1959

18/05/2013

MARIE

 

Loi de Dieu, lois des hommes

Marie. Une jeune fille au sourire éclatant et au regard qui interroge l’avenir.


 

Marie est morte assassinée par un violeur et un tueur récidiviste.

Le Coran, en cas de crime, offre la possibilité de pardonner ou de réclamer le prix du sang à la place du talion. Cela est mentionné dans le Livre sacré des musulmans comme «  un allégement de la part de votre Seigneur et une miséricorde. » (Coran, 2, 178) Mais le Coran affirme aussi : « Et vous avez vie dans le talion, ô vous doués d’intelligence. Peut-être atteindriez-vous la piété ! » (Coran, 2,179) Ce qui signifie que le talion a historiquement constitué un réel progrès par rapport aux lois et aux habitudes tribales où l’on n’hésitait pas à décimer l’ensemble des membres d’un clan pour le crime d’un seul individu. L’exigence d’équité du talion (la vie du criminel contre celle de la victime) met ainsi un terme au cycle de la violence. Tout comme la perspective de la peine encourue est dissuasive et permet de préserver la vie des victimes potentielles comme, par conséquent, la vie de ceux qui seraient tentés par le crime.

Je m’étonne de voir que l’on décrie tant la peine de mort sous nos latitudes, alors que l’on admet sans état d’âme les industries d’armement qui servent ailleurs à tuer.  

Marie est morte et rien ne la fera revenir.

Et vous pouvez brandir vos préjugés autant qu’il vous sera possible de le faire, en avançant l’humanisme qui caractérise votre grande civilisation…Prétendre de façon arbitraire que la perspective du châtiment et de la punition ne dissuade pas les humains, affirmer que donner la mort est un acte barbare, nier que le nombre alarmant des récidivistes qui profitent de la bonté déplacée d’une justice pitoyable remet en cause votre doctrine… Tout cela ne changera pas cette autre vérité : si la loi de Dieu avait été appliquée sous nos cieux, Marie serait encore en vie…

 Hani Ramadan

 

06:17 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Hélas, Monsieur,

Marie est morte parce que les lois modernes ont permis de laisser sortir un récidiviste. Ce n'est pas de l'humanisme, c'est "le progressisme".

Mais ce que vous prônez "loi de Dieu", ce n'est pas fondé.

Il faut comprendre la portée de la question que déjà Tertullien posait aux hérétiques de son temps : « montrez nous l'origine de vos églises... »

On lui attribue d'ailleurs à tort la fameuse phrase «credo quia absurdum»
"je crois parce que c'est absurde".

Je vous pose donc la question :

Croyez-vous parce que c'est absurde ? Pouvez-vous montrer l'origine de votre église, autrement dit de votre Foi en Dieu?

Je vous demande une bonne réflexion.

Écrit par : denise | 18/05/2013

Bonjour M. Hani RAMADAN,


J'aime beaucoup votre texte car il est touchant. Je suis d'accord avec vous.

Monsieur, je sens votre souffrance. Moi aussi j'ai mal de cette inJustice.

Vous savez en France (pays dont je suis ressortissante), ils n'appliquent pas la peine de mort. Mais n'est-ce pas la cautionner quand on accepte d'extrader en Arabie saoudite quand est émise par l'Etat étranger une condamnation à un châtiment corporel ? De même pour les Etats Unis concernant la peine de mort ? Alors même qu'en théorie le principe du droit extraditionnel impose de ne pas livrer aux pays dont les peines sont contraire à l'ordre public français.

Vous savez, moi victime également, je n'accepterais jamais qu'on tue le criminel. Jamais. Pour rien au Monde. Ce serait cadeau, ce serait fin de souffrance : la vie est souffrance. J'exigerais la loi du talion. J'exigerais qu'on s'assure qu'il en subisse les mêmes conséquences. La mort il faudrait l'offrir à la victime, sous certaines conditions. D'ailleurs j'ai écouté votre vidéo concernant le suicide et j'ai trouvé beaucoup de mesure et de rationalité dans votre propos. Vous êtes comme M. Tariq Ramadan : vous n'êtes pas un littéraliste, vous êtes exactement ce qu'il faut à la Communauté. Vous êtes du contexte.

Croyez moi Monsieur Hani RAMADAN, cette femme a eu le plus beau des cadeaux. Ce genre de crime vous change en profondeur, ainsi que le sens de votre vie. Ne soyez donc point affligé.

Vous savez il y a une surpopulation dans les prisons en France. Si on appliquait la peine de mort mais uniquement pour les tueurs, on éviterait de faire ce que la France souhaite à savoir la contraventionalisation de délits (passer des délits en contraventions), ce qui est bien plus grave.

Aussi, les pénalistes affirment que la peine est à la fois un châtiment et une punition, et que de surcroît c'est dissuasif. C'est comme cela qu'ils définissent le terme "peine". Ils nous leurrent. Ils reconnaissent avec honte l'aspect plus criminogène que préventif des prisons. Ils se demandent s'il ne vaut pas mieux soigner notamment la psychopathie (qui est incurable). Si seulement ils appliquaient la peine de mort.

Ils refusent d'appliquer ces peines, à mon avis, car ils se refusent toute violence. Voyez donc comment ils encadrent et encadrent encore le droit de correction des parents qui a tendance à disparaître. Ils refusent d'appliquer la violence, uniquement, à mon avis, car ils se définissent négativement par rapport à la loi islamique.

Et puis que pensez-vous de leur idée de castration chimique concernant les agresseurs sexuels ? Ce n'est pas naturel déjà. Mais les effets secondaires me semble, subjectivement, assez dévastateurs.

On a tant et tant besoin d'avoir une Shari'a traduite en français. Même un modèle. Des principes généraux. Que nous ne nous sentions plus coupable d'aller déposer plainte en général. Svp Monsieur.

Salam. Vous êtes une Lumière de l'islam. Vous êtes fort dans votre résistance aux pressions médiatiques.

Écrit par : Poussiere69 | 20/05/2013

Juger des délinquants particulièrement nuisibles représente l'une des tâches les plus difficiles qui soit, comme de manière générale, prédire la dangerosité, notion à cheval entre la psychiatrie et le droit. Lorsqu'un récidiviste frappe à nouveau, le juge qui l'a mis en liberté n'est pas seul à blâmer, c'est tout le système qui montre à quel point il est bancal. En Suisse comme en France, on feint de s'imaginer qu'il suffit de neutraliser un individu pendant quelques décennies pour le métamorphoser. Or, si la prison resocialisait, voire guérissait, cela se traduirait dans les faits et se saurait.
Dans d'autres pays comme par exemple le Canada, on a accepté de se doter des les moyens de traiter les psychopathes dangereux dans des hôpitaux-prisons spécialement affectés à cet effet avec un certain succès, mais cela engloutit des fortunes. (Voir à ce sujet : Cadillac : l'asile des fous dangereux, Véronique Lesueur, Ed. Hors collection 1995)
Plutôt que de sempiternellement entonner les mêmes rengaines populistes, acceptons d'engager les moyens qu'il faudra pour une tâche absolument incontournable. Et laissons la peine de mort aux Etats-Unis,à l'Arabie Saoudite... et aux marchands d'armes.
Yvonne BERCHER.

Écrit par : ybercher | 22/05/2013

Mme Yvonne BERCHER,

Laissez moi d'abord vous dire tout votre courage de parler identité découverte.

Merci de nous offrir votre point de vue.

Je regarde assez souvent l'émission française "enquêtes criminelles" et croyez moi, concernant les hôpitaux prisons dont vous parlez non seulement il y a beaucoup d'évasions. Mais de plus saviez-vous qu'ils ont la possibilité de suivre des formations, notamment à l'université. Puis s'ils donnent suffisamment de garanties qu'ils ne réitéreront pas il est alors possible de les faire sortir.

La psychopathie est incurable. Il faut que la Justice, la loi les abatte. Ceci afin de dissuader.

Pourquoi le fait de tuer un tueur multi-récidiviste vous cause t-il du chagrin ?

Les pénalistes français reconnaissent modestement que la France se targuent d'avoir le meilleur système judiciaire au Monde. Mais aujourd'hui en France les politiques de consensus prévoient d'aménager les peines de prisons par des semi-liberté. Il n'y a plus de place en prison. Les hôpitaux-prisons se rempliront aussi. Il faut être radical avec les radicaux (autant qu'ils se vantent de le faire à tord avec les "salafistes" ou plutôt présumés "salafistes"), ils n'ont normalement pas à tergiverser si nous sommes de la rationalité.

Écrit par : Poussiere69 | 23/05/2013

Personnellement, que les puslions criminelles, et même non criminelles, soient détournées vers l'étude, la plus belle chose qui soit, me réjouit plutôt. A de rares exceptions près, l'étude limite la barbarie.
Quant aux prisons totalement étanches que vous appelez de vos voeux, sachez que les prises d'otage y sont beaucoup plus fréquentes que dans les autres.
Dans ces hôpitaux-prisons auxquels je fais allusion, les délinquants sont étudiées comme des insectes sous une loupe afin de comprendre les mécanismes qui les amènent à commettre des actes odieux, cela dans une perspective de prévention.
Quant aux victimes d'erreurs judiciaires, elle ne me font pas plus rire que celles des psychopathes dangereux. Des études tout à fait sérieuses ont démontré que dans les pays où sévit la peine de mort, on ne compte pas moins de crimes odieux qu'ailleurs. L'élément de prévention déterminant est la plus ou moins grande certitude d'être arrêté si l'on commet un délit.
Effectivement, je suis résolument contre la peine de mort et vous invite à prendre connaissance du magnifique travail réalisé par Robert Badinter dans ce domaine.

Yvonne Bercher.

Écrit par : ybercher | 23/05/2013

Madame la doctoresse,

Merci de m'avoir accordé ce temps de réponse. J'ai bien pris note.

J'aimerais, si vous me le permettez, rebondir sur 2 ou 3 points.

Premier point, je n'appelle pas de mes voeux la prison. J'appelle aux peines corporelles car pour moi elles sont plus efficaces. Ce n'est pas par conviction religieuse, loin s'en faut, c'est par rationalisme pur.

Deuxième point, vous dites que « l'étude » permet de limiter la barbarie. Parliez-vous des études (formations) ? Car si tel est le cas, vous n'ignorez pas je pense le profil psychologique que la criminologie a donné du psychopathe meurtrier : c'est un homme ayant subi des sévices sexuels et/ou des violences répétées et/ou ayant eu une mère castratrice. Ainsi, ils se vengent en prenant plusieurs vie car ils se considèrent morts (ils le disent). Les professionnels de la santé mentale disent donc de fait que la pulsion meurtrière ne peut pas être inhibée par « les étudew » (formations).

Troisième point, même si dans les « hôpitaux-prisons les individus sont scrutés à la loupe », cela n'empêche pas les évasions et si vous parlez de la psychopathie puisque nous parlions exactement de cela, encore une fois, - les criminologues disent qu'elle est incurable -. Les soins sont donc vains. Aussi, après une sortie de ces hôpitaux-prisons (car j'imagine que leur séjour n'est pas ad vitam eternam) ils réitéreront. Ils le disent. Ils ont le diable dans la peau. Ils sont morts. Ils ont soif de sang. Ils veulent être égaux à Dieu c'est pour cela qu'ils tuent.

Pour conclure je vous poserais de nouveau la question : pourquoi le fait de tuer un tueur multi-récidiviste vous cause t-il du chagrin ? Car moi je ne parle là que de cela. Sans doute n'avez-vous pas - ce que je ne vous souhaite pas - perdu des membres de votre famille dans pareilles circonstances...

En vous remerciant.

Merci également à M. Hani RAMADAN qui a publié mes deux autres commentaires. Merci aussi pour vos conférences Monsieur. Vous savez les idéologues de la laïcité (les médias) ont eu beau jeu de tenter de jeter le discrédit sur vous, mais l'islam que vous prônez, sur votre langue, il est comme du miel et apaise nos coeurs à nous musulmans.

Bien à Vous.

Écrit par : Poussiere69 | 24/05/2013

Les commentaires sont fermés.