1959

20/11/2014

ISLAM ET LIBERTE

 

L’adorateur et le commandeur[1]

 

Le grand savant Abu al-Hassan ‘Ali Nadawî, donne un exemple historique qui montre combien l’islam est une foi qui libère l’homme : celui de Rib‘iy Ibn ‘Âmir et de Rustum.


images un  Seul Dieu.jpg

Image : lâ ilâha illa -Llâh

Il n'y a de dieu que Dieu






Le grand compagnon du Prophète (Dieu lui accorde bénédiction et paix) Sa‘d Ibn Abî Waqqâs avait en effet envoyé Rib‘iy pour expliquer au commandeur en chef des Perses l’objet de la présence des armées musulmanes aux portes de son royaume. Lisons le récit de cette rencontre tel que l’expose Nadawî :

« Le commandeur en chef de l’Iran, Rustum, le reçut dans une grande salle d’audience, ornée de tapis magnifiques. Le commandeur en chef portait une couronne et des vêtements scintillants de pierres précieuses. Il était assis sur son trône. Rib‘iy, au contraire, était pauvrement vêtu. Il était presque en haillons et son bouclier était trop petit pour lui. Son cheval n’avait pas de race. Monté sur cette pauvre bête, il s’avança vers Rustum et l’animal piétinait de ses sabots le précieux tapis. »[2] Rib‘iy n’enleva ni son casque ni ses armes, ce qui choqua l’assemblée. Interrogé sur le sens de la mission des musulmans, il déclara :

 

« Nous avons été envoyés par Dieu pour faire passer ceux qu’Il a choisis de la soumission aux hommes à la soumission au Maître des hommes ; des étroites limites de ce bas monde à l’immensité sans limite de la vie dernière ; de l’oppression des autres religions à l’équité et à la justice de l’islam. »[3]

 

Cette parole de Rib‘iy est restée célèbre à tout jamais dans l’histoire de la civilisation musulmane. Elle résume en quelques mots l’essentiel de son message : soumission à Dieu Seul et rejet de toutes les idoles, dépassement de soi vers la transcendance et l’au-delà, refus de la cupidité et du matérialisme sous toutes ses formes, établissement de la justice et de l’équité sur les fondements de la raison et de la Révélation, opposition à l’idolâtrie religieuse recelant l’oppression, la tyrannie et la superstition.

 



[1] Extrait de Islam, source de liberté, aux éditions Al-Qalam, Paris.

[2]Abu Al-Hassan ‘Ali Nadawî, Seul un Prophète pouvait le faire, éd. Centre Islamique de Genève et Tawhid, Lyon 2001.

[3] Ibn Kathîr, Al-Bidâya wan-Nihâya, vol.  III

09:18 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

excellent

Écrit par : bouazizi nagib | 20/11/2014

Les commentaires sont fermés.