1959

18/03/2012

Machiavélisme sioniste et drame syrien

Le Temps (13 mars 2012) a cru bon d’offrir une tribune à Shlomo Ben Ami, ancien ministre des Affaires étrangères israélien, afin qu’il s’exprime sur la répression et la guerre en Syrie.

 


Avec une parfaite mauvaise foi, l’auteur parle de l’hostilité résolue du gouvernement syrien à l’encontre d’Israël, du danger qui menace les minorités – Chrétiens, Druzes et Kurdes – si ce régime venait à s’effondrer, et de la présence d’Al-Qaida, qui serait, je cite : « probablement à l’origine de certaines des récentes atrocités terroristes commises à Alep et à Homs » !

 

Je pense que je ne suis pas le seul lecteur à être scandalisé par les propos de Shlomo Ben Ami.

 

Premièrement, il est évident que face à la révolution syrienne, le gouvernement despotique de Bachar el-Assad sert de rempart à l’Etat d’Israël. Les dictatures arabes ont toutes, sans exception, collaboré avec l’Etat sioniste pour se protéger d’un ennemi commun : le mouvement islamique – notamment celui des Frères musulmans – qui n’a cessé de réclamer l’établissement de gouvernements respectueux de la volonté populaire. Car le printemps arabe, cela est évident, sonne comme une menace pour les militaires israéliens.

 

Deuxièmement, la communauté internationale agit dans le but de transformer cet élan révolutionnaire en une guerre civile. Il s’agit d’instaurer le chao en Syrie, comme cela s’est produit en Irak. Or, cette volonté machiavélique, confirmée par les faits, relève d’un plan fixé par l’Organisation Sioniste mondiale  qui affirmait dans la revue Kivounim (Orientation, Jérusalem, n° 14, février 1982) : « L’éclatement de la Syrie et de l’Irak en régions déterminées sur la base de critères ethniques ou religieux, doit être, à long terme, un but prioritaire pour Israël, la première étape étant la destruction de la puissance militaire de ces États. »

 

Troisièmement, le fait d’attribuer à la nébuleuse d’Al-Qaida les atrocités commises par les soldats de Bachar à Homs et Alep est aberrant. A la question : « Damas rejette la faute sur les terroristes armés par l’étranger. En avez-vous vu ? », le Docteur Jacques Bérès, cofondateur de Médecin sans frontières, qui a observé l’horreur sur place en tentant d’aider les habitants de Homs, répond  : « Il n’y a pas de terroristes armés par l’étranger. Cela fait partie de la propagande menteuse de ce régime. » (Tribune de Genève, le 14 mars 2012)

 

Propagande reprise par Shlomo Ben Ami, qui révèle que pour l’heure, Israël n’a aucun intérêt à ce que les révolutionnaires renversent le tyran de Damas trop vite.

 

Hani Ramadan

Le Temps, 16 mars 2012

21:44 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Puisque pour vous tous les Juifs, enfin presque, sont des sionistes qui, comme vous ne cessez de tenter de le démontrer, sont encore pire que les nazis et le communistes réunis, vous feriez mieux de demander à ce qu'aucun Israélien ne puisse avoir la parole dans les journaux et à la télévision, pour ne pas prendre le risque qu'il puisse éventuellement être sioniste...mais ça vous couperait votre fonds de commerce.

Écrit par : courant alternatif | 19/03/2012

Eh oui, c'est à cause de l'intérêt, rien que de l'intérêt! Et tout le monde y plonge et est satisfait!

Écrit par : faire part | 19/03/2012

Vous vous trompez, courant alternatif.

Les juifs qui sont écoeurés par les exactions sionistes sont beaucoup plus nombreux que vous ne le pensez.

Hani Ramadan

Écrit par : Hani Ramadan | 20/03/2012

Les commentaires sont fermés.