1959

28/09/2009

ARRESTATION DE ROMAN POLANSKI

 Imaginons qu’un dignitaire arabe de passage à Genève soit interpellé sous le couvert d’un mandat d’arrêt international, pour les faits précis suivants :

 

Rapports sexuels avec une jeune fille mineure de 13 ans.

Viol selon le témoignage de la fille.

Aveu, mais consentement de l’enfant selon l’adulte.

 

Que dirait la presse au niveau international généralement, et en Suisse particulièrement ?

Le scandale permettrait une nouvelle fois à bon nombre de détracteurs de mettre en cause les mœurs islamiques.

On avancerait sans détour que chez nous, dans un Etat de droit, les hommes célèbres et les simples gens sont tous égaux devant la justice.

On proclamerait bien haut que la Suisse ne doit céder à aucun chantage et qu’un délit reste un délit, et qu’il faut donner l’exemple.

 

Or, que lisons-nous dans la presse aujourd’hui ?

Une consternation générale touche les milieux intellectuels, culturels et politiques en ce qui concerne la détention du génie artistique qui devrait somme toute rester intouchable.

Il y a de quoi s’émouvoir en effet :

Le grand cinéaste était venu au festival de Zurich pour y recevoir un prix.

A six ans, rappelle la presse, il a connu du fait de ses origines juives le ghetto de Cracovie.

Qui ne se souvient de l’assassinat de son épouse Sharon Tate en 1969, enceinte de huit mois, dans des conditions épouvantables.

La jeune fille de treize ans lui a pardonné depuis.

Interrogés par La Tribune de Genève, Dick Marty, Géraldine Savary, Andreas Gros sont indignés par cette arrestation, qui « ne va pas contribuer à améliorer l’image de la Suisse. »

Cela, alors que notre pays n’a fait qu’appliquer des règles juridiques précises, comme l’a rappelé l’Office fédéral de la justice.

Mais non. « Pouvait-on manquer à ce point de sensibilité pour ne pas anticiper le tollé que cette arrestation allait provoquer et les dégâts d’image qu’elle ne manquerait pas d’entraîner ? Car Roman Polanski n’est pas n’importe quel fugitif. Son œuvre a touché le monde entier. Que l’on pense à son film Le Pianiste, qui fait le récit bouleversant de la survie d’un musicien dans le ghetto de Varsovie », rappelle Jean-Claude Vantroyen dans Le Temps (28 septembre 2009).

Le tollé. L’indignation. La stupéfaction.

Les ghettos de Cracovie et de Varsovie.

La prison zurichoise.

L’extradition et l’exil.

Pleurons.

Mais à n’en point douter, une condamnation unanime sans détour pour tous ceux qui ayant commis le même délit, n’ont pas la chance d’être des artistes juifs de renommée internationale !

08:17 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Polanski tombe sur le coup de la Loi votée par le peuple suisse il y a une année, cela n'a rien a voir avec sa religion ! Par contre, vous n epouvez vous empêcher de tenir des propos haineux et facistes contre la religion
Juive ! Assez, vous êtes en infraction avec Loi contre le racisme, VOUS allez devoir bientôt répondre de la haine que vous véhiculer !

Écrit par : charognard | 28/09/2009

Cher Monsieur Ramadan,

Je crois que vous peignez le diable sur la muraille.

Lors de l'arrestation du fils de M. Khadafi, sous l'accusation d'avoir molesté ses domestiques, personne n'avait remis en cause les moeurs islamiques, ni prétendu que battre ses domestiques faisait partie de l'Islam. Bien au contraire, de nombreuses voix s'étaient élevées pour stigmatiser le manque de doigté des autorités genevoises lors de cette arrestation peut-être disproportionnée, mais légale.

Quant aux levées de bouclier de la classe libérale de gauche face à l'arrestation de M. Polanski en vue d'extradition, elles en sont pas provoquées par ses origines juives. Certains en Suisse sont fâchés lorsque la loi est appliquée. en l'espèce, un traité nous lie aux Etats-Unis, en vertu duquel nous devons extrader les personnes pour lesquelles l'extradition est demandée. On a vu les mêmes levées de boucliers, de la même classe, lorsqu'il s'était agi d'expulser vers la Suède, avec qui la Suisse est aussi liée par un traité, un ressortissant irakien. Les mêmes milieux culturels (l'intéressé avait tourné dans un film) souhaitaient que le droit ne soitappliqué au vu de la qualité d'artiste de la personne concernée.

Nous sommes donc dans un contexte où une certaine classe politique souhaite que le droit ne soit pas appliqué lorsque son application heurte un sentiment selon lequel les artistes devraient échapper au droit commun.

Vous voyez donc que le Juif Polanski et le Musulman irakien ont été traités de la même manière par les autorités, qui leur ont appliqué le droit de la même manière, indépendamment de leur confession. Vous voyez aussi que la même classe élitiste de gauche a pris leur défense, à mon avis à tort dans les deux cas, mais en vain.

La Suisse, ne vous en déplaise, applique le droit de la même manière à tous. C'est ce qui en fait un Etat démocratique et laïque.

Écrit par : pierre bamio | 28/09/2009

Je ne vois pas ce que la religion vient faire la-dedans!Réfléchissez un peu:Si il y a 30 ans,votre fille de 13 ans etait saoulée et sodomisée par un pédophile (eh oui un PEDOPHILE c'est le mot!)et qu'aujourdhui vous pouvez obtenir justice que feriez-vous ?que l'auteur de ces actes soit juif,arabe,martien ou grande star ne change rien ne confondez pas l'artiste et l'homme....

Écrit par : Joel | 28/09/2009

Je trouve aussi la conclusion quelque peu lapidaire.
Mais le reste est suffisamment interessant pour ne pas lui jeter la pierre.

Écrit par : dano | 28/09/2009

"Assez, vous êtes en infraction avec Loi contre le racisme,"

Aucune importance, Mabut regarde ailleurs.

Écrit par : Arlecchino, povero sciocco | 28/09/2009

Là c'est vraiment un coup bas, rappeler les origines juives de Polanksi c'est pitoyable. Question fait divers sur le comportement d'une personnalité aux moeurs pas très islamiques, on a déjà Hannibal qui montre que certains mulsumans sont aussi des hommes mauvais et manipulateurs.

Écrit par : demain | 28/09/2009

Chère Madame Géraline Savary,

je m'addresse à vous, car il a longtemps que je porte envers vous beaucoup de respect et d'appréciation. Je partage également votre incompréhension concernant l'affaire Polanski.

Ceci dit, je vous remercie de bien vouloir prendre un instant et lire ce que je souhaite partager avec vous.


Auteure d'un livre blanc (Les Droits de l'Enfant, lu et corrigé par quelques juges de notre pays et à l'ONU, également auteure d'un livre noir , mon histoire, séquestrations, violences, maltraitances.

Les auteurs du crime (mes parents) auront été parfaitement protégés par les lois de notre pays.
Mon père, notable, juriste, reconnu, aura "servi" quelques décennies au sein du Palais Fédéral, fondateur de l'AVS -AI.

Ma mère, intouchable, professionnelle auprès du Procureur Général à Genève.

Moi?
8 ans de séquestration au sein de l'appartement familial (enfance). Droit de pipi deux fois par jour.
Privée d'école (mineure).
Cachée. Interdite de parole, interdite d'exister.
Internement psychiatrique (mineure) pour me faire finalement disparaître avec électro-chocs et autres traitements invraisemblables.
Placée (mineure) dans un monastère de soeurs carmélites -catholiques- et j'en passe.... pour une bonne fois pour toutes apprendre à faire voeux de silence, retraite, enfermement pour maîtriser le silence, mieux l'hypocrisie, le mensonge? Les lois de notre pays? Laissez-moi pleurer, mes larmes ne vous touchent pas. Au lieu de celà c'est le statut, le compte en banque qui compte, la vérité elle existe pour les étrangers, pour un Polanski... et pour moi, Suissesse? NON c'est du passé! La loi, les lois, NOS LOIS ? Où sont-elles? Bien jolies sur papier, mais en application? Pour Polanski OUI, puisque la Californie est au bord du gouffre, de l'effondrement financier, vite allons rétablir et chercher le vilain monsieur P. qui a touché une fillette de 13 ans, mais moi, touchée à répétitions, cassée pour la vie, aucune loi n'aura jamais été appiquée, il est bien vrai que je n'ai pas accumulé les millions de P. Alors quel intérêt?

"Laisse-les tranquilles", c'est le PASSE! Et alors? On s'en fout dans notre belle SUISSE toute propre en ordre si tu été internée enfant, séquestrée en Suisse et en Afrique durant 8 ans, cachée, puis exilée.

Mais vous vous en fichez tous pas mal. Sauf quand il s'agit de rétablir la vérité pour une personnalité connue qui peut mieux vous représenter, tandis que des parents comme les miens, eux, suisses, auront toute leur vie été intouchables.

Les lois sont appliquées vous dites?

Je serais honorée si vous vouliez bien acceptez de me recevoir pour un entretien, une demi-heure, et m'expliquer pourquoi nos lois existent pour certains et pas pour d'autres? Pourquoi vous réagissez pour Polanski?

Et moi? J'ai des choses importantes à vous communiquer.

Veuillez agréer, Chère Madame à l'expression de mes sentiments distingués.

Pr. Catherine AHO

Écrit par : AHO KERN Catherine | 02/10/2009

Où est donc le modérateur du blog de la TdG ?

Écrit par : Patoucha | 03/10/2009

Les commentaires sont fermés.