1959

30/12/2014

DES LARMES POUR UNE VICTOIRE

 

Sermon : Revenir aux commandements de Dieu

Lorsque Chypre fut conquise par les musulmans et que l’on apporta à Médine le butin de cette victoire, les gens virent le grand Compagnon Abû ad-Dardâ’ pleurer – Dieu soit Satisfait de lui –. Ils en furent étonnés.


Jubayr Ibn Nufayl alla à sa rencontre et lui demanda : « Qu’est-ce qui te conduit à pleurer en ce jour où Dieu a honoré l’Islam et ses gens ? » Abû ad-Dardâ’ répondit :

« Malheur à toi, ô Jubayr ! Combien sont insignifiantes les créatures auprès de Dieu lorsqu’elles délaissent Ses commandements ! Voici une communauté qui a délaissé les commandements de Dieu, et à laquelle il est arrivé ce que tu vois ! »

 Nous nous trouvons devant une sagesse éloquente, qui nous permet de comprendre en profondeur le sens des événements, et d’en tirer de précieuses leçons, rattachant le sort des créatures au Créateur, – Béni et Exalté soit-Il.

 

Première leçon à laquelle Abû ad-Dardâ’ nous rend attentifs, c’est le constat de l’effondrement rapide et de la ruine foudroyante qui emportent les nations, à cause de la corruption, du luxe excessif et de l’abandon des commandements divins. A ce propos, Dieu dit dans le Coran : «Et quand Nous voulons détruire une cité, Nous ordonnons à ses gens opulents [d'obéir à Nos prescriptions], mais (au contraire) ils se livrent à la perversité. Alors la Parole prononcée contre elle se réalise, et Nous la détruisons entièrement.» (Coran, 17, 16)

 

C’est pour cette raison que lorsqu’il vit la profusion du butin et l’abondance des biens acheminés à Médine, Abû ad-Dardâ’ éprouva de la crainte à l’idée de voir les musulmans préoccupés par ces richesses au point de s’écarter de la religion de Dieu. Il avait peur que cette communauté se livrât à une concurrence dans un amour démesuré pour les biens de ce monde, comme d’autres communautés l’avaient fait avant elle, si bien qu’elle connaîtrait le même sort : être en situation de faiblesse et d’avilissement, et céder aux autres la victoire.

 

C’est bien contre cela que notre Prophète (Dieu lui accorde bénédiction et paix) nous avait mis en garde, en déclarant :

 

« Par Celui qui tient l’âme de Muhammad dans Sa Main, ce n’est pas la pauvreté que je crains pour vous. Mais je crains que ce bas monde vous soit généreusement accordé, comme il a été accordé à ceux qui vous ont précédés, et qu’alors, vous vous livriez concurrence comme ils se sont livrés concurrence (pour obtenir davantage), et qu’alors ce bas monde vous fasse périr comme il les a fait périr ! »

 

Deuxième leçon que nous pouvons tirer des propos d’Abû ad-Dardâ’ : le mauvais présage qui accompagne tout acte de désobéissance accompli par l’être humain, et qui rend insignifiant ce dernier auprès de Dieu. Abû ad-Dardâ’ affirme ainsi : « Combien sont insignifiantes les créatures auprès de Dieu lorsqu’elles délaissent Ses commandements ! » A l’inverse, la bénédiction qui est liée à la piété et à l’obéissance est la cause de l’aide, du secours, de la réussite et de la victoire que Dieu accorde à Ses adorateurs.

 

Le mauvais présage qui accompagne tout acte de désobéissance exerce son influence aussi bien sur l’individu, que sur la communauté et l’ensemble de la société :

 

En ce qui concerne l’individu, le Messager de Dieu (Dieu lui accorde bénédiction et paix) nous montre clairement ce qu’il en est en disant : « Lorsque le serviteur commet un péché, une tache noire vient s’imprégner sur son cœur, jusqu’à ce que le cœur devienne entièrement noir. » Cela, c’est la rouille que Dieu – Exalté soit-Il – a mentionnée. Puis le Prophète (000) lut la parole de Dieu le Très-Haut : « Que non ! Mais ce qu’ils ont accompli couvre (de rouille) leurs cœurs ! » (Coran, 83, 14) 

 

La Sunna – les enseignements du Prophète (Dieu lui accorde bénédiction et paix) – nous montre également que chaque péché a une mauvaise influence. Ainsi, le fait de consommer ce qui est illicite a pour conséquence que les invocations ne sont pas exaucées. L’injustice a pour conséquence une absence générale de sécurité au sein des collectivités. La perte de la loyauté et de l’honnêteté conduit à l’effondrement de l’ordre social.

 

De façon générale, tout écart conduit à la gêne. Dieu dit dans le Coran : « Et quiconque s’écarte de Mon rappel mènera certes une vie de gêne. » (Coran, 20, 124) 

 

Comment pourrions-nous donc bénéficier pleinement des bienfaits de Dieu en lui manifestant une désobéissance continue ?

 

Le secours de Dieu et son assistance ne sont octroyés qu’aux croyants qui sont sincères, qui ont répondu à l’appel de Dieu et qui ne montrent aucune négligence lorsqu’ils reçoivent un ordre de Dieu.

 

Allah le Très-Haut dit :

 

« Dieu vient certes au secours de qui vient au secours (de Sa religion). Dieu est assurément Fort et Tout-Puissant. » (Coran, 22, 40)

 

Et Il dit encore :

 

« Et c'est Notre devoir de secourir les croyants. » (Coran, 30, 47)

 

Alors que beaucoup d’entre nous vont entamer une période de vacances – et alors que chacun d’entre nous, en tous les cas, dispose de temps libre –, nous devons prendre d’abord la saine résolution de nous écarter de toute forme de désobéissance à Dieu, dans le but de nous conformer entièrement à Ses commandements.

 

Nous devons saisir l’occasion qui nous est donnée de faire le meilleur usage du temps dont nous disposons :

 

-         Profite de ce temps pour réciter le Coran et lire des hadiths et des ouvrages utiles. Et aussi pour suivre des cours et des leçons. Dieu dit dans le Coran :

« "Lis, au Nom de ton Seigneur qui a créé, qui a créé l’homme d’une adhérence. Lis ! Et ton Seigneur est le plus Noble. Qui a enseigné par la plume, a enseigné à l’homme ce qu’il ne savait pas. " (Coran, 96, 1-5)

 

-         Profite de ce temps pour accomplir la prière, à la mosquée autant que possible , et évoque Dieu en toute circonstance et avec constance ! Il est dit dans le Coran : « Récite ce qui t'est révélé du Livre et accomplis la prière. En vérité, la prière préserve de la turpitude et du blâmable. Le rappel de Dieu est certes ce qu'il y a de plus grand. Et Dieu sait ce que vous faites. » (Coran, 29, 45)

 

-         Sois bienfaisant envers tes proches et utile à tous ceux qui t’entourent, car Dieu vient en aide au serviteur dans la mesure où le serviteur vient en aide à son frère. Dieu dit : « Et lorsque Nous avons pris l'engagement des fils d'Israël : Vous n’adorerez que Dieu, et (manifesterez de la) bienfaisance  envers les père et mère, les proches parents, les orphelins et les pauvres. Et dites aux gens de bonnes paroles, et accomplissez la prière et acquittez-vous de l’aumône légale. »  (Coran 2, 83)

 

Nous demandons à Allah de purifier nos cœurs, de nous écarter du mal et de nous accorder Sa protection.

 

Allâhumma âmîn !

 

 

 

 

 

 

 

 

17:01 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

Commentaires

merci frère Hani pour tout ce que vous faites à la communauté musulmane.merci pour vos rappel! que Dieu vous béni!!!!!!!!!!

Écrit par : Medellah | 30/12/2014

Amin.
Merci pour ces bonnes paroles Mr Ramadan. Qu'Allah vous récompense.

Djamel

Écrit par : Djamel | 31/12/2014

Baraka Allah oufik,merci merci et merci on a tant besoin de ces rappels merci

Écrit par : djam | 31/12/2014

Allah yubarik fik. Excellente leçon, comme toujours!

Écrit par : Nadia | 02/01/2015

SubhanAllah. Quelle clairvoyance avaient les pieux compagnons. Cette leçon est incroyable de sagesse. Et après les catastrophes orchestrées ou non qui sont arrivées en France les années qui viennent vont être difficiles. Voilà donc une belle clé de lecture pour nous en sortir.

Écrit par : Fahed | 09/01/2015

Les commentaires sont fermés.