1959

17/02/2011

A propos des Coptes

Un peu d’histoire contre les généralités

C’est avec surprise que j’ai lu la lettre de Denys Wasem (7février 2011). Après avoir grossièrement évoqué le cas de l’apostasie en islam, l’auteur prétend que le Coran contient des versets qui appellent au massacre des chrétiens, sans pour cela les citer.


Il se livre ensuite à des considérations exégétiques qui le dépassent, notamment sur l’abrogation, et il affirme que la conquête de l’Egypte s’est traduite par le meurtre de 4 millions d’Egyptiens ! « L’Egypte a dû épouser son violeur », affirme-t-il sans détour. Pourtant, ce chiffre est un pur mensonge contredit par les études les plus sérieuses, menées par les chrétiens eux-mêmes !

« En 639,  l'armée arabe pénètre en Egypte. `Amr, lieutenant du Calife ‘Umar, entre dans Memphis et s'empare de Babylone (aujourd'hui le Vieux Caire). En 642, Alexandrie se rend au terme d'un siège de 14 mois.  Le traité d'Alexandrie consomme la défaite des Melkites et des Byzantins et assure la suprématie des Jacobites en Egypte, qui s'appelleront désormais les Coptes. Pour ces derniers, la conquête arabe est d'abord une libération ; la population s'en tient à une attitude passive, à laquelle répond la modération de `Amr. » (Source : L’Egypte chrétienne. Dossiers histoire et archéologie, N°133 (décembre 1988))

Dans le livre Le christianisme oriental, Surial Attiya, fondateur du Haut institut des études coptes, a relevé que les Arabes ont libéré les coptes du joug byzantin et que leur attitude à leur égard était généreuse et tolérante. A cette époque, le patriarche Benyamin, qui s’était réfugié dans le désert pendant 10 ans pour fuir les persécutions des Byzantins, a été accueilli avec respect par le dirigeant ‘Amr Ibn Al-‘Âs qui lui a restitué son poste à Alexandrie, afin de parrainer les affaires de l’Eglise.

Tous les témoignages convergent ainsi vers le fait que les 8000 hommes venant d’Arabie ne pouvaient conquérir l’Egypte sans l’appel des Coptes qui cherchaient par tous les moyens à se débarrasser de la domination byzantine. 

Hani Ramadan

Tribune de Genève, 12-13 février 2011 

 

22:18 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Il suffit de rappeler que les communautés chrétiennes ont subsisté en Égypte, en Syrie et au Liban et que,par contre, les musulmans d'Andalousie ont disparu entièrement.

Écrit par : Jean | 24/02/2011

Les commentaires sont fermés.