1959

22/05/2014

Conférence sur l'engagement dans la société

 

À la Lumière d'un Hadith du Prophète (Dieu le couvre de Sa Miséricorde)

http://www.youtube.com/watch?v=d6vIDIWlVbg

12:20 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Au nom de Dieu,

Des paroles qui renvoient chacun à sa pratique de l'islam et à sa relation à son Seigneur. Un rappel qui pousse à la méditation et à l'effort sur soi. Puisse Dieu vous récompenser, M. Ramadan.

Toutefois, votre réponse concernant l'immobilisme des Musulmans face au projet satanique de l'enseignement de la théorie du genre me laisse perplexe.
Vous vous contentez d'inviter les parents à dialoguer avec leurs enfants sur ce qu'ils auront vu et entendu à l'école. Comme si nous devions accepter, comme un fait accompli, ce que l'on nous prépare.
Il faut au contraire que les Musulmans réagissent, aux côté de ceux qui ont encore des valeurs.
Je refuse que ce soit l'école qui m'impose un dialogue avec mon enfant sur les orientations sexuelles. Je veux choisir le moment et la façon d'aborder le sujet avec mon enfant. Mon enfant a droit à l'insouciance jusqu'à un certain âge. Et si je fais tout pour le préserver de l'impudeur et de la décadence ambiante, censurant certains sites internet, émissions de télévision, publicité envahissante et livres de bibliothèque, ce n'est pas pour le leur "livrer" et essayer de réparer le mal que ses oreilles innocentes vont devoir endurer.
D'autre part, le jeune enfant est très influençable et quand vous essaierez de "corriger le tir", il vous répondra: "mais c'est la maîtresse qui l'a dit!", comme si l'école renfermait seule la vérité absolue. Nous devons déjà lutter contre la théorie de l'évolution et autres incohérences, épargnons à nos enfants les dérives d'une société en perdition.
Leur dessein est clair, il s'agit d'encourager la perversion. Aussi, je n'ai pas le droit, en tant que musulman, de placer mon enfant pendant six heures par jour, dans un endroit où il sera confronté à des concepts indignes, un enfer pour lequel il sera en droit de me demander des comptes quand il sera responsable.
Nous devons envisager d'autres solutions pour nos précieux enfants. Et ne pas hésiter devant les sacrifices financiers et autres pour les préserver. L'école publique n'est plus "halal", si j'ose m'exprimer ainsi. Les alternatives existent, nous devons nous organiser...et Dieu est tout près.
Et je prie les sœurs qui se réunissent devant les écoles pour parler du sujet d'épargner les oreilles des enfants; en débattant de la fameuse théorie ouvertement devant leurs enfants, elles font plus de mal encore, sans s'en apercevoir.
La diffusion de mon commentaire n'est pas un but en soi mais une invitation à nous répondre de façon plus large, M. Ramadan, car le sujet en vaut la peine.

Avec toute mon estime.

Écrit par : peter pan | 24/05/2014

Les commentaires sont fermés.