1959

11/02/2011

Quand la fin de la tyrannie préfigure le déclin de l’hégémonie occidentale

Hani Ramadan, directeur du Centre islamique de Genève, dénonce l’hypocrisie des Etats-Unis, d’Israël et de l’Europe qui ont maintenu au pouvoir les despotes au Proche-Orient


Les événements d’Egypte, précédés de la grande révolution tunisienne, posent une question essentielle sur l’avenir de l’humanité: l’Occident va-t-il enfin prendre la résolution de considérer le choix des peuples, quand bien même cela remettrait en question son hégémonie? L’histoire atteste au contraire que depuis des siècles, de la grande épopée des croisades à la soumission actuelle des nations arabes par l’endettement ou la domination militaire, en passant par la phase colonialiste, l’Occident n’a jamais envisagé d’abandonner sa position dominante.

Il y a d’abord une forme de duplicité dans la politique des «puissances occidentales» qui n’échappe désormais à personne: comment se fait-il que l’on ait découvert, du jour au lendemain, que Ben Ali était un tortionnaire qui volait impunément son peuple asservi à une dictature policière impitoyable? Qu’en Suisse, on se soit décidé à geler des fonds dont on connaissait depuis longtemps la provenance, et que l’on considère avec inquiétude les révélations sur la fortune immense de Moubarak? Comment a-t-on pu serrer la main de ces deux hommes sur les marches de l’Elysée, en fermant les yeux sur des exactions commises contre des militants des droits de l’homme, sur la torture et les meurtres? Comment se fait-il que Barack Obama en soit venu subitement à sermonner le gouvernement pharaonique, en appelant «au respect des droits universels», alors que les Etats-Unis ont systématiquement soutenu dans les faits ce régime militaire déguisé en démocratie, par crainte de la montée des forces d’opposition défavorables à la politique américaine dans la région, notamment le mouvement très populaire des Frères musulmans? Où résident les principes inaliénables de la civilisation moderne? Est-ce à dire que seuls les alliances géo­stratégiques et les intérêts financiers mènent le monde? Aujourd’hui, paradoxalement, c’est l’Arabe de la rue, l’Oriental dont on a volé la liberté, qui rappelle à tous qu’il ne faut plus pactiser avec la tyrannie.

Le prétexte d’assister, ici ou là, à l’avènement d’un Etat islamique, a toujours été mis en avant afin de justifier une préférence pour des régimes autoritaires. Plutôt un chef d’armée qu’une théocratie conduite par des religieux! Mais l’islam authentique, faut-il le répéter, ne connaît pas la théocratie! Et l’exemple de la Turquie démontre qu’un Etat orienté selon les valeurs de l’islam ne renoncera pas nécessairement à la modernité et aux acquis positifs de l’Occident, qu’il peut encourager le dialogue des cultures, et que seul le suffrage assurera une stabilité durable pour des peuples assoiffés de liberté.

Autre hypocrisie: les dirigeants de l’Etat d’Israël n’ont cessé de se vanter d’être la seule démocratie authentique dans la région. Or, leurs récentes déclarations révèlent combien leur inquiétude est profonde: les absolutismes arabes offrent certainement une plus grande garantie de stabilité pour l’édification et l’expansion de l’Etat hébreu que la colère des peuples qui réclameront un juste partage! En d’autres termes, la démocratisation des pays musulmans constituerait une sérieuse menace pour l’axe américano-sioniste. Les Egyptiens pourront-ils enfin ouvrir la frontière qu’ils ont en commun avec Gaza, et mettre fin au scandale entretenu d’une nation que l’on condamne ignoblement à étouffer dans une prison à ciel ouvert? La vérité, c’est que le processus de libération en cours ne menace pas la paix dans la région, mais seulement une volonté d’expansion infinie qui s’est appuyée jusqu’à présent sur des dictatures.

Les Egyptiens ne veulent pas d’une transition dont le seul but viserait à préserver une mise sous tutelle étrangère, tant sur le plan financier que par l’entremise de marionnettes. L’ingérence des Etats-Unis est de ce fait criante: Moubarak est non seulement traité avec attention, mais le peuple est invité à négocier avec des militaires, qui dépendent eux-mêmes des subventions étasuniennes. Signe cependant que le vent tourne, ces derniers invitent les Frères musulmans à la table des négociations. Réponse officielle des Frères par un communiqué du «Quatorzième jour de la révolution populaire»: le peuple a définitivement fait tomber ce régime qui doit s’en aller. Ils ont entamé ce dialogue sans aucune compromission en rappelant qu’ils exigent le départ du dictateur, que la révolution se poursuivra, que le droit de manifester pacifiquement ne peut être remis en question et qu’ils n’ont en aucun cas «signé» ni reconnu les nouvelles propositions faites par le gouvernement actuel.

La révolution tunisienne ainsi que la marche du peuple égyptien rencontrent aujourd’hui, de façon quasi universelle, l’approbation verbale des gouvernements, des citoyens libres, de la presse et des médias. On doit relever le courage de ses populations sans armes qui se soulèvent et se soulèveront encore jusqu’au déboulonnement des idoles du pouvoir. Saluer aussi le courage de ces journalistes venus d’Occident, molestés, frappés, enfermés, humiliés, mettant leurs vies en péril en se tenant aux côtés du peuple. Leur présence et leurs témoignages contribuent certainement à limiter une répression infâme.

Le mur de la peur est tombé. Les dictateurs doivent s’en aller. Sans concession aucune. Toute option contre-révolutionnaire doit être dénoncée comme un crime contre la liberté. Et même si le peuple est majoritairement musulman, il va falloir désormais, de Washington à Paris, apprendre à respecter le peuple.

Hani Ramadan

Le Temps

Opinions-Débats, 10 février 2011

 

 

 

14:46 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook

Commentaires

Comme toujours on retombe dans l'opposition : le bien contre le mal, révolution arabe contre hégémonie occidentale...Toujours la même fureur, mais qu'attendez-vous pour franchir la Méditerranée et accomplir votre mission suprême car à force de claironner toujours le même discours d'épouvantail islamique, on connaît la musique et on ne votre voix se perd dans le brouhaha. Les jeunes musulmans qui forment la majorité en Egypte veulent plus de penser, d'agir, de créer, de jouir et de s'amuser en toute liberté sans censure des religeux, sans contrainte des force armées, ils veulent s'épanouir comme les jeunes occident selon leurs valeurs. Ils en rêvent et même sont prêts à se sacrifier pour s'exiler. Enfin, ils vont pouvoir agir et rêver d'un futur chez eux. Espérons que ce soit dans le cadre d'un islam laïcisé, ouvert aux autres, tolérant avec les autres ethnies et religions.

Écrit par : Sirène | 11/02/2011

nul, comme article d'un coté il critique les occidentaux d'avoir serré la main a ces dictateurs de l'autre coté si on ne l'aurait pas fait ces même personnes aurait dit de quoi les occidentaux se mêle sur notre politique. Prenons le cas évident de la chine quand les français défends les intérêts des chinois ces derniers les dénigrent. Tant qu'a faire je dis que l'occident profite du régime en place un maximum cela se retournera de toute façon contre lui.

Écrit par : pertusati | 11/02/2011

Pour que cela aille mieux, il faut fermer ce blog et mettre les Ramadans et prison, ensuite les envoyer en Iran, quitte à les parachuter! Ce sera cela ou la révolte des gens civilisés!

Écrit par : ckoidont | 12/02/2011

Eh ben comme ça, tous les musulmans opprimés dans les société occidentales en déclin pourront retourner s'installer dans les pays "libérés" pa r la "révolution arabe"...

Écrit par : Déblogueur | 12/02/2011

En lisant les différents commentaires hostiles à l'article de Mr Ramadan on constate le niveau de valeurs auxquels sont attachées ces personnes. "qu'attendez-vous pour franchir la Méditerranée", "mettre les Ramadans en prison, ensuite les envoyer en Iran", "tous les musulmans opprimés dans les société occidentales en déclin pourront retourner s'installer dans les pays...".

Continuer à nous informer Mr Ramadan car n'en déplaise à certains, la diversité des opinions fait partie de l'Islam et de la démocratie.

Écrit par : Mustapha | 12/02/2011

Beaucoup d'analystes occidentaux et même certains israéliens partagent le point de vue de M. Ramadan, mais ce qui pose problème avec ce dernier, c'est qu'il est un musulman, et surtout qu'il soit le petit fils du feu Hassan El Banna. Tout ce qu'il dit ne peut qu'être sujet à caution. Et c'est le cas de toute personne qui se revendique musulmane croyante. Des années de matraquage, de diabolisation et de diffamation, ça laisse forcément des traces. Indélébiles pour certains.

Cela fait une année que je suis sur cette plate forme et je me suis rendue assez vite compte du niveau de certains internautes mais depuis que j'ai plongé dans les médias arabes ces derniers temps, j'ai noté l'immense fossé qui existe entre l'internaute arabe et européen. Sans vouloir faire de généralités, le constat fut pour moi très frappant. J'ai été très très surprise par le niveau intellectuel de l'internaute arabe. C'est avec délectation que je lis leurs commentaires et leurs articles! Les révolutions tunisienne et surtout égyptienne ont montré la profondeur de leur maturité politique mais aussi, avec quelle noblesse, ils ont mené leurs révolutions (ils n'ont pas tranché la tête de leurs dirigeants!). Les égyptiens ont montré au monde qu'ils ne viennent pas de rien mais qu'ils sont bien les héritiers d'une des plus vielles civilisations du monde, qui en a connu plusieurs : celle des Rois d'Egypte, des Pharaons, des coptes, des Grecques, des Romains, et des musulmans. Que Dieu protège ce peuple magnifique!

Laissons ceux qui veulent continuer à mépriser l'arabe de leur fantasme se raconter des histoires, et essayons de travailler avec celles et ceux dont le coeur n'a pas été corrompu par le mépris, la haine et la condescendance!

Écrit par : zakia | 12/02/2011

Monsieur Ramadan ne fait que rappeler des vérités élémentaires que tout individu qui comprend les choses et est de bonne foi constatera par lui-même.D'autres, non musulmans, l'ont dit avant lui.


Certains s'en offusquent.Libres à eux.Ils ont tout loisir de ne pas lire les articles de Monsieur Ramadan si cela les indispose tant.


Cdt,

JPP.

Écrit par : JPP | 17/02/2011

Les commentaires sont fermés.