1959

03/03/2012

L'injustice

Sermon : L’injustice sera ténèbres[1]

 

 Abû Dharr – que Dieu soit Satisfait de lui – rapporte que le Prophète (000) a transmis ces paroles de Dieu : « Ô Mes serviteurs ! Je Me suis interdit l’injustice et J’ai interdit que vous la pratiquiez entre vous. » (Muslim)

 


Ce hadith qudsî montre très clairement que notre Créateur est Juste, et qu’Il n’admet en aucun cas l’iniquité.

Dieu dit dans le Coran : « Et Dieu ne veut point léser les mondes. » (Coran, 3, 108)

Et Il dit aussi : « Ton Seigneur n’est point injuste envers les serviteurs. » (Coran, 41, 46)

Et Dieu dit également : « Et ton Seigneur n’est injuste envers personne. » (Coran, 18, 49)

 

Ainsi, les sources de l’Islam nous montre que Dieu – Exalté soit-Il –  s’est interdit l’injustice. L’injustice est un défaut de jugement et de comportement qui touche les humains, et Dieu nous a sévèrement mis en garde contre le fait d’agir sans être équitable. Dieu décrit l’homme en disant : « Il est très injuste et très ignorant (zalûman jahûlan). » (Coran, 33, 72)

La pire des injustices consiste à associer à Dieu d’autres divinités. Lorsque fut révélé le passage qui décrit les croyants par ces termes : « Ceux qui ont cru et n’ont point troublé la pureté de leur foi par quelque injustice, ceux-là auront la sécurité, et ce sont eux les bien guidés » (Coran, 6, 82), les Compagnons du Prophète en éprouvèrent la plus grande gêne, pensant que toute forme d’iniquité pouvait leur interdire l’accès du Paradis, et en déclarant : « Mais qui donc parmi nous n’est en aucun cas injuste vis-à-vis de lui-même ? » Il avait compris, en écoutant ce verset, que le mot zulm signifie ici l’injustice en général. Le Prophète les reprit et expliqua : « Ce n’est pas comme vous le supposez, mais seulement comme Luqmân a dit à son enfant : « Ô mon petit fils, ne donne pas des associés à Dieu. Le fait d’associer à Dieu d’autres divinités est vraiment une injustice énorme. » (Coran, 31, 13) L’injustice qui est mentionnée dans le verset précédent a donc un sens restreint : le shirk, le polythéisme.

 

L’homme peut être ainsi injuste envers son Créateur. Le Prophète Muhammad affirmait : « Dieu le Très-Haut a dit : «  Le fils d’Adam m’a accusé de mensonge, et il n’en avait pas le droit. Il m’a injurié et il n’en avait pas le droit. Il M’a accusé de mensonge en disant : Dieu ne me redonnera pas la vie (après la mort) comme Il l’a fait une première fois. Or le fait de le créer une première fois n’est pas plus aisé pour Moi que de lui redonner la vie. Quant à son injure, elle consiste à dire que Dieu s’est donné un fils. Or, Je suis l’Un, l’Absolu, Celui qui n’a pas engendré et qui n’a pas été engendré, et à qui nul n’est égal. » » (Al-Bukhâri)

Le Prophète Muhammad (000) a dit également : « Dieu – à Lui la Puissance et la Majesté –  a dit : « Le fils d’Adam me nuit. Il insulte (ce qui advient dans) le temps. Or, Je suis (à l’origine de ce qui advient dans) le temps. Je tiens l’ordre (de toute chose) dans Ma Main, et Je fais que la nuit et le jour se succèdent. » (Al-Bukhârî, Muslim)

 

L’homme peut être injuste aussi envers son prochain. Le Messager de Dieu nous a sévèrement mis en garde contre cette forme d’iniquité. Il disait: « Craignez l’injustice ! L’injustice sera certes ténèbres au Jour de la résurrection. » (Rapporté par Muslim, et  par al-Bukhârî également, sans l’expression « craignez l’injustice ».)

Le Prophète a par ailleurs déclaré  : « Celui qui s’approprie injustement un empan de terre, Dieu en fera pour lui, au Jour de la résurrection, une chaîne autour de son cou composée de sept terres ! » (Muslim)

Ce Jour-là, mes frères et sœurs en Islam, beaucoup auront des regrets, mais ces regrets ne leur seront désormais d’aucune utilité. Ils s’écrieront, comme cela est mentionné dans le Coran : « Malheur à nous ! Qu’a donc ce livre (le livre des comptes) à n’omettre de mentionner ni péché véniel ni péché capital ? » Et ils trouveront ce qu’ils ont fait devant eux. Et ton Seigneur n’est injuste envers personne. » (Coran, 18, 49)

Il faut donc, mes frères et sœurs en Islam, se garder de commettre la moindre injustice, tout comme il faut craindre les invocations de celui que nous lésons.

Une femme appelée Arwâ Bint Uways porta plainte auprès du dirigeant Marwân Ibn al-Hakam contre le Compagnon Sa‘îd Ibn Zayd – que Dieu soit Satisfait de lui –. Ce dernier faisait partie des dix Compagnons à qui le Messager de Dieu a annoncé qu’ils entreraient au Paradis. Elle l’accusa d’avoir pris une partie de sa terre. Sa‘îd Ibn Zayd s’exclama : « Moi ? Je prendrais une partie de sa terre, après ce que j’ai entendu (venant) du Messager de Dieu? Marwân lui demanda : « Qu’as-tu entendu dire le Messager de Dieu ? » Sa‘îd Ibn Zayd répondit : « J’ai entendu le Messager de Dieu dire : « Celui qui s’approprie injustement un empan de terre, on lui fera porter  une chaîne autour de son cou composée de sept terres ! » Marwân lui dit : « Je ne te demanderai pas une preuve après cela (après ce que tu viens de dire) » Sa‘îd fit alors une invocation : « Ô Grand Dieu ! Si elle a menti, fais qu’elle devienne aveugle, et fais qu’elle meure sur sa propre terre ! » Cette femme perdit la vue, et tomba dans une fosse qui lui appartenait. Une version précise que devenue aveugle, elle se déplaçait en touchant les murs, et elle disait : « L’invocation de Sa‘îd Ibn Zayd m’a atteint ! » (Rapporté par al-Bukhârî et Muslim)

Autre exemple : l’imam Ahmad Ibn Hanbal fut jeté en prison, humilié et frappé. Celui qui en était la cause et qui le harcelait n’était autre que Ahmad Ibn Abî Du’âd, l’un des ministres rapprochés du calife al-Mu‘tasim. Ahmad Ibn Hanbal leva ses mains vers le Vivant qui ne meurt point, Celui qui maintient l’ordre de la création,  et dit : « Ô Grand Dieu ! S’il a été injuste envers moi, fais de son corps sa prison, et châtie-le, et livre-le à une complète errance ! »

Les savants ont dit : « Par Dieu, il n’est pas mort avant d’avoir été atteint  par une hémiplégie, la moitié de son corps étant paralysée, et l’autre bien vivante. Des visiteurs entrèrent chez lui tandis qu’il gémissait fortement, et ils lui demandèrent : « Qu’as-tu ? » Il répondit : « C’est l’invocation de l’imam Ahmad qui m’a atteint ! Pour ce qui est de ma moitié droite, si une mouche s’y pose, c’est comme si une montagne me tombait dessus. Quant à l’autre moitié, si, par Dieu, elle était découpée avec des ciseaux, je n’en ressentirais aucune douleur ! »

Dieu dit dans le Coran : « Au Jour de la résurrection, Nous placerons les balances exactes. Nulle âme ne sera lésée en rien, fût-ce du poids d’un grain de sénevé que Nous ferions venir. Nous suffisons largement pour dresser des comptes. » (Coran, 21, 47)

Donc, mes frères et sœurs en Islam, nous devons nous rappeler toujours que l’injustice sera ténèbres au Jour de la résurrection, et que celui qui est lésé voit son invocation exaucée.

Combien sont nombreux les musulmans qui subissent aujourd’hui des injustices. Combien de plaintes montent de Palestine et de Syrie, alors qu’ils sont humiliés et persécutés !

Nous demandons à Dieu qu’Il nous protège de toute forme d’iniquité, et qu’Il préserve les musulmans de l’oppression des tyrans !

Nous Lui demandons qu’Il vienne à bout du Pharaon de Syrie, qu’Il détruise son trône et qu’Il libère le peuple  syrien du joug de son armée criminelle.

Allâhumma âmîn !

 



[1] D’après un sermon de ‘Â’id al-Qaranî.

16:58 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Salam aleykoum
Amin à votre dou'a sur le despote de syrie

Écrit par : magnolia | 04/03/2012

Vous rendez vous compte mr ramadan aujourd'hui les. musulmans ce tue entre eux alors qu‘ils n‘ont pas le droit dieu et le prophete leurs ont interdit pourquoi aujourd'hui on autorise les musulmans a faire la guerre entre eux?

Écrit par : mohamed | 05/03/2012

Les commentaires sont fermés.