1959

17/09/2009

LE SIONISME EN QUESTION : PARTIALITE HAINEUSE ?

 

 Lisons les titres de l’actualité du 16 septembre 2009 :

 

Rapport accablant sur la guerre à Gaza

Atrocités

Une mission d’enquête des Nations Unies dénonce les crimes commis durant l’offensive israélienne contre le territoire palestinien (afp. L’article publié en page 11 de La Tribune de Genève ne mentionne aucune allégation contre le Hamas, et vise les forces armées israéliennes).

 

Israël sous la menace de la justice internationale (Le Temps)

 

Est-ce que les agences de presse et les journalistes qui titrent et exposent ainsi leurs comptes-rendus peuvent être soupçonnés de « partialité haineuse » ? Ceux qui le pensent devraient se réveiller et prendre enfin conscience qu’ils défendent une cause perdue aux yeux de l’opinion publique, désormais éclairée sur les méthodes ignobles de l’agression sioniste, depuis la fondation de l’Etat d’Israël jusqu’à nos jours.

 

En réalité – je le dis au nom des habitants de Gaza qui ont faim mais qui tant que durera l’occupation et la COLONISATION ne rendront JAMAIS les armes –  la haine aveugle et le racisme n’existent que dans le camp de ceux qui sont aujourd’hui encore capables de soutenir les assassins de Tsahal.

07:50 | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook | | | |

Commentaires

En soi toute guerre est par définition un crime contre l'humanité. Toute haine collective et partagée est une maladie honteuse. Mais pour se haïr, M. Ramadan, il faut être deux, ne l'oubliez pas.

La haine "sanguinaire" des "sionistes", comme vous les appelez abusivement afin de ne pas devoir dire "juifs" et d'être du même coup taxé d'antisémitisme, cette haine dis-je, et si tant est qu'elle existe (ce qui reste à prouver), n'est que le miroir réfléchissant de la haine basique et historique des islamistes contre les juifs, et dont, rappelons le, le Grand Mufti de Jérusalem, ami personnel de Hitler, était jadis l'expression emblématique.

Écrit par : Santo | 17/09/2009

Cher Monsieur Ramadan,

Il y a quelques jours, dans une note intitulée "La presse romande au service de l'impérialisme", vous fustigiez le Tribune de Genève et toute la presse romande en les accusant d'être partiaux et à la solde de l'impérialisme américain.

Et aujourd'hui, cette même Tribune de Genève devient un modèle d'impartialité sur lequel vous vous claquez quand elle omet la moitié d'un rapport.

Je vous signale par ailleurs que le Hamas, tout comme le gouvernement israélien ont rejeté de la même manière, et en bloc, ce rapport, qu'ils jugent, eux, partial...

Écrit par : Pierre Loriol | 17/09/2009

@Santo

Chantage antisémite quand tu nous tiens...

Écrit par : Rachid | 17/09/2009

Ramadan: votre acharnement à mettre en exergue ce que vous qualifiez de "barbarie sioniste" constitue effectivement une partialité haineuse. JAMAIS, vous ne parlez des attentats commis par vos prétendus frères musulmans, qui se font sauter parmi des civils. JAMAIS.

Sio cela n'est pas de la partialité... et de la haine?

Écrit par : Ducon | 18/09/2009

C'est fini ! l'amalgame antisémite/antisioniste n'existe plus ! Nous (opinion publique) sommes éclairés aujourd'hui sur vos pratiques inhumaines et . . . demain, on ne vous laissera plus faire ! Promis.

Écrit par : Nordine | 18/09/2009

@Santo :

Le monde n'est pas si basique. Vos explications simplistes ne sont aucunement fondées.
Les règles de l'islam sont claires : les musulmans doivent protéger les Juifs habitants dans les pays musulmans. Hors c'est exactement ce qu'ont fait les musulmans durant la 2ème guerre mondiale (on peut citer l'exemple du Maroc qui a toujours protégé "ses" Juifs).
Les antisémites ne sont pas les musulmans. L'histoire et en particulier l'Holocauste sont là pour nous le rappeler : ce sont les Européens qui s'en sont pris aux Juifs pas les musulmans.
Ensuite, c'est le monde occidental qui, pour se faire pardonner des crimes commis contre le Juifs, ont "offert" la Palestine à des sionistes opportunistes.
Et c'est toujours dans l'idée de se faire pardonner, que le monde occidental ferme les yeux sur des crimes sionistes qui sont on ne peut plus évidents !

La désinformation sioniste, le manque d'objectivité occidentale et la lâcheté des pays arabes ne pourront jamais faire oublier les souffrances du peuple palestinien.

Écrit par : Raphaël | 18/09/2009

@Raphaël. Vous dites "Vos explications simplistes ne sont aucunement fondées".
Puissiez-vous avoir raison ! Malheureusement les faits vous contredisent : Voici quelques extraits significatifs des conclusions tirées par les plus grands représentants de l'islam lors de de la 4e conférence de l'Académie de Recherche Islamique qui s'était tenue au Caire en 1968, à Al Azhar, prestigieusissime Mosquée et siège de l'Université Al AZHAR :

Son Eminence le Grand Imam Cheikh Hassan Mahmoun, Recteur d'Al Azhar :
" ... Ainsi nous méritons d'être des serviteurs de Dieu, auxquels il s'est référé en les destinant à combattre les Juifs, comme il est dit dans sa Parole ..."

M. Kamel Ahmad Own, Vice-Directeur de l'Institut de Tanta :
" ... La nature pernicieuse des Juifs ne change jamais. Ayant détruit Amalek dans sa totalité, les Juifs, poussés par l'appât du gain, épargnèrent le roi Amalek afin de pouvoir marchander avec lui ...
"... Le vice, la perversité, le parjure et l'idolâtrie de l'argent sont les caractéristiques inhérentes aux Juifs. Ils ont souvent été punis pour leurs vices, mais jamais il se sont repentis et n'ont voulu renoncer à leur nature pécheresse ..."
" ... Ils sont avares, impitoyables, cruels, hypocrites et rancuniers. Ces traits gouvernent leur vie, Ils ne changent jamais et n'ont aucune tendance à changer ..."

M. Muhammad Azzah Darwaza :
" ... Les Juifs sont évités par tous les peuples, qui les méprisent et les haïssent. Les gens prennent toujours leurs précautions quand ils ont affaire aux Juifs, afin de se protéger contre leur méchanceté et leur fourberie ..."

Professeur Abdul Sattar El-Sayed, Mufti de Tursos, Syrie :
"... Les Juifs, dans n'importe quelle communauté, ont toujours été un facteur de sédition. Qui plus est, ils ont constitué une malédiction se répandant dans le peuple, engendrant la corruption, semant les graines de l'inimitié et de la haine et rompant les liens de la fraternité entre des peuples qui se sont par la suite engagés dans des conflits sans fin ..."

Dr Kamel el Baker, Président de l'Université islamique d'Omdurman :
"... LE SIONISME EST LA MÊME CHOSE QUE LE JUDAÏSME, à cette différence qu'il cherche à atteindre les buts du judaïsme par l'action politique ..."

M. Hassan Khaled, Mufti de la République libanaise :
" ... Les puissances de l'athéisme devinrent alors hostiles aux Juifs, en raison de l'ignorance aveugle qui fut l'effet de la corruption, vivifiée et stimulée régulièrement par certains athées, conséquence du judaïsme méprisable ..."

etc. etc.

MA CONCLUSION :

Il s'agit bien ici d'un ANTISÉMITISME consubstantiel à la doctrine musulmane !
A M. Ramadan de réagir face à cette évidence ...

Écrit par : Santo | 18/09/2009

Bonjour à tous,
Je réponds à M. Santo par cet article qui avait déjà été publié par la TDG.
Une approche prudente et mesurée est nécessaire lorsque l'on aborde la question délicate de l'antisémitisme.

L’islam recèle-t-il, en ses sources, l’antisémitisme ?

«Tu trouveras certainement que les Juifs et les associateurs (les polythéistes) sont les ennemis les plus acharnés des croyants.» (Coran, 5, 82)
«Dis-leur (aux enfants d’Israël): Pourquoi donc avez-vous tué les Prophètes de Dieu auparavant, si vraiment vous êtes croyants?» (Coran, 2, 91).

Ces passages coraniques nous interpellent et nous amènent à nous poser une importante question: l’islam recèle-t-il en ses sources l’antisémitisme? Rappelons d’abord que la Bible elle-même comprend des paroles d’une sévérité extrême à l’encontre des Juifs: «Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites!... Serpents, race de vipères! Comment échapperez-vous au châtiment de la géhenne? C’est pourquoi, voici, je vous envoie des prophètes, des sages et des scribes. Vous tuerez et crucifierez les uns, vous battrez de verges les autres dans vos synagogues.» Selon l’Evangile, c’est Jésus qui parle ainsi! (Matthieu 23, 29-35)
Certains seraient tentés de dire que la meilleure forme de pédagogie, pour mettre fin à l’antisémitisme, serait d’effacer de la mémoire collective des hommes ces références scripturaires. Il se peut que nos sociétés laïques aient délibérément fait le choix de cette mise à l’écart, assurant ainsi la paix confessionnelle à laquelle aspirent de façon légitime des générations qui ne connaissent rien de la Bible. Ce sera plus difficile avec l’islam: les musulmans sont attachés au Coran, qu’ils lisent et entendent soir et matin. L’autre voie qui s’offre à nous est au contraire d’interroger les textes avec lucidité, et de ne pas nous en tenir à une lecture superficielle. Remarquons d’abord que l’ascendance de Jésus, fils de Marie, remonte à Israël, c’est-à-dire Jacob. Lorsqu’il interpelle les Juifs, Jésus s’adresse aux pharisiens, qu’il considère comme des hypocrites parce qu’ils s’adonnent formellement à des pratiques rituelles en oubliant l’essentiel: le culte du cœur et la miséricorde.
Le Coran est également explicite à ce niveau: «Ô vous qui avez la foi! Soyez des alliés de Dieu, à l’instar de ce que Jésus fils de Marie a dit aux apôtres: Qui sont mes alliés pour servir la cause de Dieu?» Les apôtres répondirent: «Nous sommes les alliés de Dieu.» Un groupe des enfants d’Israël crut, tandis qu’un groupe nia.» (Coran, 61, 14) En d’autres termes, ce ne sont pas tous les Israélites qui sont mis ici en cause, mais un groupe d’entre eux. De la même façon, le Prophète Muhammad sera soutenu par une partie des Arabes, alors qu’une autre partie le combattra dans le dessein de le faire mourir. Le destin des enfants d’Israël nous offre une illustration condensée de l’histoire de l’humanité, qui comprend, pour tous les peuples, des bons et des méchants, des tortionnaires et des hommes persécutés.
Reste le statut particulier des fils d’Israël. Une noble ascendance évoquée dans le Coran: «Ô enfants d’Israël, rappelez-vous Mon bienfait dont Je vous ai comblés. (Rappelez – vous) que Je vous avais préférés aux mondes.» (Coran, 2, 47 et 122)
Que l’on traite en islam du statut de la femme, ou de la rigueur de la loi, ou du rapport des musulmans aux personnes de confession juive, il faut se garder de considérer une partie de ses sources sans tenir compte de l’éclairage que nous offre une autre partie. C’est l’erreur commune que font les musulmans qui ont une vision étroite de leur religion, aussi bien que tous ceux qui visent à dénigrer systématiquement la culture musulmane en la présentant comme rétrograde et dépassée. Mais universelle, aimante et tolérante, telle est en réalité la nature première de l’islam.

Hani RAMADAN
Directeur du Centre Islamique de Genève
Tribune de Genève © Edipresse Publications SA
L'invité, 30 mars 2007

Écrit par : Hani Ramadan | 19/09/2009

Cet article déjà publié en réponse à M. Ducon sur la violence de la résistance palestinienne, en précisant que l'on ne peut pas considérer de la même façon les agresseurs (l'armée sioniste) et les agressés (les Palestiniens chez eux).

Le juste combat des Palestiniens

Vous souvenez-vous d'une image atroce…une scène filmée qui avait fait le tour du monde il y a quelques années : on y voyait deux Palestiniens cagoulés et menottés, à la merci de soldats israéliens qui leur brisaient les os à coups de pierres ; on y entendait, à moitié étouffés, leurs hurlements de douleur ? Il y a eu alors des protestations, mais qui comme toujours n'ont abouti à rien. Les années ont passé, et les Palestiniens sont plus que jamais la proie d'un régime impitoyable, poursuivant sa politique de colonisation et d'agression, avec son cortège de morts, de gens mutilés et handicapés à vie, de maisons détruites et de terres agricoles dévastées.

Qu'importent dès lors les mots et les discours ? Que dernièrement le secrétaire d'Etat américain Colin Powell ait haussé le ton contre Israël en disant à Sharon : « Si vous pensez pouvoir résoudre le problème en observant combien de Palestiniens vous avez tués, je crois que cela ne conduit nulle part » ? Car la passivité de la communauté internationale ne mène nulle part non plus. Cette situation est odieuse parce qu'elle signifie qu'un peuple peut se voir privé de ses droits sans être défendu par ceux-là mêmes qui n'hésitent pas à bombarder des régions entières lorsqu'il s'agit d'intérêts bassement stratégiques. Colin Powell devrait se rappeler qu'il représente un gouvernement qui à plusieurs reprises a refusé l'envoi d'observateurs internationaux sur le terrain, alors que cette présence aurait certainement pu empêcher les abus dont souffrent quotidiennement les Palestiniens, et sans doute contraint les soldats à plus de retenue.

Qu'importe les admonestations de Kofi Annan à l'encontre d'Arafat et de Sharon ? Nous sommes autant que lui horrifiés par le carnage qui se déroule sous nos yeux. Et s'il est vrai, comme il l'affirme, que «l'histoire jugera sévèrement » les responsables palestinien et israélien, le secrétaire de l'ONU devrait garder à l'esprit que son propre bilan n'est guère plus brillant : rien n'a été concrètement entrepris pour qu'Israël se conforme aux Conventions de Genève. Qu'à travers l'ONU, on reconnaisse désormais explicitement l'existence d'un Etat palestinien, cela ne doit pas nous faire oublier que depuis des décennies, les résolutions de cette vénérable institution ne sont pas respectées par les Israéliens.

Le fait, par ailleurs, que les initiatives de paix venant des pays arabes, plus prompts à la parole qu'aux actes, soient systématiquement rejetées par Sharon, indique de façon claire que ce dernier n'est pas un homme politique qui se sert de son armée, mais un militaire brutal qui se sert de la politique.

A l'heure actuelle, on apprend que des centaines de Palestiniens sont conduits dans les prisons israéliennes pour y être «interrogés». Quand on sait ce qui se passe dans ces lieux de détention arbitraire, où la torture est une pratique courante, et où le mot d'ordre est de briser la résistance palestinienne, on s'étonne de l'absence de réaction du monde prétendument «civilisé». Quand on voit cette armée qui ne respecte plus rien, ni l'intimité des civils, ni le travail humanitaire des ambulances du CICR, on ne comprend plus pourquoi Sharon reste un interlocuteur légitime.

Peut-on donc reprocher aux Palestiniens de combattre par tous les moyens ? Au lieu de périr déchiquetés par des missiles ou criblés de balles, n'est-il pas finalement logique, dans de telles circonstances, d'en venir à de telles extrémités : mourir et faire mourir l'autre, l'occupant qui n'a d'égards, lui aussi, lui surtout, ni pour les femmes, ni pour les enfants ?

Soit la communauté internationale intervient dans ce conflit en portant secours à ces gens livrés à l'armée de Sharon, soit elle doit soutenir la légitimité de la lutte des Palestiniens. Car si l'on entre dans votre maison, si l'on tue l'un de vos proches, si l'on prétend vous chasser de vos murs, vous avez le droit, sinon le devoir, de repousser votre agresseur. Certains parmi les vôtres choisiront - ou ne choisiront pas - de partir avant d'être massacrés. D'autres accepteront - ou n'accepteront pas - de vivre dans la cave ou la niche qu'on leur propose. D'autres enfin mettront le feu aux poudres dans leur propre foyer, avant de disparaître dans l'éternité, sans rien laisser d'eux en ce bas monde où les hommes, décidément, ont perdu tout sens de la justice.

Hani RAMADAN

Tribune de Genève, l'invité, 15 mars 2002

Écrit par : Hani Ramadan | 19/09/2009

De vous, M. Ramadan, nous attendions pour le moins que vous condamneriez ou moduleriez le genre de propos violemment antisémites proférés par les théologiens musulmans à El Azhar au Caire en 1968.
Car ce type d'accusations reviennent en force à notre époque dans beaucoup de pays musulmans, et jusque dans les livres distribués aux enfants des écoles.
Quelles que soient leurs sources (c.f. la notion islamique de fitna), ces accusations font écho aux "Protocoles des Sages de Sion": les Juifs seraient les fomentateurs de la sédition en tous temps et en tous lieux. Rappelons que des faux tels ces "Protocoles", fabriqués jadis sous les tsars, furent repris et amplifiés par les nazis et le régime de Vichy qui organisa à Paris en 1942 la célèbre exposition "les Juifs et la France", où les propos intolérables des théologiens du Caire y étaient déjà développés dans des termes identiques.

Quant à votre article publié par la tdg en 2007 :

Vous y dites : "la Bible elle-même comprend des paroles d'une extrême sévérité à l'encontre des Juifs". Voyons, M. Ramadan, il ne s'agit pas de la Bible, mais des Evangiles !
Il est tout de même étrange que pour éclairer la pensée musulmane, vous vous référiez presque exclusivement aux enseignements du christianisme ...
Cela vous conduit à prétendre d'une manière caricaturale, qu'au même titre que le christianisme et contrairement au judaïsme, l'islam favorise "le culte du coeur et de la miséricorde". Ce n'est pas sérieux, si l'on considère que le Coran a puisé une grande partie de son inspiration et de sa substance dans la Bible dont il prétend compléter le message ! Moïse fut le premier à dire : "Tu aimeras ton prochain comme toi-même".
C'est à se demander si vous avez vraiment lu la Bible ...

Par ailleurs, vos propos expriment LA PLUS TROUBLANTE DES AMBIGUÏTÉS, dès le moment où vous condamnez les Hébreux de jadis et les Juifs d'aujourd'hui à la lumières des Ecritures, tout en rappelant que les musulmans ne considérant qu'une partie des sources à disposition ont une vision étroite de la religion.
Autrement dit vous attisez d'une manière à peine voilée la haine de l'Autre, tout en précisant qu'il faut aussi considérer les sources qui ne donnent pas, de la religion, une vision trop étroite.

C'est l'attitude d'un pompier pyromane !

Écrit par : Santo | 20/09/2009

@Santo :

Pas de temps à perdre à se justifier d'être antissémite.

La ruse des sionistes militant est bien rodé : accusation d'antisémitisme lorsqu'il est question de l'état terroriste d'israel, quand dans le même temps la colonisation et l'asphyxie d'un peuple continue bon train, les musulmans ou les antisionistes perdent leur temps à se justifier !

Le chantage ne prend plus Messieurs, vous aurez des comptes à rendre tôt ou tard.

Voici deux liens qui valent toutes les "philosophailleries" du monde :

http://www.comiteactionpalestine.org/modules/news/images/stories/palestine1900-2000.jpg

http://www.monde-diplomatique.fr/cartes/cisjordanie

Écrit par : Rachid | 22/09/2009

@Rachid.Pour évacuer le problème de l'antisémitisme chez certains Musulmans (pas tous, Dieu merci), vous déviez avec entêtement le débat sur le conflit israélo-palestinien. Je suis le premier à dire qu'il ne faut pas tout mélanger !

Nous sommes en Suisse, nous sommes en Europe, et c'est le dialogue interreligieux qui est menacé, si la pensée extrémiste prend le pas sur celle dont le souci majeur est de trouver les dénominateurs communs entre ceux qui en définitive croient en le même Dieu, et qui tôt ou tard se retrouveront ensemble autour d'une table basse à boire un café turc !
Mais pour arriver à des résultats, il faut cesser de considérer chaque Juif comme un "comploteur sioniste" aux bras longs et aux doigts crochus, qui veut faire main basse sur toute la planète ...
Vous avez du "sionisme" une approche totalement caricaturale. Etre "sioniste" veut simplement dire "tourner son regard et son espérance vers Sion (Jérusalem)".
Autrement dit, tout Musulman attaché au destin de Jérusalem par rapport à sa propre religion, est lui aussi "sioniste".

Conclusion : Cessons de galvauder des mots dont certains ne connaissent plus la signification réelle, qui organisent tous les blocages et radicalisent les attitudes.

Écrit par : Santo | 23/09/2009

@Santo

Je vous retourne vos arguments en guise de "conclusion" dont vous nous avez gratifiez :


Vous écriviez le 18/09/2009 après des citations (SANS SOURCES) de théologiens musulmans :



« MA CONCLUSION :

Il s'agit bien ici d'un ANTISÉMITISME consubstantiel à la doctrine musulmane ! »


Ensuite vous écrivez le 22/09/2009 en réponse à mon commentaire :


« Conclusion : Cessons de galvauder des mots dont certains ne connaissent plus la signification réelle, qui organisent tous les blocages et radicalisent les attitudes »


Vous avez tout à fait raison : vos propres conseils doivent avant tout s'appliqué chez vous et vos coreligionnaires qui lâchent un peu trop facilement les accusations d'antisémitisme ou de judéophobie ; ce qui est insensé pour un musulman !

Les sionistes ont semé le mépris des musulmans (voir des citoyens du monde), pour leurs actes et crimes envers les populations palestiniennes, non en tant que Juif (dont le musulman respecte en tant que tel) ; les accusations d'antisémitisme sont donc absurdes et non-fondé.

Ensuite concernant la "paix", je ne sais pas quelle définition cela renvoi chez vous et vos dirigeants sionistes, lorsque dans le même temps, la colonisation, les bombardements et l'asphyxie d'un peuple continuent.

Pour parler de paix avec son interlocuteur (à défaut d'ennemi) il faut déjà commencer par ne pas le prendre pour un abruti en cessant TOUTES hostilités (preuve de bonne foi) ; il y a déjà beaucoup à faire de côté là !

Écrit par : Rachid | 24/09/2009

Les commentaires sont fermés.