1959

20/02/2016

Laïcité et vérité

Monsieur Jean-Noël Cuénod a choisi de me reprendre sur mon article publié dans le journal Le Temps, ce 15 février 2016 :

http://haniramadan.blog.tdg.ch/archive/2016/02/15/islam-e...

http://jncuenod.blog.tdg.ch/archive/2016/02/19/islam-et-l...

Voici ma réponse :

 


Il est caractéristique d’observer que pour traiter de la question de l’islam et de la laïcité, les personnes qui ne sont pas initiées à la doctrine musulmane évoquent le rapport du christianisme et de la laïcité, puis fondent leur argumentation sur des analogies qu’ils soupçonnent vaguement. Cette mise en perspective révèle une incapacité à penser l’islam en dehors du prisme de la chrétienté. Car l’Islam n’est pas une religion au sens chrétien du terme. Soulignons par ailleurs que la laïcité est un principe que l’on peut aussi bien dire chrétien, puisque l’ecclésiastique se distingue du laïc, et qu’il faut rendre à César ce qui appartient à César.

M. Cuénod dit cependant avec raison : « Le croyant, quelle que soit son appartenance, est induit à placer la Loi de Dieu, créateur des êtres et des choses, avant celle des humains, ses créatures. » C’est évidemment le cas. La loi de Dieu est tellement au-dessus de celle des humains que ce ne sont pas là choses comparables. Tout comme on ne compare pas le Créateur à la créature, on ne compare pas la volonté de Dieu à la volonté des hommes. Et quand un musulman ouvre le Coran, vous vous doutez bien qu’il ne l’ouvre pas comme on ouvre le Code civil. On peut en être convaincu et cependant « respecter les lois civiles», parce qu’elles ne s’opposent pas dans leur essence à la pratique religieuse.

La confusion dont j’ai parlé plus haut ressurgit avec évidence lorsque M. Cuénod illustre notre rapport à la Révélation divine en commençant par évoquer la Torah et les Evangiles. Le problème de l’authenticité de ces textes se pose effectivement : « La Bible serait plutôt paroles d’humains qui traduisent les inspirations divines qu’ils ont reçues, infidèles reflets d’une vérité qui les dépasse. » C’est bien ce que la Bible est devenue, reprise par la main des scribes et en partie altérée. Or, le Coran ne pose aucun problème d’authenticité. Il a été préservé intégralement : nous en conservons la lettre, sans en oublier l’esprit, et bien entendu, nous tenons compte du contexte dans lequel il a été révélé. Mais chaque mot du Coran est la parole même de Dieu.

A ce propos, M. Cuénod fait preuve d’honnêteté intellectuelle en affirmant : « Contrairement à la Bible, on ne saurait incriminer le manque de fiabilité des truchements humains dans cette diffusion de la Loi divine. » Il ajoute cependant : «  Mais le croyant se heurte au même obstacle que précédemment. Si le Coran contient un ensemble de normes sociales à observer, il n’est pas pour autant un code qui définirait toutes les modalités changeantes de la vie collective. » Précisément ! Le Coran contient des lois valables pour le musulman en tout temps et tout lieu (comme par exemple l’interdiction de la consommation de l’alcool) ; toutefois il ne s’exprime pas sur toutes les modalités changeantes de la vie collective. Ainsi, sur de nombreuses questions, la liberté est laissée aux hommes d’interpréter les textes, et d’apporter des réponses nouvelles aux questions sur lesquelles le Coran et la Sunna (paroles, actes et approbations du Prophète) ne s’expriment pas clairement. C’est la fameuse notion d’ijtihâd : l’effort intellectuel que l’on fait pour énoncer une opinion juridique. Ce qui permet à l’islam d’être ancré dans une tradition immuable, et d’être ouvert sur la modernité. Le musulman, ainsi, ne remet jamais en cause la loi divine.

M. Cuénod poursuit en parlant du Coran : « De plus, il est aussi contradictoire que la Bible, condamnant la violence ici, la justifiant là. » Ce qui est faux. Le Coran condamne la violence quand elle est injuste, et justifie le recours à la force pour défendre les hommes victimes d’une oppression injuste. Le sens des nuances est ici nécessaire. La modestie s’impose face à un texte dont il peut être utile de connaître la langue, mais qu’il ne faut en aucun cas lire comme un traité de Spinoza ou un conte de Voltaire !

Autre assertion de notre auteur : « Relevons tout d’abord, qu’il n’y a pas de laïcité ouverte, fermée, entrouverte, offensive, défensive, inclusive, exclusive, intrusive, de gauche, de droite, du centre, du haut, du bas… Il y a la laïcité, un point c’est tout. » Une envolée péremptoire qui entre en pleine contradiction avec ce que M. Cuénod affirme lui-même, avec d’autres, ailleurs :

« Il n’existe pas une seule laïcité. Celle qui s’exerce en France n’a que peu de points communs avec le modèle qui prévaut en Turquie. Et pourtant, ces deux pays se définissent comme laïques dans leur Constitution. A l’instar du sociologue Jean Baubérot, il faudrait donc parler de laïcités au pluriel, chaque ensemble humain développant ses rapports entre l’Etat et les communautés religieuses en fonction de son histoire, de ses influences culturelles, de sa démographie, de ses composantes sociales, voire de sa géographie.

Genève étant entourée par la France, parlant la même langue qu’elle et, de Jean-Jacques Rousseau à Nicolas Bouvier, participant pleinement à son génie littéraire, la tentation est grande de faire de la laïcité « à la genevoise » le pendant de celle qui se pratique en France. D’autant plus que les lois de séparation des Eglises et de l’Etat ont été prises dans les deux pays à la même époque (1905 en France et 1907 à Genève). Mais ressemblance n’est pas identité. » (Rapport du groupe de travail sur la laïcité à l’attention du Conseil d’Etat de la République et Canton de Genève, placé sous la présidence de Jean-Noël Cuénod, novembre 2014 )

M. Cuénod parle du voile, mais il évite de signaler que le strict respect de l’article 18 de la Déclaration des droits de l’homme[1] autorise les pratiques religieuses, qui en réalité ne sont en aucune façon une menace contre l’ordre public. Seuls les préjugés islamophobes incendiaires pourraient nous conduire à de véritables tensions. C’est le fonds de commerce de tous les partis d’extrême droite qui provoquent des agitations là où il n’y en a pas. Il est dommage de voir que des journalistes se laissent gagner par les vagues populistes et leur argumentaire calamiteux. Laissons donc les musulmanes vivre librement leur foi. Interdire la pratique religieuse des uns et des autres est une infamie contre laquelle cet article 18 était censé nous protéger. Or, il s’avère qu’une exception peut être faite quand il s’agit des musulmans. Eh oui, M. Cuénod, la laïcité mal comprise peut être un instrument de discrimination…

M. Cuénod poursuit : « On peut comprendre la formule « la Cité des hommes sans Dieu » de deux manières. Soit la Cité des hommes qui l’organisent en excluant l’idée de Dieu ; soit la Cité des athées. » En s’adressant ainsi aux musulmans, M. Ramadan prend le risque de leur désigner la laïcité comme le monde des sans-Dieu, ce qui est inacceptable pour un adhérent à cette religion.» Ces observations montrent que vous n’avez pas lu attentivement mon texte : j’ai parlé d’une laïcité exclusive, qui est effectivement celle d’un univers où le religieux serait complétement écarté de la sphère publique, ce que ni vous, ni moi ne souhaitons. Mais j’ai parlé aussi d’une laïcité inclusive, riche de ses composantes.

Ne tombez donc pas vous-même dans un exposé binaire qui confronte deux univers. Il n’y a aucun sous-entendu dans ce que nous avançons, mais une franchise qui me semble au contraire, pour tous les esprits libres, bienvenue.

Cependant, ne vous en déplaise, je conserve le droit d’être convaincu que César, et ce qui appartient à César, comme Cuénod et ce qui appartient à Cuénod, appartiennent à Dieu.

Et je le dis « au Nom de Dieu Tout-Puissant », ce qui, peut-être, vous rappellera quelque chose…[2]

 

Hani Ramadan

 

 

 

 

[1] Je me permets de le rappeler : «Article 18. Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites

[2] Constitution fédérale de la Confédération suisse du 18 avril 1999 (Etat le 1er janvier 2016)

 Préambule

Au nom de Dieu Tout-Puissant!

Le peuple et les cantons suisses, conscients de leur responsabilité envers la Création… https://www.admin.ch/opc/fr/classified-compilation/199953...

 

21:00 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

Commentaires

M. Ramadan,

Si on pensait reprocher à votre 1er texte un manque de clarté - ce que je récuse par ailleurs pour vous avoir souvent lu et écouté - vous n'avez pas manqué de lever tout équivoque dans celui-ci.

La classe politique, médiatique et intellectuelle européenne aurait beaucoup à gagner s'ils écoutaient un peu plus souvent des musulmans comme vous car nombreux sont les musulmans européens qui, grâce à vos écrits entre-autres, parviennent à concilier leur foi et leur citoyenneté sans aucun problème.

Je trouve très belle votre référence "Au Dieu Tout-Puissant" du préambule da la Constitution Suisse.

Bien à vous depuis la France :)

Écrit par : Cellou | 21/02/2016

A lire ce débat passionné entre les pro, semi et anti laïcs, il me vient de me sentir respirer avec l'Hindouisme tel que reconnu par la Cour Suprême de l'Inde en 1966, à savoir par exemple au chapitre 2 "l’esprit de tolérance et de bonne volonté pour comprendre et apprécier le point de vue de l’adversaire, basé sur la révélation que la vérité comporte plusieurs apparences".
Il n'y a alors plus de pratiques religieuses plus officielles que d'autres, mais des individus qui assument chacun à titre personnel - et non collectif et c'est sans doute là la clé - en âme et conscience, celles qui le rendent meilleur, le Dieu qui lui parle ou celui qui l'écoute, dans le secret du coeur et dans le respect de l'autre...

Écrit par : Florence KB | 22/02/2016

Les commentaires sont fermés.