1959

30/03/2015

Voile et kippa au bureau de vote

 

Vous avez dit « racisme » ?

Une citoyenne musulmane empêchée de voter car voilée


Sous la titre : Discrimination raciale, la Tribune de Genève de ce week-end (28-29 mars 2015) rapporte les propos du procureur Olivier Jornot condamnant l’antisémitisme :

 

« Il est interdit de propager la haine contre un groupe de personnes en raison de leur race ou de leur religion. »

 

Le même principe doit s’appliquer aux musulmans, et décidément, l’actualité est là pour nous montrer quel est le vrai visage de l’islamophobie : le cas d’une musulmane voilée rejoint celui d’un rabbin portant la kippa.

Lire :

Marseille : Une citoyenne musulmane empêchée de voter car voilée (29/03/2015)

Un nouveau cas de discrimination à l’encontre d’une femme voilée dans un bureau de vote a été signalé. La victime a porté plainte contre l’assesseur qui souhaitait l’obliger à enlever son voile sous peine de l’empêcher de voter.

La page Facebook de Nabil Ennasri rapporte un nouveau cas d’islamophobie au sein d’un bureau de vote à Marseille. Une électrice a été prise à partie par un assesseur qui souhait obliger une électrice musulmane à se dévoiler pour voter. La nièce de la victime à témoigner sur Facebook de cette nouvelle discrimination à l’encontre d’une femme voilée.

“Je viens d’avoir ma tante au téléphone. L’assesseur lui a demandé bien fort “ôtez votre voile !”. Elle s’est sentie humiliée devant tout le monde qui voyait et entendait la scène.

Ayant refusé d’enlever son hijab, il lui a demandé de lui montrer ses oreilles, car dit-il ” on voit vos oreilles sur la photo d’identité”. Elle a donc fini par lui montrer une oreille. et le monsieur lui dit: ” et l’autre oreille!”. Elle lui dit: “c’est la même !”

Elle a voulu être conciliante et a montré ses oreilles, sous les ordres de l’assesseur. Au final elle a pu voter non sans humiliation. Ensuite, elle lui a dit qu’il n’avait pas le droit de faire cela, que c’était du racisme et l’assesseur lui a répondu: “PARTEZ ! VOUS N’AVEZ RIEN A FAIRE ICI !

J’ai invité ma cousine à retourner au bureau de vote afin d’avoir le nom de l’assesseur. Monsieur a refusé de donner son nom bien entendu ! Il a eu peur je pense. Il a dit de toute façon, moi aussi je vais rédiger un rapport ! Il n’y a aucun doute qu’il a dit cela afin de la dissuader de ne pas faire quoi que ce soit.

Une plainte a été déposée au commissariat et l’assesseur va être entendu par le parquet.”

Au premier tour des élections départementales, le rabbin de Toulouse s’était vu empêcher de voter avec sa kippa par un assesseur zélé. Ce dernier s’est permis de lui interdire un droit fondamental pour sûrement défendre la laïcité. Une excuse qui permet désormais toutes les discriminations dans notre société.

La laïcité, principe fondamental du vivre ensemble, est depuis quelques années une arme d’exclusion massive. La loi de 1905 assure la liberté de culte aux citoyens de toute origine et confession. Les laïcards doivent être sanctionnés afin que le gouvernement démontre sa volonté de faire de la laïcité un principe rassembleur et non d’exclusion.

Source : http://www.islametinfo.fr/2015/03/29/marseille-une-citoye...

 

 

07:40 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Bonjour,

« Il est interdit de propager la haine contre un groupe de personnes en raison de leur race ou de leur religion. »

Certes, mais il y a hélas une certitude : cette interdiction est valable dans les deux sens, et ce n'est actuellement pas le cas.

Bonne nouvelle semaine,

K. Dispa

Écrit par : Keren Dispa | 30/03/2015

@K.Dispa

Bonjour,

On parle ici d'une interdiction légale c'est à dire que cette dernière est appuyée par la loi qui s'impose au seul groupe qu'elle est sensée reconnaitre !!!

Nous ne nous soucions pas des supposés groupes que certains imaginent ou fantasment !!! Cessez donc d'y faire référence !!!

Nous dénonçons le non respect de la loi pas le fait que ces super zélés soient les seuls à ne pas la respecter.

Merci

Écrit par : Alassane | 31/03/2015

Les commentaires sont fermés.