1959

13/11/2011

Réponse à Maître Marc Bonnant

C’est avec ahurissement que j’ai pris connaissance de l’article de Maître Marc Bonnant dans le Matin Dimanche du 6 novembre 2011, rendant hommage à « Charlie Hebdo ».


Libre à vous de défendre la liberté d’expression, et le caractère inadmissible d’une agression contre un organe de presse. Mais cela ne vous autorise en aucun cas à aligner des contrevérités sur la splendeur de la civilisation musulmane. Sachez donc que :

-         La culture islamique a apporté une importante contribution dans tous les domaines du savoir, allant de la médecine à la sociologie en passant par les mathématiques et la philosophie, cela alors que l’Europe était plongée dans l’obscurantisme.  Sans la lumière qui est née à La Mecque et Médine, vous ne seriez pas là pour relever l’héritage de la pensée grecque. L’oublier en évoquant Carthage est un raccourci qui révèle soit une ignorance feinte, soit une volonté de dénigrement.

-         L’islam professe que l’homme n’est libre que s’il choisit de se soumettre à Dieu. Dans le cas contraire, il adore nécessairement une idole. Ce peut être son petit moi, ou une forme de nombrilisme qui consiste à s’estimer supérieur aux autres.

-         Les mouvements islamiques soutenus par les peuples musulmans ont vécu des décennies d’emprisonnement et de torture, alors qu’ils réclamaient le respect de la volonté populaire. Et vous venez nous dire à présent que ces peuples ne sont pas mûrs pour déterminer leur avenir. Nous n’avons pas entendu votre voix, Maître Bonnant, lorsque les dictateurs se livraient aux pires exactions contre des femmes et des hommes réclamant la liberté.

-         Le fait de défendre la légitimité de l’islamophobie et de vous en prendre ainsi à une communauté dans son ensemble est immoral et inhumain.

Votre discours est semblable à celui des aristocrates qui sous l’Europe nazie ont fait l’éloge de l’antisémitisme, tant il était difficile de résister à l’élan populiste qui emportait alors, dans les remous calamiteux de sa bêtise, les esprits les plus fins…

Hani Ramadan

Directeur du Centre Islamique de Genève

La Matin dimanche, Débats

 13 novembre 2011

 

20:49 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook

Commentaires

Voilà une très bonne réponse à ce paon plein de gloriole!

Écrit par : jamaldine | 13/11/2011

Hani RAMADAN, vous êtes la CLASSE à l'état pur ! Ne vous arrêtez JAMAIS d'écrire, jamais.

Écrit par : Nordine | 14/11/2011

Salam aleykoum
J'irais meme plus loin mr Hani ramadan,les heritiers de la civilisation grecque ont été les musulmans qui ont sauvé de la destruction tous les ouvrages de savants hellenistiques du fanatisme des chretiens qui considéraient à l'époque que ce qui n' est pas chretien comme diabolique.Les musulmans ont sauvé ce qu'ils ont pu mais l'essentiel a été detruit.Si cela n'avait pas été le cas ,sigrid Hunke estime que l'humanité aurait été plongé dans une obscurité dont elle ne se serait pas relevé tant la perte du dépot de l'humanité que les grecs avaient repris autrefois aux egyptiens auraient été irreversible.Aujourd'hui ,l'occident mais aussi le monde seraient encore à dos d'ane et à la merci de la nature pour sa survie.
S'il faut defendre la liberté d'expression ,pourquoi alors n'ont ils rien dit quand ciné a été viré à cause du fils de sarkozy ,ou bien pourquoi les poupée vaudou à l'effigie de sarkozy ainsi que le livre sur la vie del'epouse de Sarkozy ont il été retiré de la vente.
Et plus recemment ,je n'ai entendu aucune voix s'elever contre l'interdiction du film de Kassovitz 'l'ordre et la morale " qui a été interdit de diffusion en nouvelle Calédonnie.
Les indignations aujourd'hui sont proportionnelles aux bénéfices pécuniers à l'instar du fort tirage de Charlie hebdo ou de la notoriété qu'elles peut opportunément créée .

Écrit par : magnolia | 15/11/2011

La « liberté d’expression » est un droit inaliénable sans aucun doute. Il faut crier haro sur celui qui voudrait l’aliéner. Encore faudrait-il en jouir avec classe et grâce. L’exercer à l’instar d’un philistin équivaudrait à l’amoindrir et à l’appauvrir.

Mentir, tricher, dénigrer, calomnier, tourner en dérision, comploter… au nom de « la liberté d’expression » est-ce encore la liberté ?
La liberté qui se soumet aux diktats du Marché et des « vérités rentables » est-ce encore la liberté ?
La liberté qui participe du « mensonge de référence » et du déni de réalité est-ce encore la liberté ?
La liberté qui procède de la « confusion/inversion des valeurs » est-ce encore la liberté ?
La liberté qui prône « le polythéisme des valeurs » est-ce encore la liberté ?
La liberté qui broie l’altérité est-ce encore la liberté ?
La liberté qui se complaît dans la facilité est-ce encore la liberté ?
La liberté qui dénie le droit de souveraineté à des pans de l’Humanité, est-ce encore la liberté ?

Un Homme libre est un libérateur !
Un Homme libre effectivement dira la vérité même à ses dépens. Un Homme libre effectivement sera juste même à l’égard de son pire ennemi ! Un Homme libre effectivement témoignera contre, même, un proche ! Un Homme libre effectivement ne succombera point à la tentation de l’approximation, voire du mensonge ! Un Homme libre est toujours vigilant, véridique, juste, honnête… parce que la liberté lui est chère !

La « liberté d’expression », au final, doit, certes, être protégée, voire hissée au rang de devoir d’expression, mais force est de supposer en amont de toute énonciation le respect, l’honnêteté et la responsabilité. Car la liberté qui ne repose pas sur ce triptyque s’apparente plutôt au nihilisme et autre philosophie du chaos. Car la liberté qui ne célébrerait pas l’Humanité sous toutes ses différentes facettes serait simplement une démarche liberticide que caractériserait « l’effacement du visage de l’Homme ».

Courtoisement

Écrit par : Najib Elagguir | 15/11/2011

la phobie est une peur, parfois irrationnelle, parfois construite... au nom de quel principe peut-on interdire à quelqu'un d'avoir peur ? de le dire? de l'écrire en mots ou en dessins ?
parler de ceux qui n'ont pas critiqué les dictateurs de manière à interdire toute critique est un leurre : où sont les critiques actuelles du monde musulman contre les attentats, les violations des droits de l'homme ? le silence des uns ne justifie jamais le silence des autres !

Écrit par : uranus | 17/11/2011

dans le contexte, repenser l'effet de l'Islam sur la pensée zoroastre est révélateur

Écrit par : mitch | 17/11/2011

"Je suis conscient de la dette que nous avons à l’égard de l’Islam. Au Moyen Age, les Arabes ont traduit tous les textes grecs qui sont le fondement de la civilisation occidentale. C’est grâce à eux qu’aujourd’hui, nous pouvons lire Aristote." de Me Bonnant

Faut que vous appreniez à lire les articles en entier !!!!!

"Attaquer le christianisme, c’est exercer son esprit critique; en faire de même avec l’islam, c’est de la provocation. Toute critique de l’islam est devenue impossible. Nous avons intériorisé ce tabou. Mais moi, je ne me résigne pas à penser l’islam de la manière dont il nous l’impose."

Écrit par : alain | 18/11/2011

Les commentaires sont fermés.