1959

04/02/2010

UNE IDOLE CACHEE : AL-HAWÂ

A partir du moment où l'être humain, porté par les biens de ce monde, se détourne de sa vocation essentielle qui est l'adoration exclusive de Dieu, il tombe nécessairement dans l'idolâtrie. Qui n'adore pas Dieu adore inévitablement une idole. Par sa nature même, l'homme éprouve le besoin de se donner un maître. S'il ne rencontre pas Dieu, son seul Seigneur légitime, alors il se soumet à de fausses divinités.

L'Imam Ibn Taymiyya expliquait déjà cette réalité en rappelant que l'homme est un être sensible qui est toujours mû par une volonté.

Or, explique Ibn Taymiyya, toute volonté a un objet - la chose voulue -, et l'homme ainsi tend toujours vers l'objet de son désir. Si, avec amour et crainte, il ne s'oriente pas vers Dieu, alors il substitue à son Créateur un autre objet, ou un idéal auquel il se soumet, et pour lequel il se dévoue.

Le Coran appelle ainsi «dieu» la passion de l'homme (al-hawâ) qui vient prendre la place réservée à Dieu dans son cœur :

 

«Ne vois-tu pas celui qui a pris pour dieu sa

passion ?

Est-ce à toi d'être un garant pour

lui ?» (Coran, 25 ; 43)

 

 

17:25 | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Ni dieu ni maître... Ni idole !

Écrit par : Philippe Souaille | 04/02/2010

Merci de ce rappel

Écrit par : mouchkito | 04/02/2010

Ces choses ont été dites, et bien mieux dites, dans les textes fondateurs du Bouddhisme, qui d'ailleurs prédatent le Coran (environ 600 après-JC) de entre 500 ans (estimation basse) et 1000 ans (estimation haute).

Ces textes sont aussi plus sains, si j'ose dire, en ce sens qu'il recommandent justement de ne PAS se donner d'idole, fût-elle un concept qu'on appellera "dieu".

Ce qui, certes, fait du Bouddhisme plus une philosophie, qu'une religion. Mais en tout cas bien plus noble que les religions.

Quant au Coran, que dire des sourates qui recommandent de mépriser, voire pire, les Chrétiens, ou les Juifs? Que penser d'une religion dont les textes fondateurs recommandent la haine vis-à-vis des autres? Qu'elle comporte de pénibles zone d'ombre.

Écrit par : antoineb | 04/02/2010

Merci pour ce texte, j'aime bien lire vos billets car ils me ramènent à la réalité, de ce fait,je me réveille et arrête de penser à ma petite personne.

Écrit par : La Franchise | 04/02/2010

Ni dieu ni maître... Ni idole !

et Le SEIGNEUR est le Maître sur tout ce monde!!!

Écrit par : La Franchise | 04/02/2010

C'est drôle, quand je lis le coran, je m'arrête sur le pardon. chaque verset parlant de châtiment est suivi immédiatement par un autre parlant du pardon, etc..

Monsieur Antoine, avait vu pris la peine de lire le coran? Car si vous l'avez fait, vous ne pourriez pas donné une telle réponse.

Écrit par : La Franchise | 04/02/2010

C'est très amusant, ces gens qui se disent tolérants et remplis de pardon, mais nous expliquent que nous ne savons pas lire, parce que nous ne comprenons pas de la même façon qu'eux, ou parce que nous avons lu aussi d'autres livres, en plus du leur.

Écrit par : Philippe Souaille | 05/02/2010

La Franchise: oui, j'ai pris la peine de le lire. En français certes même si ceux qui y croient prétendent que comme c'est la parole de dieu à la lettre, et que dieu ne parle qu'arabe, on doit le lire en arabe!

Il contient, c'est un fait, très peu de versets parlant de pardon. Il contient par contre beaucoup de versets parlant de châtiment, ainsi que, comme je l'ai dit, certains versets parlant du mépris qu'on doit afficher vis-à-vis des Juifs et des Chrétiens. Je n'oublie certes pas ce que les Chrétiens ont fait lors des croisades - mais au moins leur Bible ne recommande-t-elle pas de haïr les autres sur la base de leur foi.

Quant à l'équivalent du Nouveau Testament, des passages comme le Sermon sur la Montagne, ou plus généralement le discours de paix et de tolérance et d'amour du Christ, on serait bien en peine de les trouver dans le Coran (comme on est bien en peine de les trouver dans l'Ancien Testament, qui montre un dieu vengeur, prompt à la colère, comme celui du Coran).

Enfin, le Coran est répétitif et ennuyeux à l'excès, c'est un fait.

Mais de toute façon, comparés aux textes du Bouddhisme, tout en harmonie, ces textes, que ce soit l'Ancien Testament, ou le Coran, qui montrent un dieu vengeur et s'énervant facilement, semblent tellement primitifs.

Écrit par : antoineb | 05/02/2010

@Philippe Souaille

Dieu est votre maitre car c'est lui qui vous crée et rien ne l'empêche de vous anéantir s'il veut, il est l'omnipotent

Écrit par : mouchkito | 05/02/2010

Philippe, ici, le présupposé est que tout désir est un effet de l'amour de Dieu. Même le désir des bêtes. Teilhard de Chardin disait que même les polarités atomiques étaient l'effet de l'amour de Dieu, que tout désir était un désir de Dieu qui se reconnaissait plus ou moins comme tel. Il stigmatisait aussi les idéalismes qui ne mettaient pas Dieu en ligne de mire, mais un objet inférieur: par exemple, le marxisme. Le problème réel est ici la source réelle du désir. Platon même disait qu'il venait de ce que l'homme avait été exclu du divin, et qu'il s'efforçait d'y retourner. On croit n'avoir pas d'idole, et on a une sorte de passion pour la chose publique qui fait de celle-ci une divinité, comme c'était le cas dans l'ancienne Rome.

Écrit par : RM | 05/02/2010

"Portée par les biens de ce monde, l'idolâtrie"

Autant l'on peut comprendre et approuver cette mise en garde qui réoriente l'être humain vers la spiritualité, autant l'on saisit la résonance qu'elle peut prendre chez certains qui lorgnent davantage vers la lettre que vers l'esprit de la lettre.

Autrement dit et malheureusement, ce qui peut mener certains musulmans au rejet de la civilisation occidentale jugée trop matérialiste et à juste titre, peut également les mener dans certains cas vers un activisme meurtrier ou tout simplement agressif.

Ceci pour rappeler que toutes les religions, islam compris, renferment le meilleur comme le pire, dès le moment où elles sont interprétées trop littéralement et sans le moindre esprit de nuance.

Écrit par : Santo | 05/02/2010

La Franchise,

Je n'ai pa lu le coran, mais quand je considère les lapidations ou la peine de mort pour apostasie, j'ai peur que nous n'ayons pas du tout la meme notion du "pardon".

Écrit par : eastwood | 05/02/2010

Lorsque je lis les commentaires de certains, je me rends compte de la Grâce infinie de Dieu sur nous, et je me rends compte de l'effort gigantesque qu'ont dû faire fournir les prophètes de Dieu! La Foi en Lui est une richesse inestimable! Et même si je passe ma vie à remercier Dieu pour Ses bienfaits, je ne m'en acquitterai jamais de la meilleure façon! Que la Grâce et la Louange Lui soient rendues!

Écrit par : Inside | 06/02/2010

antoineb :


"Enfin, le Coran est répétitif et ennuyeux à l'excès, c'est un fait."

Effectivement, là se situe toute la différence entre un lecteur croyant et un lecteur non-croyant. Le croyant trouve l'enchainement et la subtilité des versets très agréable, apaisant en plus d'un délice pour l'âme. Le croyant lorsqu'il lit le Coran (arabe), son coeur est tourné vers Dieu l'Unique sans intermédiaire ni voile, ce coeur perçoit cette lumière qui jailli de ce livre dont les paroles ne sont autres que celles du Créateur des cieux et de la terre. Le croyant n'en doute pas.

Le non-croyant ne perçoit pas cette lumière étant donné qu'il lit ce livre comme il lirait un livre quelconque, ce coeur est voilé de la lumière divine et est tourné vers autre que Lui. Le Coran fait pourtant appel à la raison dans certaines sourates.

Écrit par : Rachid | 06/02/2010

Les commentaires sont fermés.