1959

24/02/2011

Réflexions du matin : quand les démocraties sont fourbes

Notre conception de la démocratie, en Occident, est très relative. Depuis l’Antiquité, il faut bien dire qu’il en a toujours été plus ou moins ainsi : le suffrage est réservé aux privilégiés.  À Athènes où l’on votait, l’esclave n’avait pas d’opinion et restait une propriété.


Aujourd’hui, sur le plan mondial, notre mode de fonctionnement s’apparente plutôt à une vaste forme d’aristocratie. Jadis en effet, sous les régimes féodaux, on distinguait l’homme dont la noblesse, la fortune et le rang étaient dus à la naissance, du gueux et du serf qui vivaient à l’extérieur du château, et dont la destinée était de labourer la terre et de servir le prince et sa cour. Et pas question d’ouvrir les portes du palais aux pauvres. De nos jours, c’est un privilège de naître dans les pays riches, d’y bénéficier de la citoyenneté. Ceux qui ont le malheur de venir du tiers monde sont considérés comme une menace et une catégorie inférieure, qu’il est parfaitement légitime de refouler. Le concept de nationalité, qui n’est, somme toute, qu’une usurpation territoriale d’un univers qui n’appartient qu’à Dieu, permet de justifier cette entorse flagrante aux droits de l’homme.

Comble de la perversion, nos démocraties auraient voulu assurer une forme de gouvernance mondiale par dictatures interposées. Les révolutions actuelles ont permis de dévoiler cette fourberie : des alliances financières établies avec des tyrans, au mépris du droit des peuples. Les départs de Ben Ali, de Moubarak, et bientôt de Khadafi – Dieu nous en débarrasse – n’ont pas été souhaités d’une égale manière. Ces bouleversements représentent des pertes qui vont se chiffrer en milliards d’euros et de dollars pour des investisseurs peu scrupuleux.

Sommet de cette imposture universelle : le soutien inconditionnel à l’Etat sioniste fondé sur les privilèges dus à un peuple élu. Le seul Etat extensible dont personne ne connaît exactement les frontières et qu’il est cependant parfaitement légitime de reconnaître, reçoit l’appui de nos démocraties, qui ferment les yeux sur des exactions commises contre des civils depuis des décennies. D’ailleurs, ce n’est un secret pour personne, les Palestiniens de Gaza n’ont pas droit au vote.

Tout cela était bien connu. Mais les révolutions arabes découvrent davantage cette hypocrisie. Le vrai visage d’une hégémonie odieuse apparaît dans toute son horreur. Avec les dictatures qui s’effondrent, c’est un système de domination mondiale qui se trouve perturbé, et il se peut bien que la révolte des serfs, réclamant le blé qui leur a été volé,  vienne troubler le repos des princes au-delà des frontières…

Hani Ramadan

08:04 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

Commentaires

Votre Dieu aurait largement eu le temps de nous débarrasser de Kadhafi si telle avait été son intention. Ce ne sont pas les moyens qui lui manquent, dit-on... Mais il n'en a rien fait. Aujourd'hui, ce sont les Libyens eux-mêmes qui s'en chargent, au prix de leur sang. Une petite crise cardiaque aurait pourtant solutionné le problème bien plus rapidement. Alors s'il vous plait, rendez à César ce qui lui appartient et aux Libyens le respect qui leur est dû.

Écrit par : Ibn Battuta | 24/02/2011

Salam mon frère et merci pour vos billets qui sont toujours très lucides.

Il n'y pas que la démocratie occidentale qui reçoit une gifle magistrale. Il y a aussi les droits de l’Homme (revoir leur signification sur ce lien
http://www.un.org/fr/documents/udhr/index3.shtml)

Les deux ont dévoilé leurs limites face à la realpolitik depuis les révolutions arabes qui ont surpris tout le monde, même ceux qui ont des espions bien plantés dans tous les pays, et particulièrement dans nos contrées arabes. L’hypocrisie du monde politique et des dirigeants occidentaux et arabe est apparue dans toute sa splendide laideur aux yeux des masses populaires du monde entier. Les générations futures auront assurément beaucoup de leçons à tirer de notre siècle.

Quelques-unes des leçons que je tire pour ma part, c’est que les armes sont fabriquées non pas pour protéger les pays contre les attaques de leurs ennemis mais bien plutôt pour tuer de pauvres civils désarmés quand se rebellent. Mais aussi pour renforcer l’économie du monde civilisé. Deuxième leçon, c’est qu’il faut toujours se méfier des discours des dirigeants du monde. Troisième leçon, le pouvoir est le pire fléau pour l’être humain. Même un petit fonctionnaire peut devenir un tyran s’il a un quelconque pouvoir, aussi il faut toujours qu’il y ait un contre-pouvoir.

Mais pour l’instant, il y a urgence. Si les droits de l’Homme veulent retrouver leur crédibilité, il faudra poursuivre sans relâche tous les criminels de guerre, les dictateurs et leurs bras droits. Tous doivent subir le même traitement quelle que soit leur position ou celles de leurs amis ou protecteurs. Il ne doit plus y avoir de bons et de mauvais criminels. Tous ceux qui ont ordonné le massacre de populations civiles, le viol des femmes, et la torture des opposants et des prisonniers, doivent répondre de leurs actes devant la justice de l’homme. Il est plus que temps que les droits de l’Homme prouvent qu’ils sont réellement valables pour tous les opprimés, quelle que soit la couleur de leurs peaux, leurs origines ethniques, ou leurs religions.

Écrit par : zakia | 24/02/2011

Le plus remarquable c'est que ces trois dictateurs étaient des SOCIALISTES !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 24/02/2011

Salam 'alaykoum wa rahamatoullahi wa barakatouhou

J'espère que vous allez bien cher frère, je vous remercie pour tous ces billets que vous publiez et qui nous sont éminemment profitable. J'ai une question sur le concept même de démocratie. Je voulais savoir si il était soluble avec l'Islam sachant qu'en Islam, le jugement n'appartient qu'à Allah et non pas au peuple. C'est une question que je me pose depuis fort longtemps eu égard à toutes les divergences d'opinion que l'on entend fréquemment sur le sujet. Barak Allahou fikoum cher frère.
Qu'Allah vous préserve et vous rende encore plus utile pour l'Islam et les musulmans.

Salam 'alaykoum wa rahmatoullahi wa barakatouhou

Écrit par : Réda | 26/02/2011

Asalam Alaykoum wa rahamatoullahi wa barakatouhou

Que Dieu vous bénisse et vous protège mon frère Hani pour tous ces articles intéressants.
De même je rejoins le frère Reda pourriez vous nous donner plus d'explications sur le concept de la démocratie et sur celui de la souveraineté de Dieu.
Que préconise l' Islam? théocratie, démocratie, laïcité???
Quels sont les limites du pluralisme politique en islam?
Trop de stratégie et de double discours chez certains entrainent parfois trop de confusion et d incompréhension chez d'autres...
Que Dieu vous garde.
Fraternellement
Bilel

Écrit par : Bilel | 28/02/2011

Les commentaires sont fermés.