1959

16/08/2015

Atrocités en Syrie

Ce 16 août 2015, à Douma

Rien, absolument rien ne peut justifier la passivité complice de la communauté internationale qui regarde le peuple syrien se faire massacrer par le régime criminel de Bachar al Assad depuis quatre années sans réagir. Coupables aussi, nos médias qui ne font pas leur travail, et se taisent sur cette actualité ignorée au fil des jours.

Voilà le bien triste tableau de notre humanité.

Les gouvernements occidentaux comme les gouvernements arabes, qui observent ces tueries et parlent encore et toujours de négociations, constituent la parfaite illustration de l’effondrement des valeurs qui gagne la planète.

11223496_10153222972698425_6855502004513872150_n.jpg 

Aujourd'hui, à Douma, en Syrie, les avions de Bachar ont bombardé un marché bondé. Ils ont frappé, puis attendu que les gens viennent en masse aider les blessés et compter les morts, et ont frappé à nouveau, à plusieurs reprises, sur le même marché et dans les alentours. Sans doute plus d'une centaine de morts, car le bilan dépasse à l'heure qu'il est déjà 82 morts et fait état de dizaines de blessés dans un état très grave. Parmi ses morts, de nombreux enfants, souvent très jeunes.

Une précision encore : ce sont des civils musulmans.


11866220_10153222972753425_1725444212368769255_n.jpg

23:53 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Et les horreurs de Daesh ?

Écrit par : jacky4l | 30/08/2015

A qui profite ce crime ? L'armée syrienne gagne-t-elle quoi que ce soit, militairement ou en terme d'image, à perpétrer une telle barbarie ? Ni les clients du marché ni même les sauveteurs ne pouvaient représenter une menace pour le régime. On peut donc (et on le doit) se poser la question de la part d'enfumage dans cette atroce info.
Comme Jacky4I, je constate que Daesh et les groupes de libérateurs (mercenaires) n'hésitent pas à se montrer cruels. En outre, ils ont parfois tenté d'attribuer leurs propres massacres au régime Assad, avec l'aide de médias et gouvernements occidentaux.
Souvenons-nous des arguments inventés contre Saddam Hussein, puis contre Kadhafi, dans le cadre d'une diabolisation si nécessaire à des interventions humanitaro-impérialistes ...(je laisserai de côté le dossier ben Laden, encore trop brûlant malgré la disparition définitive de cet épouvantail si instrumentalisé)
Souvenons-nous qu'il y a des enjeux économiques et géo-stratégiques dans ce conflit qu'on s'échine à nous présenter comme essentiellement sectaire et "libérateur".
La découverte de quantités énormes de gaz en Méditerranée du côté égyptien va peut-être modifier la situation, et atténuer le martyre des syriens. Du moins je l'espère.

Écrit par : chb | 03/09/2015

Les commentaires sont fermés.