1959

08/03/2012

Syrie : passivité complice

En février 1982, le père  de Bachar, Hafez al-Assad, isole Hama avant de bombarder et de massacrer entre 10 000 et 40 000 de ses habitants.


Or, voici l’extrait d’un article de la revue Kivounim (Orientation), publié par l’« Organisation Sioniste mondiale » à Jérusalem (n° 14, février 1982) : « L’éclatement de la Syrie et de l’Irak en régions déterminées sur la base de critères ethniques ou religieux, doit être, à long terme, un but prioritaire pour Israël, la première étape étant la destruction de la puissance militaire de ces États. (….) Riche en pétrole, et en proie à des luttes intestines, l’Irak est dans la ligne de mire israélienne. Sa dissolution serait, pour nous, plus importante que celle de la Syrie, car c’est lui qui représente, à court terme, la plus sérieuse menace pour Israël. » Il suffit de considérer l’histoire contemporaine de l’Irak, depuis trente ans, pour observer que les Etats-Unis, l’ONU et l’Union européenne ont été exactement, et avec une précision inouïe, les instruments de ce plan machiavélique. Le jeu des puissances, orchestré par les lobbies qui agissent dans l’ombre, est ignoble. Depuis plusieurs mois, alors que tout était parfaitement prévisible, le monde dit civilisé observe sans agir, malgré les moyens dont il dispose, l’extermination aux armes lourdes d’un peuple livré à ses agresseurs. Il ne s’agit donc plus de non-assistance à personnes en danger, mais de non-assistance à peuple exterminé.

Nous avons atteint là un sommet de la barbarie.

Hani Ramadan

Tribune de Genève, 7 mars 2012

Lettre du jour

13:49 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

Salam wa aleykoum.

Est ce qu'on peut parler de crime contre l'humanité?

Écrit par : Saliha | 08/03/2012

De quel pouvoir dispose t on en tant que citoyen pour faire réellement bouger les choses? Parce qu'à l'heure actuelle on est plutôt spectateurs du désespoir sans possibilité d'action concrète.

Écrit par : Saliha | 08/03/2012

Il y a une étrange distinction de destruction des deux pays.
Exécution de Saddam Hussein, afin de ne plus constituer une menace pour Israël, en ouvrant alors les portes à un désordre général.
Conserver le régime Alaouite en Syrie au nom de la sécurité d’Israël au détriment du peuple Syrien.
Le défaut occidental lui même comme au temps du colonialisme, c'est qu'ils n'ont pas pris compte de la volonté de ces peuples.

Écrit par : toutourien | 08/03/2012

Salam aleykoum
Comme la revue sionniste nous le confirme,c'est l'irak et le sunnisme à travers lui la véritable cible au moyen orient.
C'est pour cela que je ne pense pas que dans un futur proche l'Iran puisse etre attaqué,car si l'iran etait mis à bas ,le sunnisme aurait tot fait d'avoir le dessus tres facilement sur le chiisme en irak actuel et en syrie aussi.Les guerres de religions et le chaos que les impérialos sionisme ont interet à entretenir,n'aurait plus lieu d'etre si l'iran etait mis à bas.
Il n'y aura jamais d'intervention non plus pour renverser le régime de bachar elasad ,ni aide d'aucune sorte au sunnisme qui est l'ennemi à abattre du moment

Écrit par : magnolia | 08/03/2012

Les commentaires sont fermés.