10/04/2012

Merah, Ben Laden, et quelques doutes

 A propos de Mohamed Merah, nous pouvons être sûrs qu’il est l’auteur des crimes de Toulouse et de Montauban. Du moins, aussi sûrs que nous avons la certitude que le corps de Ben Laden gît au fond des mers.


Comment ne pas ressentir un malaise devant la version officielle des faits, en cette période électorale ? Comment ne pas faire la comparaison avec le 11 septembre ?

Il y a d’abord toute une série de points qui se sont accumulés pour engendrer le doute. Tout comme on s’est arrangé pour faire disparaître le corps de Ben Laden, les faits montrent que Mohamed Merah, qui aurait pu être incarcéré et jugé, a été supprimé sans qu’on lui laissât le temps de s’exprimer. Tout ce qu’il a pu dire aux hommes du RAID nous a été transmis sur le mode du style indirect.

De plus, Merah avait lui-même donné des informations et des photos de ses voyages à la DCRI (Direction centrale du renseignement intérieur).  Ce qui a fait dire à Yves Bonnet, ex-patron des services secrets : « S’il donne des photos, c’est qu’il donne des informations, les services de renseignements ne s’intéressent pas aux images touristiques ! »

En outre, il est question d’un double enregistrement où Merah affirmait, avant d’avoir été abattu : « Pourquoi vous me tuez ? Je suis innocent. » Remarquez encore que deux jours après la mort du jeune homme, certains journalistes, prudents, parlaient du « présumé meurtrier».

Il y a ensuite cette extraordinaire similitude entre la situation du président Sarkozy il y a deux mois et du président Bush avant le 11 septembre : tous deux, au plus bas des sondages ou en perte de popularité, étaient déclarés battus et condamnés à abandonner le pouvoir. Que se passa-t-il pour Bush? La menace du terrorisme produisit un effet remarquable qui permit de reconstituer un sentiment d’unité nationale, et il devint le garant de cette lutte aux yeux de la majorité de l’électorat américain, obnubilée par la peur et le désir de vengeance contre l’obscur ennemi. Sarkozy a retenu la leçon, puisqu’il se livre, dans de moindres proportions il est vrai, à une lutte hautement médiatisée contre les milieux dits islamistes. Le peuple, conduit par ses émotions plutôt que par une saine réflexion, apprécie ces opérations punitives. La cible idéale ? Un mélange  d’islamistes délinquants plus ou moins immigrés…De quoi récupérer quelques voix favorables au Front national. Observez par ailleurs à quel point le discours de Sarkozy, sitôt la mort de Merah annoncée, prenait une tournure étasunienne. A l’américaine en effet, le président des Français appela l’ensemble de la nation à se lier contre la barbarie, puis il se retira en grande pompe, tournant le dos aux caméras, et s’éloignant solennellement.

Il y a enfin les conséquences prévisibles du crime comme de l’attentat : une montée en puissance de l’islamophobie, la possibilité de soupçonner tout musulman d’être un terroriste potentiel. Du jeune délinquant des banlieues au « salafiste », le symbole Merah permet désormais de couvrir un large éventail. Toute la presse et les médias ont abondé en ce sens, Merah étant devenu « le fou d’Allah », mais aussi, le désœuvré des cités.

Entendons-nous bien : les crimes perpétrés contre les victimes de Toulouse et Montauban doivent être condamnés de la façon la plus vive. Pour autant, dans un pays de droit, et qui plus est dans une authentique république, les faits doivent être analysés  avec objectivité. La raison devrait passer avant l’émotion. Et il est inadmissible de faire d’un crime un argument  électoral. C’est pourtant ainsi que s’opère, malheureusement, cette perversion de nos démocraties.

J’oubliais : l’effet du 11 septembre est dû en grande partie à la diffusion en boucle de l’effondrement des tours pour marquer les esprits devant l’horreur du « terrorisme islamiste ». Pour que le nouveau scénario connaisse le meilleur dénouement, il restera simplement à faire en sorte que l’enregistrement du meurtre des innocents ressurgisse d’une façon ou d’une autre.

 

Alors, devant l’horreur de ces images, il ne sera plus permis d’avoir le moindre doute.

La traque aux coupables musulmans pourra reprendre de plus belle.

Les morts n’ont qu’à se taire…

 

Hani Ramadan

16:31 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

Nous ne connaîtrons pas la vérité, du moins jusqu'à ce que cette affaire soit définitivement oubliée: comme toujours. Ou est le corps de Ben laden? Qui a tué Ben barka et ou est-il enterré? Pourquoi avoir tué le cheikh Yassine? etc.
Pourquoi cet évènement apparaît juste avant les élections sachant que Sarkozy va profiter de ses sujets ou la Gauche est moins forte? Le hasard? Juste le hasard?
Comme avec le 11 septembre, on va nous empecher de penser des hypothèse sous prétexte de verser dans le complotisme. Merah est l'assassin, mais qui la poussé au crime?

Écrit par : Bilal | 10/04/2012

Salam aleykoum
Il est vrai que dans cette affaire il y a de nombreuses zones d'ombres.Qu Yves Bonnet qui n est pas le premier venu, s avance suffisamment pour dire que Merah ,a tout le moins est un indic ,va dans le sens de ce que pense bcp de gens,a savoir que c est un coup monte.Buch ,lors des elections presidentielles, 4 jours avant avait eu droit eu droit a une video de menace de Ben laden, ce qui a fait dire aux journalistes que Ben Laden votait Buch.Pour Sarkosy ,on a eu droit au meme scenario ,ce qui lui a permit de passer dvt Hollande au premier tour, dans les intentions de votes, alors qu il le talonnait derriere avant l affaire Merah.De la meme facon Buch ,tout juste derriere le candidat democrate jusqu a l apparition opportune de cette video ,s est vu remporter les elections a 2 points pres de facon miraculeuse
De tout ceci ,il faut en retirer une seule chose,il faut degager Sarkozy coute que coute.
Ps/ desole pour les qqs fautes de frappes,mon clavier ayant decide de me lacher

Écrit par : magnolia | 14/04/2012

Prudence, prudence, zones d'ombres, très opaques, trop opaques :

http://aviseurinternational.wordpress.com/2012/03/27/la-une-de-keg-des-unes-du-26032012-a-j-41-av-homonymes-assassins-made-in-tolosan/

Cordialement

Aviseur

Écrit par : aviseur | 14/04/2012

Dans cette affaire, ne pouvait-on pas simplement attendre que Merah, privé de gaz, d'eau et d'électricité, sorte de chez lui pour le cueillir, pour le juger ? Pourquoi avoir peur de ce qu'il aurait eu à dire ? Pourquoi ne pas choisir la ruse plutôt que la contre-violence ? Je peine à croire que la seule option possible était ce théatral déchaînement de destruction, dûment orchestré et filmé par toutes les télévisions, déchaînement qui ne peut que susciter d'autres vocations de personnes dont ce serait la seule manière d'exister. Quant à l'alimentation effarante et révoltante de l'islamophobie, il n'y avait qu'à écouter les commentaires télévisés des jours suivants pour s'en convaincre. La fréquentation des mosquées devenait un élément un élément à charge. A ce train là, nous serons bientôt tous considérés comme des Ben Laden. Ces procédés grossiers doivent absolument être dénoncés, avec fermeté et ténacité. Merci de le faire, Monsieur Ramadan.
Yvonne Bercher.

Écrit par : ybercher | 15/04/2012

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.