1959

13/05/2010

La brèche de l’islamophobie n’a pas cessé de grandir

Six mois après les votations contre les minarets, il peut être utile de nous livrer à une réflexion moins passionnée et plus sereine sur ce sujet.

D’abord pour dire que la décision d’interdire les minarets en Suisse reste grave, aussi certainement que l’affirmaient déjà les représentants de la plupart des partis politiques, ainsi que les membres de notre gouvernement. Rappelons l’avis du Conseil fédéral et du Parlement : « L’initiative est en contradiction avec de nombreux droits fondamentaux inscrits dans la Constitution fédérale et porte atteinte aux droits de l’homme. » (Confédération suisse, votation du 29 novembre 2009)

C’est ce que nous pouvions lire à la veille des votations, et le résultat ne change rien à cette appréciation. Où en sommes-nous aujourd’hui ? A-t-on vu les partis qui défendaient vaillamment les musulmans et s’offusquaient de cette forme de discrimination religieuse poursuivre leurs efforts et marquer avec détermination leur volonté de réparer une telle erreur ?

Que non ! En climat démocratique, le nombre étant la loi, il faut se soumettre à la voix des urnes, même lorsque cette voix se fait l’écho des émotions, des peurs, et non pas l’écho de la raison et de l’équité. 

Mais il y a pire. Au lieu de mener ce combat tambour battant, la brèche de l’islamophobie a grandi, et ses attraits sont tels que beaucoup se sont laissé séduire. Ce vote, qui a étonné tout le monde, a mis en évidence combien il est juteux pour un parti politique de se servir de la peur de l’islam pour rallier des voix inexistantes en dehors du registre des idées reçues.

Aussi vrai donc que le péril représenté par les minarets missiles est une pure affabulation, il convient de mettre en perspective d’autres cibles et d’autres dangers à venir. Les femmes en burqa ne menacent-elles pas la République voisine et la Belgique ? Des observateurs attentifs mettent cependant en évidence le fait que le voile intégral islamique sert aujourd’hui à cacher les vrais problèmes que sont la crise financière et le chômage (lire à ce propos Le voile islamique et l’impuissance politique, de Jean-Noël Cuénod, Tribune de Genève, 29 avril 2010).

La stratégie adoptée par le Président Sarkozy, consistant à reprendre à son compte les thèmes chers à l’extrême droite pour se faire élire ou pour faire diversion, est prise comme modèle. Le vote argovien contre la burqa auquel se sont ralliés les partis de droite le confirme. Les dernières déclarations d'Eveline Widmer-Schlumpf, prétextant l’argument sécuritaire, cachent une même tendance au populisme.

Certains n’hésitent pas à verser dans la discrimination la plus pure pour séduire leur futur électorat. Ainsi, on apprend que les libéraux-radicaux s’engagent contre l’extrémisme islamique. Pour ce faire, les prédicateurs de toutes les communautés religieuses seront invités à s’exprimer dans l’une des langues nationales. Toutefois, précise Christian Lüscher, il ne sera pas exigé une traduction simultanée de la messe en latin, car bien entendu, c’est l’extrémisme musulman qui est visé !

Magnifique attention qui nous rappelle qu’un imam n’est pas un prêtre, tout comme un minaret n’est pas un clocher !

Il est donc grand temps que les partis se ressaisissent et refusent de remettre en cause les droits humains les plus fondamentaux.

La ségrégation religieuse n’a pas sa place  dans le monde civilisé. Toute dérive doit être dénoncée. Toute volonté de stigmatiser les musulmans doit être condamnée.

 

Hani Ramadan

Tribune de Genève

L’invité

11 mai 2010

19:58 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | | |

Commentaires

La question ne me semble pas aussi tranchée que vous l'exprimez.
Si toute dérive doit être dénoncée, n'en serait-il pas de même pour le port de la burqa qui est aussi une dérive qui se veut religieuse alors que bien des musulmans estiment que l'obligation d'en porter une ne répond pas aux lois de l'Islam.
En Suisse, nous n'avons pas une tendance à l'extrêmisme comme dans certaines contrées du blog.
En effet, si des femmes décidaient de déambuler en pleine rue les seins à l'air, sous prétexte que leur religion animiste le leur impose, ça ne passerait pas mieux que la burqa.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 13/05/2010

ISLAMOPHOBIE EN FRANCE : MANIFESTER NE SUFFIT PLUS !!!

Tout le monde a constaté , même les sourds et les non voyants, qu’une vague islamophobe toujours plus grande déferle sur notre pays avec des dégâts considérables pour les populations victimes mais aussi pour la cohésion sociale et notre fameuse identité nationale.

A l’image d’un Tsunami, cette vague destructrice a bien une origine que la majorité de la classe politique feint d’ignorer, alors qu’elle en est elle-même en très grande partie responsable.

Depuis le début des années 1980 jusqu’à aujourd’hui les hommes et femmes politiques de droite et de gauche ont diabolisé l’islam et les musulmans que ce soit dans les quartiers, dans les usines ,dans les foyers de travailleurs , dans les établissements scolaires et même dans la rue. De Pierre Mauroy qui islamisait déjà la question sociale de nos parents en lutte dans les usines pour leurs droits de salariés, en passant pas le bruit et les odeurs de Chirac, puis « les femmes voilées , femmes violées » de Ségolène en passant par les moutons dans la baignoire de Sarkosy, et pour finir plus près de chez nous les propos essentialisants de Nadine Morano sur le jeune musulman ou André Gérin sur la Burqa, ont bien constitué , à partir du plus haut sommet de l’Etat, le socle et la culture communes qui ont permis ces déchainements racistes et islamophobes. Les gouvernements successifs n’ont rien trouvé de mieux que de nous pondre une loi d’exception le 15 Mars 2004 pour stigmatiser définitivement une partie de la population française en encourageant les replis communautaires qui n’ont fait qu’augmenter depuis.

Un fond postcolonial , raciste et islamophobe, couplé à la lepénisation des esprits et à des calculs politiciens n’ont fait que traduire dans les faits un subconscient collectif dans lequel l’arabo-musulman reste l’Autre , l’indésirable, et si besoin, en temps de crise, le bouc –émissaire. Nos chers médias et certains intellectuels peu scrupuleux n’ont fait que souffler sur les braises !

Donc , notre situation ne serait qu’une suite logique me diriez vous ?, oui mais ce qui l’est moins c’est l’attitude des citoyens français de confession musulmane et des Imams , responsables et autres pseudo représentants du culte musulman qui ont choisi de brader leur dignité , soit en courant derrière ces partis de l’extrême droite à l’extrême gauche pour avoir une petite place ou une égalité illusoire, soit en s’attablant à tous prix dans les salons de la République pour y avaler toutes sortes de couleuvres, et servir de caution à une politique d’Etat qui consiste à museler , à contrôler l’islam de France et à le formater selon les désireatas des tenants du pouvoir et des dominants.

La question palestinienne , la guerre en Afghanistan, les révoltes des quartiers populaires , la liberté d’expression dans les mosquées, le droit d’affirmer sa foi conformément à la Laïcité, la liberté d’aller et venir sont sacrifiés sur l’autel de la représentativité et de ce qu’on appelle naïvement l’islam de France ou moins naïvement l’islam modéré.

Combien d’Imams ont été expulsés de France sans jugement et sous des prétextes fallacieux dans l’indifférence de ces pseudo représentants ou responsables, (malheureusement parfois grâce à leur excès de zèle et leur servilité pour soi-disant trier le bon grain de l’ivraie) ? Combien de musulmans engagés ont perdu leur travail ? Combien de musulmanes portant le voile sont obligées de s’humilier quotidiennement pour aller travailler ou étudier en quittant leur foulard ? Combien de musulmans sont fichés simplement parce qu’ils ne mangent pas de viande de porc ne boivent pas d’alcool, ou font la prière ou s’absentent le jour de l’Aïd ? Combien d’Imams et responsables de mosquées ont reçu l’ordre d’aller en Préfecture recevoir les injonctions de la ministre de l’intérieur lors des massacres de Gaza ? Même la transmission de la prière du Vendredi est censurée et brouillée sur une radio communautaire lorsque l’Imam s’aventure à faire des invocations pour le peuple palestinien !!!

Face à ces dérives sécuritaires et cette gestion néo coloniale de l’islam de France , nos chers responsables qui auraient pu saisir les tribunaux ou interpeller leurs tuteurs politiques au gouvernement lorsqu’un fonctionnaire des Renseignements Généraux décide sur ordre du Préfet de ficher le personnel Musulman de la Ville de Lyon et du Conseil Régional Rhône Alpes , n’ont rien trouvé de mieux que d’aller boire le café au ministère de l’intérieur, et rester bien dociles en créant un précédent à la Vichy.

Comment peut –on accepter de cautionner par son silence ou sa complicité de telles pratiques gouvernementales dignes en effet de Vichy et de la chasse aux Juifs avant guerre, et venir ensuite prétendre défendre la communauté musulmane ou lutter contre l’islamophobie ? Il est vrai que lorsqu’on a mis un doigt dans l’engrenage , le système vous broie comme l’avait dit François Mitterand !

Comment peut on nous dire, comme certains responsables musulmans, que la loi du 15 Mars 2004 (traitée par Jean Michel Bellorget de loi scélérate) et qui reste foncièrement injuste et discriminatoire doit être acceptée et que maintenant qu’elle est votée il faut lui obéir ? A croire que certains n’attendaient que cela pour faire fleurir les écoles privées musulmanes , qui bien que répondant partiellement aux besoins des jeunes filles exclues est en train de favoriser le communautarisme et la sélection par l’argent.

Aujourd’hui les responsables de mosquées et d’associations musulmanes doivent prendre leur responsabilités et avoir le courage de s’opposer , je dirai même se révolter, contre ce traitement discriminatoire par la République et ses représentants de l’islam et des musulmans de France. Ils doivent comme nous l’avons fait et continuons à le faire, dénoncer les atteintes à la laïcité que commet le pouvoir actuel en s’immissant dans les affaires musulmanes directement ou à travers les consulats étrangers. Ils doivent dénoncer la politique de la peur qui pèse plus particulièrement sur les titulaires de cartes de résidents parmi ceux qui refusent de collaborer avec la police ou d’autres services en vue de criminaliser leurs frères, ou faire expulser ceux qui ne prônent pas un islam soumis aux injonctions des politiques impérialistes et colonialistes de l’Occident.

Ordonnons le boycott des relations entre l’Etat les musulmans et leurs représentants réels ou supposés en exigeant que la République nous traite de manière égalitaire dans le respect strict de la loi et du cadre laïc et démocratique qui doit régir tous les citoyens. Refusons de répondre aux enquêteurs qui viennent régulièrement prendre la température dans nos mosquées ou nos quartiers , refusons les invitations piégées et intéressées de tel ou tel élu de droite ou de gauche qui ne nous sollicite que comme pions dans son jeu d’échec politique et sa stratégie électoraliste. Soyons libres de toute pression et de tout chantage ou appât du gain et nous aurons tout à gagner !

Refusons les appels directs ou indirects des médias et autres personnalités politiques qui nous sollicitent après nous avoir diabolisés et jetés en pâture sur la place publique, pour ensuite nous dire aidez nous à lutter contre les extrémistes et autres intégristes.

Nous ne voulons pas de privilèges en sommant le gouvernement ou nos hommes et femmes politiques de venir faire allégeance lors de telle ou telle cérémonie, ni d’obtenir des passe droits , ni d’instaurer des Bachagas pour parler en notre nom , nous émettre des Fatwas pour tel ou tel évènement, ou nous prêcher la bonne parole du maitre, mais simplement le respect de nos droits constitutionnels et notre indépendance : l’islam de France sera libre ou ne sera pas.

Obtenir la nationalité française , une carte de résident ou un emploi ou un avantage social au détriment de nos principes n’est en effet pas digne et risque de se payer très cher ici et dans l’au-delà.

Abdelaziz Chaambi

www.crifrance.com pour tout contact 04 78 36 03 40

www.crifrance.com

Écrit par : abdou | 13/05/2010

Cher Monsieur, si être islamophobe signifie simplement se révolter contre les appels à la violence dans un livre soi-disant sacré, alors je suppose que je le suis aussi, malgré mon amitié pour des amis musulmans, et mon respect des droits humains. Le problème ce n'est pas les musulmans, mais l'Islam en lui-même. Le reconnaître vous rendrait plus crédible.
Comment osez-vous justifier les appels à la violence dans le Coran? N'avez vous pas votre propre conscience?
Accepteriez vous d'être condamné à MORT, ou vos enfants, simplement parceque vous croyez autrement?

Bien sûr que l'Islam fait peur! Le Coran est contraire aux droits de l'Homme. Ceux qui se basent sur ce livre en sont complices.

Avant de demander que les droits de l'homme soient respectés envers les musulmans, assurez-vous que les musulmans les respectent!

Le vote contre les minarets n'est RIEN comparé aux injonctions du Coran envers les incroyants!

Réveillez-vous!

Écrit par : lucide | 13/05/2010

@ Mme de Meuron

Franchement etes-vous sur que si en plein mois de juillet au bord du lac a Genève sous un soleil a 30° ,et qu'une femme passe avec son decolleter cela ne ferait pas bonne figure ?
en fait j'ai posé la question à des inconnus et leur réponse est que chaque femme est libre de pouvoir s'habiller comme elle veut car en fait elle ne derange pas leur regard mais si vous demandez à ces meme personnes que pensent-elles de la burqa la reponse est qu'on a pas le droit d'imposer ce genre de revetement et que cela devrait etre interdit alors vous voyez Mme meme si peut etre que oui ou non cela n'a rien a voir avec l'islam ceci etant on beneficie tous du meme droit soit la :liberte car a ce que je sache si a partir du moment ou cela est volontaire elle ne cause aucun tort mais la verité a travers cette burqa c'est que tout le monde recherche un coupable ,une cause ,un fait ,une realité contre l'islam et je dirais meme la chance encore qu'on a pas associer la burqa a des terroristes mais a entendre parler certaines personnes j'ai l'impression qu'ils essaient d'empecher un attentat

Écrit par : ciggar | 14/05/2010

"Pour ce faire, les prédicateurs de toutes les communautés religieuses seront invités à s’exprimer dans l’une des langues nationales. Toutefois, précise Christian Lüscher, il ne sera pas exigé une traduction simultanée de la messe en latin, car bien entendu, c’est l’extrémisme musulman qui est visé !"

Quand donc comprendrez-vous que nous sommes chez nous, que vous aussi, vous êtes chez nous et que vous n'y serez jamais vraiment chez vous ? Nous ferons inlassablement le nécessaire pour que les gens de chez nous ne l'oublient jamais.

Écrit par : Le Croisé | 14/05/2010

Il n' y pas besoin de faire tout un cirque au sujet du voile intégrale, la burqa est une tenue afghane, il suffit d'interdire, pas besoin d'une nouvelle loi, votation..

il faut constater que nos politiciens n'ont pas de projets concrets contre le chômage, le coût de la vie.. alors ils visent sur ce qui se vend le mieux aujourd'hui, l'islam.

Écrit par : Fatima | 14/05/2010

Mme de meuron vous faites une fixette sur la burqa...en tout cas désolé mais elle ne sera jamais interdit en Suisse...et c'est normal vu le nombre de personne qu'elle concerne..;-)

Écrit par : Lyonnais du 69 | 14/05/2010

@ Lucide
en fait vous reveillez-vous sans pour autant vous manquer de respect mais svp si vous avez lu le coran alors lisez-le sans le traduire a votre facon aussi aujourd'hui on est en 2010 et beaucoup de chose ne s'appliquent pas a notre epoque contrairement a avant ,comment pouvez-vous penser qu'on doit mettre a mort un enfant ou adulte qui a une autre croyance ,l'islam est une religion indulgente pour qui la connait ou qui desire la connaitre et pour rapel ce ne sont pas les chretiens qui a l'epoque tuaient les scientifiques et enplus qui ne respectait pas la femme ,moi j'ai apris dans ma religion qu'est l'islam que notre prophete mettait la femme a sa juste valeur et lui donnait une grande importance dans la societe d'ailleurs un hadith nous dit: " la paradis se trouve sous le talon de la mère" et encore lui nous ordonnais de respecter en toute femme le ventre qui nous a porter et encore sachez cher monsieur que ce n'est pas a nous de juger qui est dans l'erreur ou dans la verite mais seulement à Dieu ,car en tant que musulmans prendre une vie n'est pas facile a asumer surtout si le motif reste l'ignorance a l'islam encore une fois arretons de melanger le culte et la culture ,un jour un musulman converti a dit : si j'aurais connu les musulmans avant l'islam je ne me serais pas converti "

Écrit par : ciggar | 15/05/2010

Les commentaires sont fermés.