1959

20/08/2013

Egypt’s violation of Human Rights

 All the people who defend freedom have to be against the coup in Egypt.

I recommend everyone read this report which clarifies what happened in Egypt.

http://www.euromid.org/report/Egyptmilitary.pdf 


 People want freedom

alex g2.jpg

14:43 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

Bonjour Dr Ramadan,

Je viens de lire en Anglais l'éloge funèbre - bien qu'il n'a pas participé aux obsèques - que le Dr Badie a écrit après le décès de sa fille, Asma al-Beltaji (Rahimahoullah)

Pourriez - vous malgré votre emploi du temps chargé, essayé de la traduire en français, à partir de l'original en Arabe bien entendu, pour les lecteurs de ce blog afin qu'une fois encore, l'on voit à quel point ce furent des " Terroristes" que l'armée et la police "Républicaine" Égyptienne devaient absolument délogés de la place Rabaa Al Adawiya.

Ci-dessous un lien sur le site en Anglais et la vidéo où l'on voit comment elle a été assassinée.

Certains commentaires laissent entendre que l'homme avec un chapeau et un sac jaune, juste à ses côtés au moment où elle reçoit le coup fatal serait complice du meurtre et serait celui qui indique les personnes que les snipers doivent abattre.

http://www.middleeastmonitor.com/news/africa/7007-letter-from-dr-mohamed-beltaji-to-his-martyred-daughter

Bien à vous en cette période douloureuse.

Écrit par : Cellou | 20/08/2013

Bismillahi Arrahmani Arrahim

Wa salat wa salamou 'ala achrafi-l-mou'sallin.

J'ai tenté une traduction de la lettre en question, je demande au modérateur de bien vouloir corriger les fautes d'orthographe qui en de pareilles circonstances me couvre de honte.

Qu'Allah Azza wa djal purifie notre soeurs ainsi que ses compagnons.

Wa salamou.

**************************************************************************

Ma bien-aimée fille et digne professeur Asma al-Beltaji, je ne te dis pas au revoir, je dis que demain nous nous reverrons.

Tu as vécu la tête haute, rebellée contre toutes les tyrannie toutes les entraves et éprise de liberté. Tu as vécu recherchant discrètement de nouveaux horizons afin de restaurer cette nation pour lui permettre d'occuper son rang parmi les civilisations.

Tu ne t’es jamais encombrée des préoccupations de celles et ceux de ton âge. Bien que les études classiques n'aient pas réussi à combler tes intérêts et aspirations, tu as toujours été la première de ta classe.

Je n'ai pas eu assez de ta précieuse compagnie en cette courte vie, surtout que le temps dont je disposais ne m’a pas permis de pleinement l'apprécier. La dernière fois que nous nous sommes assis ensemble sur la place Rabaa Al Adawiya tu m’as dit "même lorsque tu es avec nous, tu es occupé" et j’ai répondu: «Il semble que cette vie ne sera pas suffisante pour apprécier mutuellement notre compagnie et je prie Dieu pour que nous apprécions mutuellement notre compagnie dans le paradis ».

Deux nuits avant que tu ne sois assassinée je t’ai vu en rêve dans une robe de mariée blanche, tu étais une icône de beauté. Lorsque tu te posa à côté de moi, je t’ai demandé "Est-ce ta nuit de noces?" Tu as répondu: « Mes noces ont lieu l’après-midi non la nuit ». Quand on m'a dit que tu as été tuée mercredi après-midi j'ai compris ce que tu voulais dire et j’ai su que Dieu avait accepté ton âme en tant que martyr. Tu as renforcé ma conviction que nous sommes sur la voie de la vérité et que notre ennemi est dans le mensonge.

Cela m'a causé une douleur vive de n’avoir pu assister à tes obsèques et ainsi pouvoir te voir une dernière fois, de ne pouvoir embrasser ton front, et de n’avoir pu être honoré de diriger ta prière funéraire. Je jure devant Dieu, ma chérie, je n'avais ni peur pour ma vie, ni peur d’être injustement arrêté, mais je voulais faire triompher le message pour lequel tu as sacrifié ton âme; achever la révolution, gagner et d'atteindre ses objectifs.

Ton âme a été élevé tandis que tu gardais la tête haute résistant aux tyrans. Les balles traîtresses t’ont atteinte en pleine poitrine. Quelle spectaculaire âme pure et déterminée. Je suis convaincu que tu étais sincère vis-à-vis de Dieu et Il qu’il t’ as choisi parmi nous pour t’ honorer à travers ton sacrifice.

Enfin, ma bien-aimée fille et digne professeur:

Je ne dis pas adieu, mais au revoir. Nous nous rencontrerons prochainement avec notre bien-aimé Prophète (saws) ainsi que ses compagnons dans les Jardins des délices où notre souhait de profiter mutuellement de notre compagnie ainsi que de celle de nos proches se réalisera.

Écrit par : Alassane | 21/08/2013

Au nom de Dieu,

M. Ramadan, je vous soumets une traduction (imparfaite) de la lettre du Dr. Mohamed al- Beltaji à sa fille tombée en martyre. Une façon pour moi de lui rendre hommage et de faire partager l'émotion et la détermination d'un père, notre frère à tous.(Traduite d'après l'anglais)

Ma fille bien-aimée, ma digne enseignante, Asma al-Beltaji; je ne te dis pas au-revoir; je dis que demain nous nous retrouverons.

Tu as vécu la tête haute, rebelle, contre la tyrannie et les chaînes, aimant la liberté. Tu as vécu en quête, silencieusement, de nouveaux horizons pour reconstruire cette nation afin qu'elle assume sa place parmi les civilisations.

Jamais tu ne t'es occupée à ce qui préoccupe les gens de ton âge. Même si les études traditionnelles n'ont pas su combler tes aspirations et ton intérêt, tu as toujours été la première de ta classe.

Je n'ai pas assez profité de ta précieuse compagnie dans cette courte vie, le temps, particulièrement, ne m'a pas permis de jouir de ta compagnie. La dernière fois que nous nous sommes assis sur la place "Rabî'a al-'Adawiya" tu m'as dit " même lorsque tu es avec nous tu es occupé" et je t'ai répondu "il semble que cette vie ne sois pas suffisante pour que nous profitions l'un de l'autre, aussi je prie Dieu que nous puissions jouir de cette compagnie au paradis."

Deux nuits avant que tu ne sois assassinée je t'ai vue en songe, dans une robe de mariée blanche et tu étais une icône de beauté. Quand tu t'es étendue près de moi je t'ai demandée "Est-ce ta nuit de noces?". Tu as répondu "Il est midi et non le soir." Quand on m'a dit que tu avais été assassinée le mercredi après-midi, j'ai compris ce que tu avais voulu dire et j'ai su que Dieu avait agrée pour ton âme le statut de martyre. Tu as renforcé ma croyance que nous sommes dans le vrai et notre ennemi dans le mensonge.

Cela m'a causé une douleur extrême de ne pas être là pour ton dernier adieu et te voir pour la dernière fois; ne pas pouvoir embrasser ton front; et ne pas avoir l'honneur de conduire la prière funéraire. Je jure devant Dieu que je n'avais pas peur pour ma vie, ni même d'une prison injuste, mais je voulais porter le message pour lequel tu as sacrifié ton âme;pour parachever la révolution, vaincre et atteindre ses objectifs.

Ton âme s'est élevée, résistant la tête haute face aux tyrans. Les balles traîtresses t'ont touchée à la poitrine. Quelle détermination et pureté d'âme spectaculaires. Je suis certain que tu étais honnête envers Dieu et Il t'a choisie, parmi nous, pour t'honorer du martyre.

Pour finir, ma fille bien-aimée, ma digne enseignante.

Je ne dis pas adieu mais au revoir. Nous nous reverrons bientôt en compagnie de notre Prophète bien-aimé et de ses compagnons au Paradis, où notre souhait d'être en compagnie l'un de l'autre, et de ceux que nous chérissons, sera exaucé.

Écrit par : asma | 21/08/2013

Salam aleykoum
J'ai visionné la vidéo.En effet ,l'attitude de l'homme au chapeau et sac jaune qui pose le sac devant Asma rahimha Lah est vraiment suspecte.Juste au moment où il se penche,un sniper tire sur elle.La tactique du sac est bien rodé.Il pose le sac devant la personne à abattre et par ce geste ,il peut éviter ainsi la balle .Quand elle tombe,il ne va pas lui porter secours et semble regarder autour de lui avant de partir.

Écrit par : Djamila | 21/08/2013

Les commentaires sont fermés.