1959

29/12/2009

COMMUNIQUE SUR GAZA

Une année après l’agression criminelle perpétrée par l’armée de l’occupation israélienne contre le peuple palestinien à GAZA, ce peuple continue de vivre sous un état de siège insupportable.
L’UOIF exprime sa solidarité avec le peuple palestinien dans ces moments difficiles, et appelle tous les citoyens français épris de justice à continuer leur engagement aux côtés du peuple palestinien et de ses droits fondamentaux à la paix et à la justice.
L’UOIF dénonce le silence des instances internationales face à l’embargo imposé à GAZA, et dénonce le mur de la honte qui est en train de se monter, aux frontières égyptiennes, amplifiant l’enclavement inhumain, avec son cortège de famine, de maladies et d’humiliation dont souffrent les Palestiniens.
Les consciences vives dans le monde, et particulièrement en France, ne peuvent rester dans ce mutisme indigne face à l’hégémonie de l’occupation. Les Palestiniens de Gaza, qui ont reçu des messages de sympathie, et des promesses d’aide après les crimes de l’an dernier, n’ont rien vu venir, pire encore, le blocus s’est intensifié autour d’eux, en violation à toute légalité internationale et au respect de l’Humanité.
En ces moments de la fête de Achoura qui commémore le triomphe du Prophète Moïse et de son peuple, et la chute du despotisme du pharaon, l’UOIF appelle les musulmans de France à multiplier les invocations et les prières pour qu’advienne, sur la terre de Palestine, une paix véritable, juste et durable.
L’UNION DES ORGANISATIONS ISLAMIQUES DE FRANCE
La Courneuve, 28 décembre 2009

source :

 

11:51 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

22/12/2009

MINARETS : LA PEUR DE L’ISLAM

Je me permets de reproduire sur ce blog l’excellente réflexion publiée ce jour dans le courrier des lecteurs de la Tribune de Genève (22 décembre 2009).

 

Les racines de l’islamophobie

Genève, 2 décembre. – Selon un rapport du Sénat américain, l’administration Bush a intentionnellement laissé s’échapper Ben Laden lors de l’invasion de l’Afghanistan en 2001! Comment expliquer que l’administration américaine n’ait pas voulu poser quelques questions au chef d’Al-Qaida? L’arrestation de Ben Laden était certainement trop embarrassante. Son interrogatoire aurait démontré qu’il n’était pas le commanditaire des attentats du 11 Septembre et que Al-Qaida n’était qu’une invention des services secrets américains. L’immatérialité de cette organisation et l’évasion de son chef l’ont transformé en une nébuleuse. L’avantage d’une nébuleuse, c’est qu’elle est, à la fois nulle part et partout. Ne pouvant pas identifier la menace, une peur irrationnelle a saisi le monde entier et tous les musulmans sont devenus des terroristes potentiels. L’énorme manipulation, dont fait partie la version officielle des «attentats» du 11 septembre 2001, a totalement réussi et instillé l’islamophobie dans le monde entier. La dramatique votation des Suisses sur les minarets en est la preuve. Le pays a renié toutes ses valeurs et est devenu un contre-exemple pour la communauté internationale qui le considérait jusqu’alors comme un modèle.

Daniel Fortis

Source : http://www.tdg.ch/communaute/courrier-lecteurs/lettres-22-decembre-2009-12-21

 

 

09:01 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

19/12/2009

Caroline Fourest AU CENTRE ISLAMIQUE DES EAUX-VIVES

Débat improvisé avec Caroline Fourest qui cherchait le 29 novembre 2009 d’improbables intégristes au bord du lac Léman. Curieusement accompagnée par Elisabeth Eckert.

Surpris de découvrir sur dailymotion quelques éléments de ce bref échange, je le livre à mes lecteurs qui apprécieront – dans le pur style de la tradition d’ouverture de notre pays – l’attrait touristique exercé par notre irréprochable chalet des Eaux-Vives.

 

http://www.dailymotion.com/video/xbj8gq_caroline-fourest-rencontre-hani-ram_news

13:15 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | |

18/12/2009

Leïla Shahid : petits pas et lourdes menaces sur la Palestine

La représentante de l´Autorité palestinienne à Bruxelles, invitée d´un débat à l´Institut du monde arabe à Paris, fait un tour d´horizon de la situation au Proche-Orient.

C´est une soirée de retrouvailles qu´avait organisée, jeudi, le CJPP5 (comité justice et paix en Palestine et au Proche-Orient, du 5e arrondissement) en invitant Leïla Shahid à parler de la politique de l´Union européenne face au conflit israélo-palestinien. Quatre journalistes étaient là pour la questionner.

La représentante de la Palestine auprès de Bruxelles a d´abord dit le mal qu´elle avait eu à se repérer dans « le maquis des institutions de l´UE », décrite comme « un monstre à trois têtes » qui « avance par millimètres et à tout petits pas ». L´un de ces pas, c´est le texte adopté le 8 décembre par les ministres des Affaires étrangères de l´UE qui affirme que Jérusalem doit être la capitale de deux États, Israël et la Palestine, et que les colonies construites dans les territoires conquis par Israël en 1967 sont illégales, y compris celle de Jérusalem-Est. Preuve de son importance, « jamais, dit Leïla Shahid, les Européens n´ont subi autant de pressions de la part d´Israël ». Elle salue « le courage » de la présidence suédoise, faisant un parallèle avec la présidence française qui avait tenté d´imposer un rehaussement des relations avec Israël en en faisant un quasi-membre de l´UE, décision que « le Parlement européen a heureusement bloquée ». C´est la seule bonne nouvelle.

Pour le reste, elle voit surtout des raisons d´inquiétude : la division interpalestinienne, constitue, dit-elle, « le défi le plus grave que nous ayons eu en soixante ans ». Il y a aussi « le risque d´une attaque contre l´Iran, qu´Israël utilise pour occulter le problème palestinien ». « Ce serait la fin du monde car Israël a 200 têtes nucléaires et l´Iran, des missiles qu´il enverrait sur Dimona. »

Son espoir réside non dans les États arabes « coupés en trois mondes - Machrek, Maghreb, Golfe - et en proie à une crise d´identité réelle, et pas fictive comme en France », ni dans les États-Unis, où « le président a changé, mais pas les institutions », mais dans « la Turquie, qui constitue un pont et une vraie aubaine pour l´Union européenne ».

 

Françoise Germain-Robin

 

 

publié par l´Humanité le mardi 15 décembre 2009

 

http://www.humanite.fr/2009-12-14_I...

 

22:22 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

17/12/2009

LA SAGESSE DU CORAN : COMMENTAIRES D'UNE SOURATE

Commentaires Sourate 103

Le Temps (al-‘asr)[1]

3 versets, Pré-hégirienne

 

Au nom de Dieu,  le Très Miséricordieux, le Tout Miséricordieux

 

1)       Par le temps !

2)       L’homme est certes en perdition.

3)       Sauf ceux qui ont cru, et ont accompli les bonnes actions, et se sont recommandé mutuellement la vérité, et se sont recommandé mutuellement la patience.

 

Sens des expressions et explications :

a)   Par le temps ! Al-‘asr : Dieu prête serment par ce terme qui a divers sens : la prière obligatoire réalisée dans l’après-midi ; ou encore la tranche de la journée qui précède le coucher du soleil ; ou encore les premiers temps de la prophétie de Muhammad ; ou encore plus généralement le temps. Yahyâ a dit : « Al-‘asr, c’est le temps (ad-dahr) par lequel Dieu a prêté serment. » (Al-Bukhârî) Ibn ‘Abbâs – que Dieu soit satisfait de lui et de son père – a affirmé pareillement : « C’est le temps (ad-dahr). » (Al-Khazin)  Notons la racine de ce mot : ‘asara, qui donne le verbe « presser ». ‘Asîr a le sens de « jus, suc ». L’homme est d’une façon ou d’une autre pressé par le temps qui passe : telle est la condition humaine.

b)  L’homme est certes en perdition. Al-insân désigne ici le genre humain. Les individus comme les sociétés qu’il compose évoluent dans le sens de la déchéance physique ou morale. Nos actions, nos efforts et nos vies sont nécessairement limités par le temps. La force qui est celle de l’être humain, comme les biens qu’il amasse sont donc voués à la perdition ou à la passation, et cela est visible pour chacun d’entre nous avec évidence. Ce verset constitue la deuxième partie du serment divin, dans le sens : « Je jure par le temps que l’homme est certes en perdition ! » Certains ont considéré que le mot homme renvoie ici aux seuls négateurs, du fait que les croyants en sont exclus, comme l’indique le verset suivant. (Al-Khazin) 

c)  Sauf ceux qui ont cru. Seuls échappent à cette déchéance ceux qui remplissent les quatre conditions énumérées dans le troisième verset de cette sourate : Ils sont d’abord croyants. Leur foi leur donne un idéal qui les lie à leur Créateur et à la vie éternelle. Les hommes qui n’ont aucune ouverture sur la transcendance finissent au contraire par s’enfermer dans les limites étroites du matérialisme et de la seule recherche des plaisirs.

d)  Et ont accompli les bonnes actions. Deuxième condition : la foi authentique se traduit par un engagement sincère : la pratique de la prière et du culte, le bon comportement moral, l’action au service de la collectivité, le maintien et le respect de la loi divine.

e)   Et se sont recommandé mutuellement la vérité. Le mot tawâs: « se recommander mutuellement quelque chose » est construit sur le paradigme tafâ‘ala : les verbes qui sont formés selon cette structure expriment l’idée  d’une interaction entre les sujets. Interaction qui suppose la présence d’une communauté dont les membres comprennent la nécessité de rester liés et de s’encourager mutuellement à vivre selon la vérité, que l’on peut résumer dans le monothéisme et dans la conformité aux exigences de la loi divine. Selon Al-Khâzin, la vérité nous renvoie ici au « Coran et le fait d’agir en conformité avec son contenu. On a dit, ajoute Al-Khâzin, que le mot vérité pouvait avoir le sens de  la foi et du monothéisme. »

f)    Et se sont recommandé mutuellement la patience. Vivre cependant conformément aux exigences du monothéisme représente une épreuve en climat païen, ou simplement en « climat matérialiste ». Professer le monothéisme, c’est nécessairement se heurter à la plus vive opposition, venant de tous ceux qui remettent en cause la volonté divine pour lui substituer des vues et des systèmes en contradiction  avec les normes de la foi. D’où la nécessité de s’encourager mutuellement à la patience, en restant unis à la communauté des croyants. Le mot sabr : « patience, persévérance, constance », s’entend à plusieurs niveaux : La patience dans la réalisation des obligations, comme par exemple la prière. La patience dans le fait de s’écarter des interdictions et des tentations. La patience lorsque l’on est atteint par un malheur. La patience en maîtrisant sa colère et en rendant le bien pour le mal.

Quelques enseignements :

-  Il existe deux critères qui permettent de juger de la réussite et de la prospérité de l’être humain : un critère purement matérialiste, qui indique que cette réussite est proportionnelle à la richesse, à la notoriété et à la santé de l’individu. Le fait est cependant que quel que soit l’état de sa caisse, l’homme finira par perdre son bien ou le laisser à ses héritiers. Sa notoriété tombera dans l’oubli et ne lui sera finalement d’aucune utilité, et quant à sa santé, que peut-il attendre, sinon la vieillesse et la mort ? Le deuxième critère est lié à des éléments qui sont beaucoup moins visibles, et que la plupart des hommes négligent parce qu’ils ne considèrent que le caractère apparent de notre vie sur terre : réussir, c’est lié son âme à Dieu dans l’adoration, c’est agir en vue du bien de tous, en cette vie et dans la perspective du retour imminent à Dieu. Comme le disait en substance l’Imam Hassan Al-Bannâ, le temps vaut bien plus que de l’argent. « Le temps, c’est la vie », et chaque instant qui nous échappe emporte une partie de notre existence, qui ne reviendra jamais. Le temps est donc notre bien le plus précieux, que la plupart des hommes gaspillent en pure perte. Or, Dieu prête serment par le temps, ce qui indique sa valeur inestimable. Nous devons donc apprendre à gérer notre temps de façon équilibrée et raisonnable entre nos besoins terrestres, et notre volonté de gagner le Paradis. En ce sens, le Messager de Dieu a dit : « Il y a deux bienfaits par lesquels sont trompés[2] un grand nombre d’hommes : la santé et le temps libre. » (Al-Bukhârî)

-  A propos de ces trois versets, l’Imam Ash-Shâfi‘î a dit : « Si Dieu – Exalté soit-Il – n’avait fait descendre sur Ses créatures, en tant qu’argument (déterminant leur responsabilité), que cette sourate, elle leur aurait suffi. » Ce passage résume en effet, en une synthèse remarquable, l’ensemble des éléments qui seuls peuvent assurer le bonheur et le salut des hommes, aux niveaux individuel et communautaire.

-  Cette sourate indique que le fait de se soutenir au niveau communautaire est une priorité, au même titre que la foi, la prière et les œuvres cultuelles. Jâbir Ibn ‘Abdi -Llâh –  que Dieu soit satisfait de lui et de son père –  a affirmé : « J’ai prêté serment d’allégeance au Messager de Dieu, (m’engageant) à accomplir la prière, à donner l’aumône légale (zakât), et à prodiguer les meilleurs conseils à tout musulman. » (Al-Bukhârî, Muslim)

-  On remarquera l’unité thématique de cette sourate : après la particule waw introduisant le serment, le premier terme en est « le temps », et le dernier en est « la patience ». Or, cette vertu de la patience ne prend son sens que dans la durée, et elle ne peut s’exercer et se développer que dans le  temps.

 

 



[1] Extrait du commentaire À la lumière du Coran, par Hani Ramadan.

[2] Dans le sens : qui ne profitent pas de ces bienfaits comme ils le devraient. Le terme maghbûn est employé pour désigner celui dont on abuse au niveau du commerce. La santé et le temps constituent donc un capital précieux que le croyant doit chercher à investir de la façon la plus rentable pour en tirer le meilleur profit, par sa foi et son engagement.

22:52 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

16/12/2009

Communiqué de l'Association France Palestine Solidarité (AFPS)

 Des pressions intolérables du CRIF sur les représentants de la République

La France se renie

 

. Le prix des droits de l´Homme de la République française ne sera pas remis au PNGO au Ministère des Affaires étrangères.

Nous apprenons avec consternation et colère que le Ministère des Affaires étrangères a cédé à des pressions intolérables en démocratie.

Chaque année la France décerne le prix des droits de l´Homme de la République française à des associations qui ont fait montre de détermination et de courage pour les faire respecter, dans des conditions souvent très dures. Les lauréats sont souvent prestigieux.

Une ONG palestinienne, PNGO, est lauréate cette année.

Le PNGO, représentant quelque 200 associations et ONG palestiniennes qui travaillent dans le domaine de la santé, de l´éducation, de la défense des droits humains, du droit des femmes, de la culture, de l´eau..., est emblématique de la volonté du peuple palestinien de vivre librement et dignement, dans des formes démocratiques où le droit des peuples et les droits humains ne sont pas de vains mots.

La France lui a reconnu cet honneur et s´est honorée ce faisant.

Mais le CRIF, association de plus en plus communautariste qui affiche un soutien zélé aux autorités israéliennes d´occupation de la Palestine, a mené une campagne acharnée auprès du Quai d´Orsay dès qu´il fut rendu public qu´une association palestinienne de renom -et irréprochable- était lauréate de ce prix.

Alors la France s´est déshonorée. Elle a déplacé le lieu -symbolique- de remise de ce prix prestigieux. Elle se tiendra demain jeudi 10 décembre à 17 h à «Sciences Po » et non au Quai d´Orsay. La République, qui avait fait ce choix souverainement, se couche devant des pressions auxquelles il était pourtant facile de résister au nom des valeurs qu´elle est supposée représenter.

L´AFPS condamne cette capitulation de nos gouvernants devant un groupe d´intérêt communautaire allié d´une puissance occupante qui ridiculise à la fois la notion de droits humains et la France.

 

Paris, 9 décembre 2009

 

Source : http://www.france-palestine.org/article13495.html

 

00:34 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

12/12/2009

Minarets : Résistance

La résistance s'organise en Suisse après l'interdiction décidée par référendum de construire des minarets. Témoignage.

Le faux minaret construit à Lausanne (DR)

Il est suisse, il s'appelle Guillaume Morand, il n'est pas musulman, il est propriétaire de la chaîne de magasins de baskets Pomp it up et il vient de construire un minaret sur le toit du siège de son entreprise à Lausanne pour manifester son opposition à l'interdiction de construire des minarets, décidée par 57% des votants lors du référendum organisé en Suisse le 29 novembre.

source : http://www.rue89.com/2009/12/09/suisse-jai-construit-ce-m...

17:10 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Tamimi apostrophe Freysinger sur Al Jazeera

«Qu’est-ce qui vous empêche d’exclure les Noirs de Suisse?»

Dialogue rapporté par Shahïn Ammane

Le conseiller national Oskar Freysinger (UDC/VS) a affronté le docteur en religion Azzam Tamimi mardi soir sur la chaîne arabe Al Jazeera, dans un débat sur l'interdiction de construire des minarets en Suisse.

Azzam Tamimi: «L’ignorance des Suisses a été instrumentalisée par ces nouveaux nazis comme Freysinger. Vous êtes le nouvel Hitler d’Europe.»
Oskar Freysinger: «Hitler n’était pas un démocrate et nous en Suisse, nous vivons en démocratie. Le peuple s’est prononcé sur l’interdiction des minarets, qui ne sont même pas une obligation en Islam, et non sur les lieux de prière. Nous avons un conflit de valeur avec les principes de la Charia. Les Suisses ont envoyé un signe fort aux symboles politiques.»
Azzam Tamimi: «Qu’est-ce qui vous empêche d’exclure les Noirs de Suisse après cela ?»
Oskar Freysinger: «Nous ne pourrions pas, ceci va à l’encontre des valeurs démocratiques de notre pays.»
Azzam Tamimi: «Vous êtes une copie d’Hitler qui persécute les minorités. Sous prétexte d’empêcher l’islamisation de l’Europe, vous persécutez une minorité. Les Musulmans n’ont plus les mêmes droits que les autres citoyens européens. Ils doivent s’effacer et ne doivent pas apparaître. C’est une politique pro sioniste, car les musulmans soutiennent la Palestine lorsque l’Europe est derrière Israël.»
Présentateur: «Vous avez ouvert la porte de l’enfer islamophobe. Les Pays-Bas, l’Autriche et la France ont emboîté le pas aux Suisses. Vous avez créé un clash de civilisation et allez devoir en subie les conséquences.»
Oskar Freysinger: «S’il y a un problème avec l’Islam en Europe, c’est le problème des musulmans qui vivent en Ghetto, des contradictions dans les valeurs entre occident et islam, sur les droits des femmes et leur égalité face aux hommes. J’ai des amis libanais et maghrébins musulmans qui vivent très bien avec la société suisse.»
Azzam Tamimi: «C’est l’assimilation que prônait Hitler. Ou l’on est aryen ou l’on n’a pas de place en Europe. Vous utilisez l’ignorance pour créer la haine. Si l’Europe connaissait l’Islam, elle n’aurait pas autant perdu des ses valeurs aujourd’hui. L’Occident doit mettre en avant la démocratie en dépit de ce qui se passe en Arabie Saoudite qui refuse aussi que les musulmans puissent accéder à la liberté.»
Présentateur: «M. Freysinger, 90% des pays musulmans n’appliquent pas la Charia. Ne faites-vous pas peur avec des fantasmes.»
Oskar Freysinger: «D’abord, je tiens à dire que M. Tamimi me blesse avec ses comparaisons entre Hitler et moi. Ensuite, je ne demande pas aux musulmans de disparaître, mais d’accepter les lois des pays dans lesquels ils vivent. La vision de Monsieur Tamimi sur l’Islam ne permet pas cela.»
Présentateur: «Si la Suisse a interdit aux musulmans les minarets, votre politique interdit beaucoup plus aux non-musulmans.»
Azzam Tamimi: «Notre religion est un exemple de liberté. Nous n’avons pas changé une loi pour interdire à un groupe particulier quoi que ce soit. L’Europe sent que les musulmans obtiennent les mêmes droits que tous les citoyens et veut donc limiter ces droits aux musulmans.»
Intervention d’Ueli Leuenberger:
«Il est important que le monde musulman sache que la Suisse n’a rien contre l’Islam, mais a suivi un parti qui prend cette religion en horreur. Nous vivons dans la paix, mais la majorité du peuple suisse connaît mal l’Islam et y attache du coup des fantasmes. Le parti des Verts a combattu cette initiative et nous encourageons les musulmans de Suisse de porter l’affaire devant la cour européenne des droits de l’Homme à Strasbourg. Les droits de l’H. prévalent sur la constitution helvétique.»
Présentateur: «Cette attaque contre l’Islam n’est-elle pas un indicateur de la force de pénétration de cette religion dans la société européenne ?»
Azzam Tamimi: «J’ai de la peine pour les Suisses qui ont penché pour des Nazis. Le peuple doit se réveiller et empêcher ces nazis de le détruire. La Suisse est un pays connu pour sa sympathie et son accueil.»
Présentateur: «Vous croyez que les Arabes vont croire que votre discours n’a rien contre l’Islam ?»
Oskar Freysinger: «Si le monde musulman pense ainsi, c’est triste. Et je demande encore à Monsieur Tamimi de me respecter et de respecter mes opinions. Je ne mérite pas les propos humiliants qu’il tient à mon égard. Je mérite le respect et le droit d’avoir un avis différent du sien. Enfin, je ne me mêle pas de ce que font les autres pays d’Europe, mais les Suisses ont montré leur fierté et ont donné un exemple de valeurs qui leur sont proches.»
Présentateur: Où «sont les réactions des riches arabes qui pourraient faire pression par leur fortune ? Ils ne sont pas intervenus dans ce débat. Est-ce une forme de lâcheté ou d’indifférence ?»
Azzam Tamimi: «Je ne sais pas, mais le peuple suisse doit comprendre qu’il a des intérêts qu’ils ont avec les pays arabes et qu’il doit les entretenir.»
Remerciements

ct. 09.12.09; 15:22 Pub. 09.12.09; 10:17

__________________

 

09:40 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

11/12/2009

Vidéo : Colons en train de voler la maison d’une famille palestinienne

Honte à l’administration américaine qui soutient tacitement la colonisation de Jérusalem.

Honte à la communauté européenne qui non seulement a donné carte blanche au fascisme sioniste pour étendre son expansion, mais qui considère encore que l’Etat d’Israël demeure un partenaire respectable et privilégié, alors même qu’il vole le bien des civils palestiniens.

 

Personne n’a de leçons à donner au Hamas et aux mouvements de résistance qui défendent le droit de tout un peuple.

 

Personne ne nous fera taire.

 

Nous allons vous poursuivre avec nos voix et avec nos plumes, nous allons faire entrer la lumière jusque dans la noirceur de votre racisme et de votre mépris, nous allons démasquer l’imposture qui est la vôtre, afin que chacun puisse constater dans les faits l’étendue de votre barbarie, et l’hypocrisie infâme de ceux qui la soutiennent.

 

 

Scène terrible : tranquillement, en force et protégés par la police israélienne, des colons s’emparent de la maison de la famille palestinienne Al Kurdy à Jérusalem. Cette scène a été filmée le 1er décembre dernier. Elle n’est pas un cas isolé, mais de plus en plus courant, en l’absence de mesures de rétorsion à l’encontre d’Israël par les gouvernements qui se prétendent respectueux du droit et de la propriété privée.

 

Publié le 9-12-2009

 

http://www.europalestine.com/spip.php?article4553

http://www.dailymotion.com/video/xbfbkw_choquant-voila-comment-on-colonise_news


20:49 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

10/12/2009

MINARETS : COMMUNIQUE DE LA PLATE-FORME INTERRELIGIEUSE DE GENEVE



Déclaration

 

Le 1er octobre 2009, la Plate-forme Interreligieuse de Genève qui regroupe les représentants des communautés bahá'íes, bouddhistes. chrétiennes, hindouistes, juives et musulmanes de ce canton s'était prononcée publiquement en accord avec le « Conseil suisse des religions » en faveur du rejet de l'initiative populaire contre la construction de minarets sur le territoire suisse.

Au vu des résultats du vote du 29 novembre dernier, notre Plate-forme exprime sa profonde tristesse et sa préoccupation. Elle déplore surtout qu'un nouvel article d'exception discrimine une minorité religieuse de notre pays.

Cependant, elle veut aussi tenter de comprendre les raisons qui ont amené la majorité des votants à accepter cette initiative. Comme notre précédente déclaration le faisait entendre, notre Plate-forme souhaite que la communauté musulmane puisse faire cette analyse dans le but de désamorcer les peurs ou les réticences que beaucoup de nos compatriotes éprouvent à son endroit. Mais cet effort est demandé aussi à tous les autres membres de notre Plate-forme. Le dernier scrutin nous impose à développer davantage toutes les initiatives qui rapprochent les communautés, facilitent leurs rencontres et leur dialogue mutuel. Ce vote ne nous démobilise pas. Il devrait plutôt démultiplier nos énergies en vue d'établir dans notre canton et notre pays la paix confessionnelle, dans le respect de nos différences et de l'ordre public.



Fait à Genève, le 10 décembre 2009

 

22:50 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

09/12/2009

Sagesses de Ibn ‘Atâ’i -Llâh: la porte du pardon

Loin de la folie des hommes, prenons le temps de méditer quelques sagesses de Ibn ‘Atâ’i -Llâh :

 

L’un des signes de la mort du cœur est de ne ressentir aucune tristesse en considérant les occasions manquées de bien agir, et de n’avoir aucun regret en considérant les péchés que tu as commis.

 

Commentaires : L’imam Ahmad a rapporté, d’après ‘Umar Ibn Al-Khattâb, que le Prophète  Muhammad a dit :  « Celui que ses bonnes actions réjouissent, et que ses mauvaises actions affligent, est un croyant. » Les bonnes actions sont effectivement le signe de l’agrément divin, et le musulman qui en a conscience s’en réjouit naturellement. Les mauvaises actions sont au contraire la marque de la colère divine, et celui qui faute, lorsqu’il en a conscience, en ressent une grande tristesse.

Mais cela signifie aussi, et c’est un bon signe, que son cœur est vivant : il est habité par la foi.

 

Que le péché ne prenne pas pour toi des proportions telles qu’elles t’empêchent de penser du bien de Dieu, Exalté soit-Il. Celui qui en effet connaît son Seigneur, minimise son péché en regard de Sa générosité.

 

Commentaires : Dans la sagesse précédente, l’auteur a montré que le regret est la marque de la vie du cœur. Le regret est donc une chose positive, qu’il ne faut pas confondre avec le désespoir. Celui qui en effet désespère de la miséricorde divine après avoir commis un péché, quel qu’il soit, commet par ce désespoir un péché plus grand encore ! Le Coran affirme : «  Dieu certes ne pardonne pas qu’on Lui donne des associés. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. » (Coran, 4, 116) Et le Coran déclare encore : « Dis : Ô mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne désespérez pas de la miséricorde de Dieu : Dieu pardonne tous les péchés. Oui, c’est Lui le Très-Pardonnant, le Tout-Miséricordieux. » (Coran, 39, 53) Il est donc demandé au croyant d’espérer la miséricorde du Seigneur, tout en Le craignant. Le Coran décrit ainsi les musulmans qui sont en quête de l’amour divin : « Ils espèrent Sa miséricorde et craignent Son châtiment. » (Coran, 17,57)

La porte du pardon est donc toujours grandement ouverte.

 

22:42 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

08/12/2009

MINARETS et EGLISES DU MAROC

Les Eglises du Maroc – du seul fait de leur présence en terre d’islam –  disent NON à la discrimination religieuse exercée en Suisse.

L’idée d’interdire les clochers paraîtrait odieuse à la plupart des musulmans, et cela, même si leur histoire est chargée des crimes commis par le colonialisme dans un passé récent.

Nous rappelons que c’est un peuple aveuglé par son nombrilisme qui a porté Hitler au pouvoir.

Et que la voix d’une nation est mauvaise lorsqu’elle est pervertie par l’émotion et la haine.

Nous rappelons que les manipulations médiatiques et électoralistes sont contraires à l’éthique démocratique.

Nous rappelons que des affiches qui se font l’écho d’amalgames incohérents et dangereux ne favorisent pas le débat de civilisations, mais la logique de confrontation.

Ceux qui se sont servis de la peur sont non seulement irresponsables, mais coupables de discrimination.

 

Ils ont trahi la Suisse, et le modèle qu’elle représentait jusqu’à ce jour pour des millions d’hommes et de femmes de par le monde.

Ils ont trahi ses citoyens.

 

Le vote contre les minarets constitue une atteinte aux droits de l’homme.

 

http://eeam.site.voila.fr/

http://www.dioceserabat.org/?q=les-paroisses-et-lieux-de-c...

23:16 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

04/12/2009

MINARETS : J'AI 18 ans...

A salam Aleikoum wa rahmatou'Llah,

Bonsoir à toutes et à tous,

Je pense qu'il faut désormais se rendre compte que c'est l'image même de la Suisse à travers le monde qui commence à changer.
De telles décisions sont tout simplement indignes d'un état qui se proclame neutre et tolérant.
Ce dimanche, c'est justement une loi de l'intolérance qui a été votée par la majorité.

Je trouve triste que des partis comme l'UDC soient suivis par une partie du peuple. La peur de l'Islam décrite par Mr.Freysinger est une invention erronée et ce n'est en aucun cas un justificatif valable afin de faire voter de telles lois.

Je demande au peuple suisse de se renseigner davantage sur ce qu'est réellement l'Islam, car aujourd'hui l'image qui est associée à cette religion est totalement fausse et réductrice.

J'ai 18 ans et je vois dans le regard des gens une méfiance à notre égard et cela doit changer.

Merci

Youssef Ibn Moncef

09:21 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | | |

03/12/2009

MINARETS : LETTRE D'UN POETE REVOLTE

Je te dessine un minaret

 

 

Cher(e)s ami(e)s, rédacteur en chef, journaliste,

 

Que peut faire le poète révolté ? sinon adresser un poème fraternel dans la paix et le partage à la communauté musulmane ?

 

Merci, autant que votre journal / publication le permette, de diffuser le plus largement possible le message contenu dans le poème annexé (pièce jointe)

 

Cordialement

 

Bruno Mercier

poète

Chemin du Frêne 40

CH-1072 Forel (Lavaux)

Suisse VD

www.bmercier.ch

 

 

 

Je te dessine un minaret

 

 

Non, notre foi n’est pas l’otage

De déserteurs d’églises froides

Et leurs clochers silencieux !

Aide-moi à vaincre la honte.

 

Moi, Bruno, chrétien suisse et frère,

Je te dessine un minaret,

Un faisceau de rayon laser,

Au-dessus de ton lieu de prière.

 

Coiffée d’un turban de nuages,

La mosquée se couronne d’étoiles

Où éclate un prisme arc-en-ciel,

Contour lumineux de la Tour.

 

Je me tiendrais debout, très proche,

Tu te courberas jusqu’à terre,

Je serais minaret vivant

Aux pieds de ton corps allongé.

 

Tu verras le symbole de l’islam,

Hyacinthe tournée vers notre Dieu,

Fleur de feu dressée sur le toit,

Le crayon, la mine, mon sourire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

23:13 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

MINARETS : LETTRE D'UN CITOYEN NEERLANDAIS

Monsieur,

 

Pour commencer:

Je suis néerlandais, et je n’appartient à aucune religion. Cela dit, j’étais vraiment ébahi, d’apprendre que les citoyens de votre pays ont voté (57 pourcent, comme je me rappelle) pour une interdiction d’ériger des minarets! Et j’en suis sûre, que ces 57 pourcent sont précisément eux, qui reprochent aux Musulmans leur (soi-disant) intolérance!

 

Monsieur, permettez-moi de continuer en allemand, vu le fait – hélas! – que mon français est très mauvais, encore pire que mon allemand, (lequel n’est pas parfait non plus, comme vous verrez).

 

An erster Stelle:

 

Premièrement:

Ich würde es begrüssen, wenn Sie mir Ihre E-mail-Adresse zuschicken würden. Für allen Fällen. Nein, Ihnen obliegt keine Pflicht mir eine Antwort zuzukommen zu lassen. Sie haben in diesen Tagen schon besseres zu tun.

 

Je serais reconnaissant que vous m'envoyiez votre adresse email. Mais dans tous les cas, vous n'êtes pas obligé de me répondre, je sais que vous avez mieux à faire en ce moment


 Aber ich muss meine Erstaunung (gelinde gesagt), meine Betroffenheit, lautgeben.

 

Mais je dois exprimer mon étonnement (le mot est faible), mon affection

 

1. Sie haben volkommen recht, wenn Sie iIhre Glaubensgenossen sagen: bleibe mal ruhig. Denn irgendeine Gewaltsreaktion – an und für sich sehr verständlich! – würde die Urheber dieser Volksbefragung freilich nur willkommen sein. (Ich habe mittlerweil erfahren, dass Ihre Mosk das Objekt von Vandalismus wurde. Was für Leute sind das, eine Gebetsstatte angreifen zu wollen?

 

Vous avez entièrement raison de dire à votre communauté qu'elle doit rester calme. Car toute action violente - toute justifiée qu'elle serait en pareille circonstance - serait bien entendu très appréciée des instigateurs de cette initiative. (J'ai entre temps appris que votre mosquée avait fait l'objet de vandalisme. Qui sont ces gens qui s'attaquent à un lieu de prière?

 

2. Ich soll selbstverständlich den authochthonen Schweizern auch gerecht sein. Im Fernsehen, gleich nach die Mitteilung des Minarettenverbots, habe ich einige Schweizer gesehen, darunter auch Frauen, die sagten: “ich schäme mich für mein Land.”  Das hat mir schon ein wenig wohlgetan. Wenn ich Schweizer wäre, ich würde sofort emigrieren. In einem solchen Land würde ich nicht bleiben wollen oder können.

 

Je me dois aussi de rendre justice aux Suisses. A la télévision, juste après les votations, j'ai entendu quelques Suisses, dont des femmes, qui disaient: "J'ai honte pour mon pays". Et cela m'a fait bien plaisir. Si j'étais suisse, j'émigrerai immédiatement. Dans un tel pays, je ne voudrais ni ne pourrais vivre.

 

3. Ich habe eigentlich das Bedürfnis Ihnen noch mehr betreffs meiner Meinungen und
     Überlegungen in dieser Sache zu sagen. Aber ich will Sie nicht weiter belästigen.

Ich wünsche Ihnen und Ihre Gemeinschaft alles Gute!

 

J'éprouve le besoin de vous exprimer encore d'avantage mes opinions et mes réflexions à ce sujet, mais je ne veux pas vous déranger.

Je vous souhaite tout de bon à vous et votre communauté.

Ihr,
N.K.C.A. in ’t Veld – alias Nico Feldman

 

Réponse : Merci Cher Monsieur pour vos pertinentes observations. Nous avons pris la peine d’en publier la traduction pour les lecteurs francophones. Vous vous exprimez très bien en français. Notre adresse email : cig@geneva-link.ch

10:12 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

02/12/2009

MINARETS : LETTRE D'UNE CITOYENNE

"Mon père en m'embrassant, fut saisi d'un tressaillement que je crois sentir et partager encore.  "Jean-Jacques, me disait-il, aime ton pays" (Jean-Jacques Rousseau)

 

Bonjour,

 

Peut-être vous souvenez-vous de moi lorsque je suis venue à la journée "Portes ouvertes" du Centre islamique le 7 novembre dernier.

 

Je voudrais tout d'abord vous faire part de ma déception suite à la votation de dimanche.  La question posée était - à mon sens - une "fausse question", ce qui explique sans doute le malentendu car je crois que beaucoup de nos compatriotes sont tombés dans le piège du "fais-moi peur" (pardonnez-moi ces familiarités).  Ils ont accepté cette initiative par crainte de voir se développer des abus comme nous en voyons - hélas - trop souvent.  Je ne veux donc ni juger ni blâmer mais je tenais à vous exprimer toute mon amitié ainsi qu'à votre grande famille de coeur.

 

Bien cordialement.

 

Chantal Moret

ch.moret2006@bluewin.ch

22:23 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

01/12/2009

MINARETS : LETTRE D'UN CITOYEN

Je me joins à tout ce qui a été dit et redit : tristesse, surprise, incompréhension, amitié reformulée surtout…

 

 Et puis ce matin, après les informations, mon épouse me cite tout à coup ces paroles d'un père dans un conte extrême-oriental, un père touché par divers événements douloureux au premier abord : Est-ce un bien… est-ce un mal… ?

 

 Peut-être n'y a-t-il pas de réponse à chercher à ces questions. Pas de réponse, mais un chemin à chercher, inlassablement ensemble. L'Eternel se chargera tout seul de la réponse, dans ce que nous en ferons.

 

 Sa paix sur nous tous.

 

 J.-Clément Gössi

 

Réponse : Merci. L'Eternel nous guidera.

22:59 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

MINARETS : LA SUISSE PRISE AU PIEGE DE LA DISCRIMINATION

 Suisses de tous les cantons, ressaisissez-vous!

Ce qui s'est passé ce dimanche 29 novembre 2009 est absolument inconcevable : dans sa grande majorité, le peuple suisse a décidé qu'une communauté  pouvait être discriminée sur le plan de ses édifices religieux. En d'autres termes, l'espace public appartient à certains citoyens plus qu'à d'autres, en fonction de leurs convictions.  Il suffit qu'ils prennent cette décision discriminatoire à la majorité des voix, contre la règle fondamentale de l'égalité de tous devant la loi.  Cela constitue une sérieuse remise en cause de l'Etat de droit.

Il est nécessaire que les Suisses se réveillent et qu'ils considèrent qu'ils sont tombés dans le piège énorme tendu par une poignée d'incendiaires irresponsables, haineux, fanatisés par un nationalisme étroit et borné. Comment un musulman suisse pourra-t-il désormais dire  à son enfant : "Vois-tu, tu es citoyen de ce pays. La communauté de ton ami chrétien peut construire des clochers. Mais ta communauté  ne peut ériger un minaret. C'est parce que tu es musulman. Peu importe! Aime ton pays!"

Allez expliquer une telle injustice aux élèves de nos institutions laïques, afin que de la sorte, ils deviennent d'authentiques citoyens !

Et qu'une telle mesure soit inscrite en toutes lettres dans notre CONSTITUTION ?

- Invraisemblable! Lamentable!

Aux dernières nouvelles transmises par les agences de presse, l'ONU dénonce clairement une discrimination contre les musulmans :

"Après l'acceptation de l'initiative sur les minarets, l'experte de l'ONU pour la liberté de religion et de croyance Asma Jahangir a condamné lundi «une claire discrimination». L'ONU étudie par ailleurs la conformité de l'interdiction des minarets avec le droit international.

Un porte-parole du Haut Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme a précisé que l'ONU prendra position sur le résultat du scrutin. «Des experts sont en train d'examiner la question sur le plan légal», a-t-il indiqué. Il n'a pas précisé quand la prise de position de l'ONU sera rendue publique.

Lors de la campagne, des experts de l'ONU avaient mis en garde les autorités fédérales à plusieurs reprises en raison du caractère discriminatoire de l'initiative. Le comité des droits de l'homme de l'ONU avait ainsi assuré il y a un mois qu'une telle interdiction est contraire aux obligations internationales de la Suisse sur le respect des droits de l'homme.

Lundi, l'experte de l'ONU pour la liberté de croyance Asma Jahangir a regretté le résultat du vote. «Je suis profondément préoccupée par les conséquences négatives que le résultat du vote aura sur la liberté de religion et de croyance de la communauté musulmane en Suisse», a déclaré le rapporteur spécial pour la liberté de religion et de croyance dans un communiqué.

Claire discrimination

«Une interdiction des minarets est une restriction injustifiée à la liberté de manifester sa propre religion et constitue une claire discrimination contre les membres de la communauté musulmane en Suisse», a-t-elle ajouté. «Ce vote nous rappelle qu'aucune société n'est épargnée par l'intolérance religieuse», a poursuivi Asma Jahangir.

«Il est plus que jamais nécessaire de continuer à éduquer les gens dans le respect de la diversité religieuse, afin d'encourager tous les pays à adopter une attitude positive envers les croyances des autres communautés», a-t-elle ajouté.

L'experte demande à la Suisse, signataire du Pacte de l'ONU sur les droits civils et politiques, d'assurer la liberté de pensée, de conscience et de religion, de respecter ses obligations internationales et de «prendre toutes les mesures nécessaires pour pleinement protéger la liberté de croyance de la communauté musulmane".

 ATS | 30.11.2009

08:59 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | |

MINARETS : LETTRE D'UN CITOYEN

Date 1er  décembre 2009 00:51

 

Bonjour,

 

Je tenais simplement à vous témoigner mon soutien et vous dire qu'en tant

que citoyen suisse, j'ai honte de ce vote. J'espère que le dommage moral

sera réparable, que le temps permettra de trouver des parades à

l'intolérance, mais il est dur de faire preuve de beaucoup d'optimisme au

lendemain d'un tel choc.

 

J'espère que vous continuerez tout de même à vous recueillir dans la

sérénité et que les réactions de tous face à cet affront soient malgré

tout dignes.

 

Cordialement,

 

Nicolas <nicohuber@hotmail.com>

à"cig@geneva-link.ch" cig@geneva-link.ch 

 

Réponse : Merci Cher Monsieur pour ce mot et cet appel à la dignité.

08:30 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |