1959

02/02/2015

GAZA : entre la destruction de Rafah et les attentats de Paris

 

Le médecin Christophe Oberlin : « Ces attentats monstrueux à Paris font le jeu d’Israël. »

Oberlin.jpg

 


Les explications du Dr Christophe Oberlin, que personne ne pourrait soupçonner de « fanatisme islamiste », sont non seulement raisonnables, mais convaincantes.

 

Une version des faits, donnée par un homme de terrain, que nous ne lirons jamais dans la presse officielle, assujettie à une ligne rédactionnelle toujours très favorable aux intérêts d’Israël, même devant les crimes les plus épouvantables.


Voir et comprendre :

http://arretsurinfo.ch/video-gaza-lepreuve-rafah-entretie...

https://www.youtube.com/watch?x-yt-cl=85114404&v=pBOM...

 

 

14:47 | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Le problème avec vous Monsieur Ramadan est que, bien que vous avez souvent raison dans des critiques que vous faites, vous voyez midi qu'à votre porte. Vous manquez de critiquer tout ce qui est dérangeant en lien avec l'Islam. Bien que vous pouvez toujours prétendre que ce qui font certains n'a rien à avoir avec l'Islam, vous vous abstenez de critiquer de manière claire des gens qui se réclament de l'Islam et qui commettent des atrocités. Vous laissez penser avoir des affinités avec ces gens. Vous donnez l'impression de ne voir midi qu'à votre porte. C'est à dire, vous péchez par ce que vous critiquez chez les autres.

A mes yeux en conséquence vous n'êtes pas crédible. Tout comme ne le sont pas les gens que vous critiquez à juste raison et qui se réclament eux aussi, tout comme vous, du coté des ceux qui voient juste (en réalité des hypocrites ou des gens qui ne sont pas capables de voir midi qu'à leur porte).

D'ailleurs je suis quasiment sûr que vous n'allez pas publier mon commentaire, encore mois vous donner la peine de répondre. Pas vrai?

Écrit par : Gerard | 02/02/2015

Gérard, le problème n'est pas de critiquer Monsieur Ramadan mais d'essayer d'entrer dans sa réflexion et le sujet de sa note du jour.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 03/02/2015

Espérons que la court pénale international fera son travail. Une résistance politique n'as pas besoin d'être crédible lorsqu'elle est devenu si légitime.

Écrit par : Samir | 04/02/2015

@ Marie-France de Meuron

Merci pour votre interpellation Madame. Je ne prétends pas que le problème soit celui de critiquer Monsieur Ramadan. Ce que je dis est que tant Monsieur Ramadan que ceux qui sont souvent la cible de ses critiques ils ont l'indignation sélective et qu'à partir de ce constat ils ne sont pas crédibles. La réflexion, émanant d'une source dépourvue de crédibilité, a dans ces circonstances pour le lecteur une valeur nulle.

Écrit par : Gerard | 04/02/2015

@Gerard

Vos propos sont non fondés.
Monsieur Hani Ramadan, comme son frère Tariq, ont à de nombreuses reprises critiqués les dirigeants non-musulmans et musulmans d'Arabie Saoudite, les ex-dictateurs tunisiens, égyptiens, l'actuel dictateur Sissi...Ne sont ils pas musulmans? Et tout cela leur vaut des menaces et des interdictions de se rendre dans ces pays. Subissez vous les mêmes injustices?

La critique est facile...mais libre à vous de faire ce qu'il manque.
Qu'est ce que vous faites concrètement (à part critiquer sans fondement, en quelques lignes, vautré dans son fauteuil)? Quelle cause défendez vous activement par des discours, livres, articles? Partagez svp.

Mais peut-etre que vos lectures se limitent à ce seul blog. Essayer d'élargir un peu par ses ouvrages et nombreux articles de journaux. Ensuite, vous pourriez revenir et apporter un avis un peu plus consistant et crédible.

Comme dit si bien Tariq Ramadan à ceux qui l'accusent d'avoir un double discours, vous avez une double audition. Ou plutôt vous concernant, une audition sélective.

Écrit par : Abou Dawoud | 06/02/2015

2 Abou Dawoud

Il me semble que vous me mal interprétez Monsieur Dawoud et plus encore vous réagissez inutilement en vous vexant.

Nulle intention de ma part d’être dénigrant ou blessant, bien au contraire.

L’entretien d’un blog est fait non seulement pour exposer ses idées mais aussi et surtout pour permettre d’être interpellé et très souvent contredit. C’est ce qu’on appelle le dialogue et aussi le débat contradictoire, l’échange des idées et des points de vue. En conséquence la critique n’est peut-être que la bienvenue surtout si elle est constructive. Et c’est avec cette volonté que j’ai écrit ces deux trois lignes dans le blog de Hani Ramadan.

Je suis au courant des accusations non justifiés à l’égard de Tariq Ramadan.
Je suis au courant de critiques émises par Hani Ramadan à l’encontre gouvernements occidentaux, israélien et aussi envers des dictateurs tel Sissi ou Bachar Al Assad. Par contre concernant le très mal autoproclamé « Etat Islamique » aucune condamnation, aucune dénonciation claire de la part de Monsieur Ramadan. J’en déduis donc mes critiques et assertions précédentes.

Écrit par : Gerard | 08/02/2015

En ce qui concerne notre condamnation de Daech ou du prétendu "État islamique" voir le site:
www.uomg.ch
Gérard est mal renseigné.
Cordialement

Écrit par : Hani Ramadan | 08/02/2015

Monsieur Ramadan,

Je lis souvent les blogs du site de la TDG. Parmi ceux-là le vôtre. Par contre je n'ai pas les moyens de faire un scannage intégral de la toile et trouver le site que vous citez dans votre commentaire pour voir vos rejets dans ce cadre trop discret.

Vous avez l'habitude de condamner ici, dans votre blog, très vigoureusement les gouvernements occidentaux complices des dictateurs et du gouvernement israélien et cela à juste titre. C'est dans le même ton que vous devriez le faire ici concernant Daech. Ces gens là souillent votre religion et donnent une image effroyable de l'Islam et les gens peu renseignés, la grande majorité, ne vont pas manquer de faire des amalgames. Des représentants de l'Islam comme vous, avez la responsabilité vis à vis de tous ceux qui vous représentez, de votre personne même, de l'Islam lui-même, de dénoncer ces groupes extrémistes avec la même force que vous le faites pour Israël par exemple. Tout en apportant le plus d'éclairage possible concernant la formation de ces groupes.

Autrement vous ne serez jamais crédible, votre voix se perdra, pire encore, elle risque d'être mal interprétée et le message que vous voulez répandre aura l'effet inverse de celui que vous désirez.

Écrit par : Gerard | 08/02/2015

Bonjour
Voici un texte sur Daech qui avait été publié sur le blog (voir archives)

Quand le « djihadisme » sert l’alliance
08/08/2014

Cordialement

Écrit par : Hani Ramadan | 09/02/2015

Monsieur Ramadan,

De mon point de vue (et je ne crois nécessaire de développer davantage) votre réponse avec l'article que vous citez (déjà lu auparavant) est bien plus qu'insuffisante.

Je crois (hélas!) que mon dernier commentaire montre bien ce qui va se passer avec votre parole. Dommage, bien dommage. Pour tous.

Écrit par : Gerard | 09/02/2015

@Gerard:Vous êtes malhonnête! Monsieur Hani Ramadan et son frère Tariq Ramadan ont toujours condamné les extrémistes. Ce sont d'ailleurs, les rares qui osent s'en prendre aux monarchies du golfe. Le problème avec les gens comme vous, c'est que vous faites toujours semblant de ne pas entendre ce que disent clairement Monsieur Ramadan ou Tariq Ramadan. Et votre malhonnêteté est telle que si vous n'avez pas d'autres arguments, vous faites prétendre que c'est un double discours ou pour utiliser le langage des islamophobe de la "taqîya".

Écrit par : Rayan | 11/02/2015

RACISME Vendredi 13 février 2015
L’actualité influence les sentiments islamophobes en Suisse

PAR BERNARD WUTHRICH BERNE
En revanche, les opinions antisémites, qui se situent autour de 10% de la population, sont historiquement stables, révèle un sondage. Par ailleurs, le lieu de travail peut être un foyer de xénophobie
Contrairement à l’antisémitisme, qui est historiquement stable, les sentiments islamophobes sont liés aux événements qui se produisent. Quant à la xénophobie, elle trouve un terreau particulièrement fertile: le lieu de travail. Ce sont trois des principales observations de l’étude «Vivre ensemble en Suisse 2010-2014», réalisée par l’institut gfs.berne pour le compte du Service de lutte contre le racisme (SLR).

C’est en 2007 que le Conseil fédéral a décidé de mener une enquête permettant de mesurer les sentiments racistes en Suisse. L’institut gfs.berne a procédé par contacts directs en 2010, 2012 et 2014 auprès de plus de 1700 personnes, dont 40% d’étrangers. La marge d’erreur est de 2,4% en moyenne.

Comme le questionnaire porte sur un sujet délicat, les enquêteurs se sont assurés au préalable que les personnes sondées répondaient de manière fiable et constante aux questions posées. Celles-ci ont pour but d’évaluer à l’aide d’indices les stéréotypes et les jugements négatifs portés sur les musulmans, les juifs et les étrangers en général.

Le sondage montre que 45% de l’échantillonnage avait des stéréotypes négatifs (comportement à l’égard des femmes, fanatisme, non-respect des droits de l’homme) sur les musulmans en 2010. Ce taux élevé est dû au fait qu’on venait de voter, en 2009, sur l’interdiction des minarets, précise Martina Imfeld, directrice de projet chez gfs.berne. Il est descendu à 30% en 2012 et à 19% en 2014. La défiance à l’égard de l’islam suit la même «tendance à la détente»: ce sentiment atteignait 45% en 2010, puis il a régressé à 42% en 2012 et à 38% en 2014. Mais l’étude a été menée avant les attentats commis contre Charlie Hebdo. Or, relève Claude Longchamp, directeur de l’institut, «les stéréotypes négatifs à l’égard des musulmans sont influencés par des événements». Si une manifestation de type Pegida avait lieu en Suisse, elle contribuerait à relancer l’islamophobie. De même, lorsque l’initiative réclamant l’interdiction de la burqa sera au cœur du débat public, il est probable que les réflexes anti-musulmans se renforcent.

Les jugements négatifs envers les musulmans (au point de suggérer de leur interdire de venir en Suisse ou d’y pratiquer leur religion) suivent une courbe différente: ils ont augmenté de 13% en 2010 à 18% en 2012 et se sont maintenus à ce niveau en 2014. «Il existe une base stable d’opinions hostiles dures à l’égard des musulmans de 18 à 19%», résume l’étude.

Celle-ci porte aussi sur l’antisémitisme. Les opinions des personnes interrogées sont beaucoup plus stables que pour les musulmans. Entre 15% (2010 et 2012) et 11% (2014) ont une vision de la communauté juive remplie de stéréotypes, alors que les sentiments négatifs à son égard sont très linéaires (10% en 2010 et 2012, 9% en 2014). Cette observation est stable sur la durée. Les faits d’actualité n’ont aucune influence, constate Claude Longchamp.

Plus généralement, l’enquête fixe entre 5 et 6% la part de la population qui se sent dérangée dans l’espace public par la présence de personnes se distinguant par leur couleur de peau, leur langue, leur religion et leur nationalité. La proportion est plus élevée lorsque la question porte sur le voisinage immédiat: l’indice du racisme oscille entre 17% (en 2010) et 13% (en 2014). 56% des sondés considèrent toutefois que le racisme est un problème sérieux à très sérieux en Suisse.

Quant à l’indice de la xénophobie, il est plus élevé, mais est aussi en recul. Il est passé de 30% en 2010 à 25% en 2012 et à 24% en 2014. Mais il y a un endroit où les sentiments xénophobes peuvent se développer et se transformer en racisme: le lieu de travail. Si les relations entre les Suisses et les ressortissants des pays voisins (pays limitrophes ainsi que le Portugal) sont bonnes, la cohabitation avec les collègues africains, arabes et albanais peut se révéler compliquée dans 15 à 30% des cas, constate l’étude.

Ce projet pilote va se transformer en baromètre démographique permanent. Il sera relevé tous les deux ans et intégré dans le recensement de l’Office fédéral de la statistique, annonce Michele Galizia, responsable du SLR. L’UDC rejette d’ores et déjà ce qu’elle appelle une «police des opinions».

Écrit par : Gerard | 13/02/2015

Les commentaires sont fermés.