1959

11/11/2010

Visages de l’imposture : quand Alain Finkielkraut célébrait Oriana Fallaci

La pensée tribale

Voici deux citations qui se passent de commentaires :

 « Au lieu de contribuer au progrès de l’humanité, [les fils d’Allah] passent leur temps avec le derrière en l’air à prier cinq fois par jour [...] Ils se multiplient comme des rats [...] Il y a quelque chose, dans les hommes arabes, qui dégoûte les femmes de bon goût. » Oriana Fallaci , (écrivain), La rage et l’orgueil, Plon, 2003

« Oriana Fallaci a l’insigne mérite de ne pas se laisser intimider par le mensonge vertueux. Elle met les pieds dans le plat, elle s’efforce de regarder la réalité en face. » Alain Finkielkraut, (philosophe), Le Point, 24 mai 2002

09:14 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Hum,

En même temps la preuve est faite que vous accusez Alain Finkielkraut hâtivement. Les propos tenus par ce dernier sont antérieurs a la publication du livre si j'en croit les dates que vous avez vous mêmes publier. De là a penser que Mr Finkielkraut pense toujours la même chose de cette personne !? Rien ne vous permet de l'affirmé. C'est un élément qui en dit long sur ce que vous pensez de Mr Finkielkraut. On ne peut pas être accusateur et accusé. Choisissez votre camp avec des arguments moins ambiguës.

K

Écrit par : krim | 12/11/2010

Vous êtes universitaire?????
Sérieusement????????????????
Quel grand raisonnement!
Tout les jours, la bonne blague d'Hani...

Écrit par : Bibi | 12/11/2010

J'aimerais ajouter une contribution du même ordre.

(1) « L’islam avait brisé ma vie, et l’islam était certainement une chose que je pouvais haïr ; les jours suivants, je m’appliquais à éprouver de la haine pour les musulmans. J’y réussissais assez bien, et je recommençais à suivre les informations internationales. Chaque fois que j’apprenais qu’un terroriste palestinien, ou un enfant palestinien, ou une femme enceinte palestinienne, avait été abattu par balles dans la bande de Gaza, j’éprouvais un tressaillement d’enthousiasme à la pensée qu’il y avait un musulman de moins.»

La plume qui est à l'origine de cette incroyable haine vient d'être récompensée du prix Goncourt, je vous laisse deviner de qui il s'agit.

Quelle crédibilité peut-on apporter à un prix qui récompense la haine. Certains répondront que c'est l'œuvre littéraire qui est récompensée et qu'il faut savoir lire au-delà des penchants racistes et anti-arabes de l’auteur.

Autoriser moi le raccourci suivant : ce sont les mêmes personnes qui pardonnent à Israël les massacres contre les arabes car le plus important à leurs yeux c’est qu’Israël soit une démocratie.

Finalement, il est permis de haïr et même de massacrer à partir du moment que l’on y met la forme.

(1) source : http://www.indigenes-republique.fr/article.php3?id_article=1135

Écrit par : mustapha | 12/11/2010

Les commentaires sont fermés.