1959

03/12/2009

MINARETS : LETTRE D'UN POETE REVOLTE

Je te dessine un minaret

 

 

Cher(e)s ami(e)s, rédacteur en chef, journaliste,

 

Que peut faire le poète révolté ? sinon adresser un poème fraternel dans la paix et le partage à la communauté musulmane ?

 

Merci, autant que votre journal / publication le permette, de diffuser le plus largement possible le message contenu dans le poème annexé (pièce jointe)

 

Cordialement

 

Bruno Mercier

poète

Chemin du Frêne 40

CH-1072 Forel (Lavaux)

Suisse VD

www.bmercier.ch

 

 

 

Je te dessine un minaret

 

 

Non, notre foi n’est pas l’otage

De déserteurs d’églises froides

Et leurs clochers silencieux !

Aide-moi à vaincre la honte.

 

Moi, Bruno, chrétien suisse et frère,

Je te dessine un minaret,

Un faisceau de rayon laser,

Au-dessus de ton lieu de prière.

 

Coiffée d’un turban de nuages,

La mosquée se couronne d’étoiles

Où éclate un prisme arc-en-ciel,

Contour lumineux de la Tour.

 

Je me tiendrais debout, très proche,

Tu te courberas jusqu’à terre,

Je serais minaret vivant

Aux pieds de ton corps allongé.

 

Tu verras le symbole de l’islam,

Hyacinthe tournée vers notre Dieu,

Fleur de feu dressée sur le toit,

Le crayon, la mine, mon sourire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

23:13 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Merci beaucoup pour ce poème , il réchauffe le coeur

Écrit par : MOHAMED BOUKHALFA | 04/12/2009

Bonjour Mr. Ramadhan
Salutations à Mr. Bruno Mercier,

Merci cher poète pour vos adorables harmonies, j'en ai lu avec une sensation profonde!
autant que chercheur dans la littérature, J'essayerai de le traduire en arabe, pour lui donner un autre charme poétique!

Écrit par : Mohamed Ftelina | 04/12/2009

Brunbo
Un poème, ça se travaille.
Ce qui caractérise un poème, ce sont les VERS,
n'en déplaise à quzelques rimalilleurs insipides et vite contents d'eux.

Un poème EXIGE le respect des règles INHERENTES à la poésie :
Nombre pair des pieds, rimes au moins suffisante.
Tes vers font parfois 9 pieds, tes rimes sont totalement absentes.
Je ne vois ici que de la prose mise en page.
Les idées sont bonnes, la forme est notoirement insuffisante.

Essaie toi sur le sonnet, tu verras ... Le PIED!

Écrit par : csny | 12/12/2009

Les commentaires sont fermés.