est par l’usage pervers du souvenir – bien réel – des victimes de la Shoah ?  



[1] « Récapitulatif des journées qui ont ensanglanté Gaza du 27 décembre au 18 janvier :

Des familles entières ont été tuées. Les femmes et les enfants constituent plus de 43 % des victimes. Les infrastructures, les terres cultivées, les maisons et les bâtiments collectifs ont été entièrement détruits.
 1 285 Palestiniens ont été tués parmi eux : 895 civils dont 280 enfants et 111 femmes et 167 membres de la police civile ;
 4 336 Palestiniens, pour la plupart des civils, ont été blessés dont 1 133 enfants et 735 femmes ;
 Nizar Rayan et Sa’id Siam, responsables militaire et politique, ont été exécutés avec des membres de leurs familles sans jugement préalable
 Les destructions de maisons dues aux bombardements et aux tirs d’artillerie ont entraîné la mort de familles entières et de blessés à vie.
 Les FOI (Forces d’occupation israéliennes) ont attaqué ambulances et véhicules de la défense civile et des services de secours.
 2 400 maisons ont été entièrement détruites dont 490 par bombardements aériens.
 28 lieux publics incluant les bâtiments des ministères, des municipalités, des conseils régionaux, du Conseil législatif et des ports de pêche ont été détruits.
 21 chantiers incluant des cafétérias des salles de mariage, des hôtels et des aménagements touristiques ont été détruits.
 30 mosquées ont été totalement détruites, 15 autres, partiellement.
 Les bureaux de 10 organisations caritatives ont été détruits.
 121 ateliers industriels et commerces ont été détruits, 200 autres, endommagés.
 5 usines à béton et une production de jus de fruit ont été détruites.
 60 postes de police et commissariats ont été détruits.
 5 immeubles abritant des médias et 2 assurant des soins médicaux sont détruits.
 29 établissements à vocation éducative ont été totalement ou partiellement détruits.
 Des centaines d’hectares de terres cultivées ont été défoncées. » Rapport de la délégation qui a réclamé et obtenu le soutien du Ministère des Affaires Etrangères français et qui  était composée de : Abdelaziz Yassine BENJELLOUN TOUIMI, Orthopédiste, Elena ALFARO, infirmière, Sylvette ROUGIER, infirmière, Mathieu BEURIER, secouriste, Philippe PASCAL, Président de Rencontre Africaine, Mireille MENDES-FRANCE, juriste, Daniel VOGUET, avocat, Jacques FATH, responsable des relations internationales du PCF, Alima BOUMEDIENNE THIERY, sénatrice (Les Verts), Samir ABDALLAH, cinéaste Khéridine MABROUK, grapsalam.

 

 

06:42 | Lien permanent | Commentaires (17) | |  Facebook | | | |

28/08/2009

Séparation

Il est des êtres qui ont aimé au plus profond d’eux-mêmes. Ils n’ont pas eu la force de dévoiler cet amour, les circonstances ne s’y prêtant pas. Ils ont eu le courage de se taire, pour ne pas troubler l’autre.

Maintenant, la tristesse habite la profondeur de leurs âmes. Très peu sont capables de deviner leur secret.

Que Dieu les en récompense.

Il en est d’autres qui ont perdu un être cher. Le vide s’est installé dans leur vie. A présent, le moindre objet porte la trace d’un souvenir. Ils se sentent seuls et personne n’imagine leur douleur.

Il a été rapporté que l’ange Gabriel s’était un jour présenté au Prophète Muhammad et lui avait dit :

 

« Vis tant que tu veux, tu mourras !

Aime qui tu veux, tu t’en sépareras !

Fais ce que tu veux, tu seras rétribué selon tes actes ! »

 

Qui donc parmi nous pourrait prétendre échapper à ces vérités profondes ?

Le remède n’est-il pas de tourner nos cœurs vers Dieu, qui voit et sait notre souffrance ?

Il nous réunira. Ailleurs où il n’y a pas d’ailleurs.

Il nous comblera de Sa miséricorde.

09:10 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

26/08/2009

LA CIVILISATION DU DAJJÂL, L’ANTECHRIST

La tradition islamique reconnaît la venue, vers la fin des temps, d’un homme qui trompera le monde, appelé Al-Masîh Ad-Dajjâl, le Messie Imposteur, ou si l’on veut l’Antéchrist.

Il sera borgne. Malgré les pouvoirs colossaux qui seront les siens, cette infirmité marquera de façon disgracieuse son visage, et son front portera la marque de la négation et de la mécréance, que tout croyant saura lire. On peut comprendre que son idéologie sera purement matérialiste, bien que présentée de façon messianique,  et qu’il ne se servira des valeurs humanistes que dans une perspective terrestre, en niant le retour à Dieu et le Jugement dernier. Sa civilisation sera borgne, en ce sens qu’elle prétendra s’organiser indépendamment des commandements divins. L’œil du grand architecte des Lumières et d’un nouvel ordre mondial apparaît ainsi au sommet de la Déclaration des droits de l’homme de 1789, tout comme sur le dollar américain. Est-ce vraiment un hasard ?

Le philosophe Nietzsche, avant de sombrer définitivement dans la folie, avait évoqué dans un ouvrage intitulé L’ANTÉCHRIST la nécessité d’inverser les valeurs pour accéder à une civilisation définitivement débarrassée des entraves de la spiritualité chrétienne, qu’il jugeait maladive.

Cela signifierait que les hommes seraient acculés, progressivement et en s’écartant de la norme transcendante, à vivre selon une échelle de valeurs inversée, les conduisant à considérer le bien comme étant le mal et le mal comme étant le bien. Situation qui est également évoquée par l’Islam comme étant effectivement un signe avant-coureur de la fin du monde.

Pour rétablir la vérité, il faudrait donc lire exactement le contraire de ce que l’on voudrait nous inculquer et nous faire comprendre. Voyez plutôt :

 

-         L’élection d’Obama a suscité, il y a quelques mois, une vaste émotion planétaire. C’est une grande victoire contre le racisme, et la preuve de la progression des droits de l’homme en Amérique, qui sert d’exemple à l’humanité. Lisons : Obama est une marionnette de l’imposture. Depuis plus de dix ans son élection est projetée par l’administration américaine. Dans quel but ? Afin de passer à une nouvelle phase de l’extension sioniste : l’appropriation de Jérusalem sur des critères purement racistes.

-         L’Etat d’Israël est établi en terre sainte et offre la concrétisation d’une promesse biblique. Les Palestiniens qui refusent l’occupation sont des terroristes. Lisons : L’entité sioniste pratique le terrorisme d’Etat. Les Palestiniens sont des résistants légitimes.

-         Les talibans sont des ennemis de la démocratie en Afghanistan. Ce sont des barbares qui veulent pratiquer la sharî‘a. Les armées américaines jouent un rôle civilisateur primordial dans le pays. Lisons : L’ingérence de l’Amérique en Afghanistan repose sur la défense d’intérêts économiques et géostratégiques permettant aux Etats-Unis d’étendre leur domination sur le monde et de voler le bien des musulmans. L’application de la loi divine serait une miséricorde pour l’ensemble de l’humanité. Les barbares sont ceux qui tuent et mutilent des civils, bombardent les villages.

-         En Occident, la femme est enfin libérée. Les relations hors mariages sont devenus la règle et c’est un signe de progrès. La légèreté du vêtement est une marque d’intelligence. Lisons : La femme est lamentablement exploitée. Elle est réduite dans les médias à l’image d’un objet sexuel. La liberté des hommes réside dans leur soumission aux limites imposées par le Créateur, et dans la maîtrise de leurs instincts. Autrement, ils finissent par se comporter comme des bêtes aux yeux de tous.

-         Le port du voile est un signe de soumission et d’avilissement de la femme. Lisons : il n’y a pas de dignité plus considérable pour une femme que celle qui relève de sa volonté de se soumettre à la loi de Dieu, et de Dieu Seul.

-         L’Islam est une religion qui recèle la violence et appelle à la guerre. Lisons : l’Islam est une religion de paix, et ce sont les musulmans qui aujourd’hui sont agressés au rythme de la production maléfique des industries d’armements : en Palestine, en Tchétchénie, en Afghanistan, dans la province de Xinjiang et ailleurs.

-         Bernard-Henri Lévy, Alain Finkielkraut et compagnie, intellectuels de premier rang,  s’en prennent régulièrement à l’islamisme et au danger que représentent les Etats totalitaires comme l’Iran. Ils soutiennent l’Etat sioniste et de ce fait, ont accès aux médias qui leur offrent une large tribune. Lisons : Bernard-Henri Lévy, Alain Finkielkraut et compagnie sont intellectuellement les complices des agissements assassins de Tsahal. Ils devraient logiquement être écartés, du fait de cette complicité, de tout plateau de télévision.

-         Les médias occidentaux offrent à chacun la liberté de pensée et nous ouvrent les horizons de la citoyenneté, contre les fanatismes, notamment contre les aliénations du monde musulman. Lisons : Les médias travaillent jour et nuit à donner de l’Islam une fausse image, et à façonner l’homme de demain : infatué de lui-même, fier des valeurs qu’il prétend universelles, nombril du monde, ami des puissants, comptant ses sous, raisonnant dans les limites du politiquement et du « journalistiquement » corrects. Prisonnier de l’imposture.

 

Ce ne sont là que quelques exemples. Une grille de lecture que chacun pourra librement accepter ou refuser parce que trop caricaturale.

Certains vous diront peut-être que nous sommes de dangereux fanatiques, d’impertinents et de grossiers penseurs, des islamistes prêchant la violence et le recours aux armes, et même des défenseurs du terrorisme.  Lisons…

06:46 | Lien permanent | Commentaires (70) | |  Facebook | | | |

23/08/2009

Vol d'organes palestiniens?

Nous avons déjà eu l'occasion d'évoquer les tueries sans précédent contre le peuple de Gaza, la destruction de milliers d'oliviers en Palestine, les expropriations et l'utilisation du phosphore blanc contre des civils. Voici le dernier crime mis à jour par la presse suédoise, qui démontre que la barbarie sioniste n'a pas de limite.

Trafic d'organes palestiniens: "Israël" est la seule entité qui confisque les cadavres

par

Leila Mazboudi

 

 

Le cadavre de Bilal Ghanem (19ans) après sa restitution (photo)

 

22/08/2009 L'article du journaliste suédois Donald Boström "Nos fils pillés de leurs organes"  fait toujours parler de lui.

 

Évoquant l'implication de soldats israéliens dans un trafic d'organes de Palestiniens tués durant les guerres et lors de leur détention dans les prisons israéliennes,  il le lie au réseau découvert aux États-Unis, impliquant plusieurs rabbins, dont le Grand rabbin de la communauté juive syrienne aux États-Unis Saul Kassin, et le fils d'un rabbin séfarade, Salomon Dwek, et surtout un résident de Brookline, un certain Levy Izhak Rosenbaum.

 

C'est ce dernier qui est soupçonné d'être le responsable des ramifications de ce trafic jusqu'en Israël.

 

Comme prévu, cet article s'est attiré les foudres de l'entité sioniste, voire par extension, de certaines voix juives de par le monde.  

 

Après avoir en vain tenté d'interdire la publication de cet article, voire sa condamnation par le gouvernement suédois, c'est directement l'accusation traditionnelle d'antisémitisme qui a été brandie contre ce pays.

 

Le chef de la diplomatie Avigdor Liebermann a donné le ton. D'autres voix ont suivi. Pour sa part, le ministre de la guerre Ehud Barak a menacé de porter plainte contre le journal.

 

Or, le récit du journaliste suédois du quotidien Alfonbladet  est bien étayé.

Il fournit dans son papier le témoignage d'un professeur de Harvard en chirurgie de transplantation, Francis Delmonici qui assure qu'il est connu dans le milieu que ce genre de trafic est exercé en Israël (comme dans d'autres régions du monde) .

 

Il rapporte également les récits de plusieurs familles palestiniennes, les Khaled de Naplouse, les Raed de Djénine et autres, dont les fils, des activistes œuvrant contre l'occupation, ont été tués à bout portant, et dont les cadavres ont été restitués quelques jours plus tard, disséqués.

 

  Selon le chercheur et ancien détenu palestinien Abdelnasser  Farawné, les accusations du journal suédois sont très plausibles.

 

"Les mécanismes d'assassinats exercés depuis des décennies sur les Palestiniens pourraient très bien avoir eu pour but ce trafic", estime –t-il lors d'un entretien accordé au journal palestinien en ligne, " Arabs 48".

 

Donnant comme exemple les cadavres de milliers  de Palestiniens et d'Arabes, tués dans des conditions ambiguës, qui n'ont jamais été restitués à leurs proches, et seraient enterrés dans les cimetières numérotés.

 

Farawné assure qu'Israël est la seule entité dans le monde qui adopte la politique de confiscation des cadavres des Palestiniens et des Arabes morts durant leur détention dans ses prisons, et ce depuis 1967.

 

Signalant que lorsqu'il se résigne à les restituer, comme ceci a eu lieu en 2008 dans le cadre d'un accord indirect avec le Hezbollah, ce sont les dépouilles des cadavres désagrégés qui sont restitués, voire leurs squelettes, de sorte que personne ne puisse rien soupçonner.   

 

En plus, des centaines d'autres Palestiniens et Arabes sont portés disparus. Soupçonnés d'avoir été enlevés par les autorités de l'occupation, celles-ci ont sans cesse nié leur présence dans leurs centres de détention.

Ceux-là aussi auraient pu faire l'objet de trafic d'organes, conclut-il.

 

Dernier épisode de cette affaire: l'ambassadeur israélien à Stockholm a été convoqué au ministère suédois des affaires étrangères pour régler la crise qui a éclaté entre les deux parties.

 

Aucune enquête n'a été ordonnée. Aucun suivi ne devrait survenir. Même les médias peinent à l'évoquer.

Il faut s'attendre à ce qu'elle soit classée, comme les nombreuses affaires similaires dont souffre le peuple palestinien.

 

Source : http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=10...

http://www.israelvalley.com/news/2009/07/28/23671/israel-...

http://switzerland.indymedia.org/fr/2009/08/70984.shtml

voir : http://www.dailymotion.com/related/x9qq28/video/xaalwy_de...

 

 

 

06:25 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

22/08/2009

La presse romande au service de l’impérialisme américain ?

 

On peut sans crainte de se tromper affirmer que la presse et les médias, en Occident,  sont le plus souvent dépendants de l’impérialisme américain.

Prenons l’exemple de la presse romande, qui n’échappe pas à cette règle. On nous parle du « cauchemar afghan ». Obama se trouverait confronté en Afghanistan au problème qu’avait connu son prédécesseur, George W. Bush, en Irak. Malgré l’envoi de 30 000 soldats supplémentaires en Afghanistan, les armées étrangères qui s’ingèrent dans le pays ne parviennent pas à faire régner l’ordre et obtenir qu’un semblant de démocratie soit respecté.

Or, comment nos journalistes évoquent-ils ces faits ?

Dans son éditorial du 17 août 2009 (Tribune de Genève), Andrès Allemand décrit une situation peu confortable pour le président américain, et la perspective d’un « fiasco démocratique ». Son collègue Luc Mathieu parle d’une « insurrection » qui « gagne en efficacité de jour en jour ». Pour sauver le pays contre les « insurgés »,  « quatre mille marines et 650 soldats afghans se sont lancés à l’assaut de la vallée de la rivière Helmand ». Il indique en gros titre : « LES ELECTEURS MENACES DE MORT ». Comprendre : la démocratie est en danger face au fanatisme des talibans.

Depuis Kaboul, Benoît Bringer (LeTemps, 17 août 2009) nous montre certes quel est le sentiment d’un large secteur de la population afghane qui considère que ces votations sont une mascarade : « Ces élections n’ont pas de légitimité, dit Samin Afzal, un étudiant de 20 ans, ce sont les Etats-Unis qui tiennent les ficelles et le président Hamid Karzaï est leur marionnette. » Toutefois, le reporter rapporte que « l’armée américaine a lancé une nouvelle offensive dans la ville du sud de Dahaneh, aux mains des insurgés ».

Il se trouvera rarement un journaliste courageux, aujourd’hui, pour remettre sérieusement en cause le bien-fondé de la présence américaine en Afghanistan. Pourtant, les points suivants paraissent évidents :

 

1)     Les Etats-Unis ne s’ingèrent dans cette région que pour défendre des intérêts économiques et géostratégiques leur permettant de renforcer leur domination mondiale.

2)     Les talibans ont été les alliés des Etats-Unis dans d’autres circonstances par le passé, lorsqu’ils servaient les objectifs militaires de la première puissance.

3)     La démocratie ne s’impose jamais par effraction contre la volonté des peuples. On ne vole pas une terre, serait-ce provisoirement, pour apprendre à ses habitants à s’y comporter librement. Aujourd’hui, dans leur grande majorité, les Afghans – et non pas seulement les talibans –  considèrent que l’armée américaine est une force d’occupation.

 

Tout porte à croire qu’il suffit de laisser agir les épouvantails du terrorisme et du « talibanisme » pour justifier une ingérence qui n’est somme toute qu’une vaste opération menée par les gangsters de Washington et leurs sociétés privées, en quête d’exploitations de territoires riches en gaz et en pétrole.

Mais qui peut nier que tout citoyen digne de ce nom, voyant son pays volé et dominé de la sorte, est en droit de prendre les armes pour faire sortir l’intrus ? Pourquoi parler d’  « insurrection » ? Les Afghans défendent leur patrie contre des occupants, même si ceux-ci se donnent un air de légitimité en nommant et choisissant leurs collaborateurs « élus », via des urnes béantes et tachées de sang.

 

Non. Parce que des enfants et des femmes meurent dans des villages reculés dont personne ne connaît les noms, sous les feux et les bombardements de l’armée américaine,  nous disons très clairement que cette façon de présenter l’actualité est inacceptable.

17:09 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

17/08/2009

PAROLES UNIVERSELLES D’UN RABBIN

Dans ses fondements, le judaïsme est une foi dont nul ne peut contester la valeur universelle. Son humanisme est tel qu’il n’admet aucune différence entre les hommes, qu’il rejette toute forme de racisme et qu’il condamne la violence exercée contre des innocents et le meurtre des civils, tout comme la confiscation de leurs terres et le ravage de leurs cultures.

Le sionisme est une mauvaise traduction de la religion juive, une trahison de ses vérités fondamentales et une idéologie qui menace la paix mondiale.

Que chacun prenne la peine et la LIBERTE d’écouter les propos qui suivent : http://www.youtube.com/watch?v=WnFUIx7OdTQ

 

13:36 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

07/08/2009

DETACHEMENT ET VERITE, une sagesse de Ibn 'Atâ'i - Llâh

Si la lumière de la certitude t’éclairait, tu verrais que l’au-delà est si proche qu’il n’est nul besoin de te mettre en route pour t’y rendre ; et tu verrais paraître sur  les beautés de ce monde le voile fragmenté de leur anéantissement.

 

Commentaires :

 

Il existe une lumière physique grâce à laquelle nous pouvons observer les corps sensibles. Et il existe une lumière intérieure qui nous donne la clairvoyance nous permettant de comprendre dans la profondeur le sens de la vie. Le croyant peut progresser dans la spiritualité à tel point qu’il prend conscience que le monde est passager et illusoire dans sa consistance : tout est déjà accompli, et nous vivons quelques instants qui sont peu de chose en comparaison avec l’éternité, qui est la vraie vie.

Le temps est  le masque de l’éternité. Un masque ténu, que la mort viendra déchirer.

Sagesse qui nous conduit à ne pas nous laisser séduire par les beautés de ce monde : déjà elles sont fanées. Une peau lisse appelle la ride, et rien de ce qui est sur terre n’est pour subsister.

Lorsque la conscience du croyant est illuminée par cette certitude intérieure, son cœur est déjà ailleurs, bien que son corps évolue parmi les vivants. Il est conduit à se détacher d’un univers dont il connaît les apparences mensongères.

 

05:50 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

04/08/2009

L’ETAT D’ISRAEL S’HUMANISE

La Tribune de Genève, sous la plume d’Olivier Bot (Accusé de crimes de guerre à Gaza, Israël se défend à Genève, 3 août 2009), a fait part hier de la venue à Genève de Daniel Taub, directeur général au Ministère des affaires étrangères de l’Etat hébreu.

Après avoir aligné une série d’arguments douteux, l’homme a enfin montré, certes de façon allusive, que l’Etat sioniste pouvait faire mieux. « Concernant le phosphore blanc dont Tsahal a reconnu l’utilisation, rapporte Olivier Bot, Daniel Taub précise qu’ « il n’a pas servi comme arme » et indique que le rapport préconise cependant « d’autres modes opératoires dans son usage futur ».

Relisez bien ces dernières lignes : une façon de persister dans le crime tout en reconnaissant l’avoir commis un peu…

 

Le phosphore blanc (aussi appelé phosphore jaune) est un allotrope commun de l'élément chimique phosphore qui permet des utilisations militaires extensives comme agent incendiaire, agent de protection par écran de fumée, et comme un composant d'arme anti-personnel capable de provoquer des brûlures graves. Couramment utilisé en tant que fumigène, il devient une arme chimique lorsqu'il est utilisé directement pour ses capacités offensives. Le protocole III additionnel à la Convention sur certaines armes classiques de l'ONU, signé en 1983, interdit son utilisation offensive, qui est considérée comme un crime de guerre.

 

Israël reconnaît avoir utilisé du phosphore blanc à Gaza

C.J. (lefigaro.fr) avec AP
31/07/2009 | Mise à jour : 19:33

Dans son premier rapport exhaustif sur l'offensive à Gaza, l'Etat hébreu assure avoir employé l'agent chimique de manière légale pour former des écrans de fumée, et non comme arme contre les civils. Ce que contestent les organisations humanitaires.

Israël fait machine arrière. Après avoir nié pendant des mois avoir utilisé des munitions au phosphore blanc lors de son offensive sur Gaza en début d'année, le gouvernement admet dans un rapport, publié jeudi, en avoir finalement fait usage.

Le quotidien britannique Times l’a révélé en début de semaine, l'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch (HRW) le confirme ce samedi : Israël aurait recours à des bombes au phosphore blanc pour couvrir l'assaut de ses soldats dans la bande de Gaza.

 L’information a été démentie par l’armée israélienne, qui a toutefois refusé de préciser quel type d’arme elle utilisait. Elle affirme : "Les forces de défense israéliennes emploient exclusivement des armes autorisées par le droit international."

VIDEO : http://www.france24.com/fr/20090111-armes-phosphore-HRW-human-rights-watch-accuse-armee-israelienne-utiliser-droit-international

 

 

 

 

 

 

 

06:20 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

02/08/2009

QUAND LES SIONISTES VOLENT LES PALESTINIENS

Imaginez qu’un matin, alors que vous êtes chez vous, un étranger vienne frapper à votre porte. Sur le champ, il vous demande d’évacuer les lieux en prétextant que votre maison lui appartient.

Que feriez-vous ?

Aidé des « forces de l’ordre », il vous oblige à sortir, vous et l’ensemble de votre famille. Les femmes pleurent, les enfants crient. Les vieilles personnes ont bien du mal à emporter le poids de leurs souvenirs.

Que feriez-vous ?

Certes, des voix se lèvent autour de vous pour dénoncer cette injustice criante. Mais elles restent des voix.

Dans les faits, vous êtes à la rue désormais.

Qu’allez-vous faire ?

Voici plus de soixante années que les Palestiniens sont jetés de la sorte en dehors de leur territoire. Ils se comptent aujourd’hui par millions. Et chaque jour vient augmenter le nombre des réfugiés.

Plus de soixante années que cette situation démontre que les droits de l’homme écrits sur papier cachent une vaste imposture : le sionisme impitoyable.

C’est pour cette raison que la résistance armée des Palestiniens est légitime. Elle se poursuivra tant que les territoires volés ne seront pas restitués.

 

JERUSALEM - le 2 août 2009 à Cheikh Jarrah - Israël a poursuivi la colonisation juive à Jérusalem-est en expulsant dimanche des Palestiniens de deux maisons, s´attirant aussitôt les foudres de la communauté internationale.

"Je suis né dans cette maison, et mes enfants aussi. Je résidais ici légalement, et maintenant, nous sommes à la rue. Nous sommes des réfugiés", s´insurge Maher Hanoun après avoir été expulsé de chez lui à Cheikh Jarrah.

Ce quartier est l´un des plus prestigieux de la partie arabe orientale de Jérusalem conquise et annexée en 1967 par Israël, où les Palestiniens veulent établir la capitale de leur futur Etat.

Pendant que des colons transportaient dans des cartons les affaires des familles expulsées avant de les placer dans un grand camion de déménagement, d´autres s´affairaient pour prendre possession des lieux, équipés de truelles, d´échelles et de marteaux-piqueurs.

La police israélienne a déployé les grands moyens. Uniformes noirs, casques à visière et gourdins, lunettes de soleil, les hommes de l´unité anti-émeutes ont pris position autour d´une des deux maisons dans la rue Othman Ben Afan.

Des gardes-frontières aux bérets verts et une ambulance ont aussi été mobilisés. Plusieurs dizaines de manifestants se sont rassemblés, et la police a procédé à une dizaine d´interpellations, suite à des échauffourées.

"Nous avons tous peur d´être également chassés. Nous sommes ici depuis 1956 en vertu d´un accord alors conclu par les autorités jordaniennes avec l´UNWRA (Office des Nations Unies pour l´aide aux réfugiés palestiniens)", affirme Amal Kassem, une voisine.

"Les titres de propriété dont se réclament les colons sont des faux", proclame-t-elle.

La police a investi les lieux après que la Cour suprême d´Israël eut rejeté les appels des familles al-Ghawe et Hannoun contre l´ordre d´expulsion obtenu en justice par l´organisation de colons Nahalat Shimon International.

Cet ordre concerne 53 personnes, dont 19 mineurs, et a suscité la colère de Saëb Erakat, principal négociateur palestinien.

"Israël ignore le droit international et les droits de l´Homme (...) Les colons s´installent dans des maisons appartenant à des Palestiniens, et il y a 19 enfants sans logis supplémentaires", a-t-il déclaré aux journalistes.

"Nous déplorons totalement les actions inacceptables d´Israël évinçant de chez elles des familles palestiniennes enregistrées par l´UNWRA à Cheikh Jarrah", a renchéri dans un communiqué Richard Miron, un responsable de l´UNSCO, le Coordinateur spécial de l´ONU pour le processus de paix.

Même courroux de l´UNWRA qui s´est élevée dans un communiqué contre cette "décision inacceptable, déplorable et aux effets désastreux".

Le consulat britannique à Jérusalem-est s´est de son côté déclaré "consterné" et a jugé l´expulsion "incompatible avec le désir de paix que professe Israël".

A la mi-juillet, les Etats-Unis, l´Union européenne et la Russie avaient déjà notamment dénoncé le projet de construction d´une vingtaine de logements destinés à des Israéliens, également à Cheikh Jarrah.

L´ambassadeur d´Israël à Washington, Michael Oren, avait été convoqué au département d´Etat pour s´explique à ce sujet.

"Nous n´acceptons pas que des juifs n´aient pas le droit de vivre et construire où bon leur semble à Jérusalem-est", avait ensuite réagi le Premier ministre israélien de droite Benjamin Netanyahu.

Israël considère l´ensemble de la ville sainte comme sa capitale, ce que conteste la communauté internationale.

 

Plus de 200.000 Israéliens vivent dans une douzaine de quartiers de colonisation à Jérusalem-est, aux côtés de 270.000 Palestiniens.

 

source :

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5gl70Ri...

http://www.ism-france.org/news/article.php?id=12433&t...

23:51 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |