1959

22/08/2013

Devant les massacres : Nous sommes tous Frères musulmans!

 Egypte : Devoir de fraternité

Qui peut aujourd'hui dire qu'il ne savait pas? L'un des rares bienfaits de la mondialisation est de savoir ce qui se passe ailleurs, de pouvoir s'informer (encore faut-il le faire correctement), et d'interagir avec notre monde.

Ce qui se passe aujourd'hui en Égypte est d'une cruauté sans nom, un mépris pour l'humanité, pour la dignité, pour la justice.
On entend ici et là des voix s'élever, dire leur indignation, crier au scandale et c'est très bien. On en voit d'autres aussi y aller de leur propre analyse pour briller un peu sous cette scène effroyable. Mais peu importe. Chacun sera jugé selon son intention, tant que cela permet de susciter la conscience des femmes et des hommes de notre société, nous pouvons le supporter.
Par contre, ce que nous ne pouvons supporter, c'est l'indifférence, le silence. Eh oui, nous ne supportons plus d'entendre les gens parler de leurs vacances, de leurs petits soucis, de leur traintrain insignifiant, quand nous savons que nombre de nos frères meurent sous les balles de pharaon.
Qui a déjà vu une journée si sombre que celle du mercredi 14 août 2013? Imaginez un seul instant 2600 personnes tuées par balles... Quelle cruelle énergie a-t-il fallu déployer pour un bilan si lourd.
Nous le disons sans honte, nous n'avons pas de peine pour celles et ceux qui sont tombés sur la noble place Rab'a. Ils sont désormais auprès de leur Seigneur et jouissent de la promesse éternelle. Non, nous n'éprouvons pas de tristesse pour eux. Au contraire, nous sommes heureux de leur destinée si glorieuse. Nous les envions même...
Nous sommes tristes pour leurs familles qui auront à subir le manque en attendant la rencontre.
Nous sommes tristes pour le mépris de la vie humaine dont certains hommes, qui ont perdu toute humanité, ont fait preuve.
Nous sommes tristes de voir la parole du Prophète (paix et bénédiction sur lui) se réaliser: « Viendra un jour où le fait de porter la foi sera semblable au fait de porter une braise incandescente dans sa main. »
Nous sommes surtout tristes de voir l'indifférence de certains d'entre nous face au combat, au martyre, à la souffrance de nos sœurs et de nos frères.
Peu importe que l'on soit frère musulman, salafi, soufi, laïc ou autre. Peu importe ce que l'on pense de l’organisation des Frères... Aujourd'hui, chacun d'entre nous, homme, femme, enfant est frère musulman. Pas par calcul politique ou par esprit clanique, mais par devoir de fraternité.
Nous sommes frères musulmans, parce que ce sont nos frères qui sont tombés et qui tombent encore. Nous sommes frères musulmans, parce qu'il est de notre devoir de soutenir le droit, la justice et la dignité.
Nous sommes frères musulmans, parce que nous aurons à rendre compte devant Dieu d'avoir assisté à ce massacre, alors que nos larmes sont tombées au rythme des corps.
Oui... Nous sommes frères musulmans par devoir de fraternité.

Si même les plus laïcs parmi les Égyptiens ont su être frères musulmans par soutien et par esprit de justice, alors nous le serons d'autant plus, parce qu'ils sont nos frères et que nous sommes musulmans.
 
Siham Andalouci

06:12 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Salam. Tout est dit ici. Qu'Allah soit avec nos frères en Egypte, ainsi qu'en Syrie, Birmanie, Palestine et toutes les contrées opprimées.

Écrit par : نورالدين | 22/08/2013

Nous sommes tous des frères musulmans au sens stricte. Même au sens large. Concernant l'idéologie des Frères musulmans, je conseille le livre les 20 principes islamiques pour comprendre l'islam (Hassan al banna). Pourquoi ? Car ce livre met en exergue d'un point de vue objectif les raisons pour lesquelles les musulmans doivent s'unir. Je suis désolée, ce n'est pas parce que politiquement on peut-être défavorable à la façon dont certaines branches de la confrérie musulmane (Frères musulmans) ont interprété l'islam qu'il faut condamner la raison d'être de cette idéologie.

Le fondateur de la confrérie (Hassan al-banna, paix à son âme) était un homme d'une droiture exemplaire, d'une haute moralité au moins au niveau de la pensée, un amoureux fou de la Justice et de la paix entre les hommes. Nous ne devons pas laisser la Politique nous désunir. Il a fait un travail absolument considérable en ce qui concerne le droit islamique. Il convient de suivre son chemin. Et si nous voulons rejeter des idées dans cette idéologie là, eh bien le débat est ouvert. Preuve en est que - soit dit avec votre permission - les Ramadan sont conservateurs au niveau de la religion mais très progressistes au niveau des idées, ils sont du contexte et à l'écoute. Donc ils se réforment en fonction des changements pour adhérer au mieux à la religion.

Nous sommes tous Frères musulmans, chacun à notre façon. Et je vais même plus loin. Si nous avons la possibilité de former un Pouvoir politique international au nom de cette confrérie, qui au delà de ses quelques défauts prétendus ou avérés, eh bien si nous avons déjà un travail qui a été fait, il évident que nous ne pourront combattre qu'en nous ralliant à ce Pouvoir (FM) là. Et ensuite le cas échéant, pour ceux qui veulent, le diriger s'ils trouvent à redire.

Le problème dans le monde musulman c'est qu'ils s'enferment dans des schismes qu'ils créent eux-mêmes uniquement par émotivité (qui sont soit des réactions de rancune, soit des réactions de haine, soit des réactions de jalousie). Mais si chacun y va de son train, nous ne pourrons jamais nous unir. Certes la confrérie a peut-être des défauts, mais seuls nous n'obtiendront jamais un Pouvoir divin dans le Politique. Soit on s'unit musulmans, soit on se divise. Cela me fait penser à tous les détracteurs musulmans du Prof. Tariq RAMADAN qui n'ont pas compris que cet homme a beau ne pas être parfait, puisque personne ne l'est, personne ne peut-être parfait, il reste qu'il est professionnel et qu'il défend l'islam, qu'il est donc une valeur ajoutée à l'intérêt général. A partir de là peu importe ses dires, peu importe tout, nous devons nous rallier autour de lui car il en va de notre Pouvoir politique au sens juridique et religieux du terme. Donc même ceux qui ne l'aiment pas ne doivent pas entrer en contradiction substantielle et radicale avec lui, ils doivent laisser la porte ouverte à la médiation en s'écartant impérativement des jugements péremptoires. Cette exemple est donné pour le Pouvoir politique des musulmans en France. En Egypte, puisque c'est le contexte actuel, il convient par analogie de transposer cela aux FM (Frères musulmans).

Je déclare tous les musulmans de France Frères musulmans en soutien à l'Egypte.

Écrit par : Au Nom de la Communauté musulmane | 23/08/2013

Les commentaires sont fermés.