1959

14/02/2017

Six millions de juifs ? - Non!

Je pense pouvoir démontrer et convaincre par le présent article que le nombre de six millions de juifs exterminés par le nazisme est erroné.

enfants juifs.jpeg

 


Avant de crier au négationnisme et au révisionnisme, j’invite chacun à se pencher sur le Coran. Oui, c’est effectivement le Coran qui va nous permettre de relativiser cette estimation !

Et pour cause ! Le Coran comprend ce verset qui, après avoir relaté le meurtre d’Abel par son frère Caïn, affirme :

« C'est pourquoi Nous avons prescrit aux Enfants d'Israël que quiconque tuerait une personne non coupable d'un meurtre ou d'une corruption sur la terre, c'est comme s'il avait tué tous les hommes. Et quiconque lui fait don de la vie, c'est comme s'il faisait don de la vie à tous les hommes. » (Coran, 5, 32)

Qu’est-ce que cela signifie ?

Lorsque Caïn tue Abel, il détruit une vie, mais pas seulement. Il extermine avec lui l’ensemble de la descendance qui aurait pu être la sienne, c’est-à-dire, de générations en générations, des hommes se comptant au fil des siècles par millions.

L’éthique de la révélation, fondée sur le principe que la vie est une et sacrée, nous permet de mesurer combien le crime d’un seul homme est déjà terriblement odieux. Accompli à l’aube de l’humanité, ou dans les temps modernes, l’acte de tuer reste fondamentalement le même.

Chaque juif qui était exterminé pour la seule raison qu’il était juif représentait donc non pas seulement un individu  qu’on tourmente et qu’on prive du droit de vivre, mais aussi toute sa descendance qui n’a pas vu le jour, - et toute l’humanité.

Voilà pourquoi je pense être en droit de dire que le chiffre de six millions cache un nombre beaucoup plus important de victimes, pour autant que l’on ait l’intelligence de penser selon la norme révélée, et aussi sur la durée, décennies après décennies…

Ainsi en va-t-il des fils d’Israël assassinés.

Alors, leurs descendants qui ont fui le nazisme, et qui aujourd’hui portent le souvenir de cette sombre période, feraient bien de se rappeler que le meurtre d’un seul Palestinien est aussi celui d’un homme – d’un frère humain –  fils d’Adam…

 

Hani Ramadan

gaza enfant.jpg

GAZA

 

 

01:36 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

On peut encore entendre autrement.
Nous sommes, les hommes comme les femmes, les deux: Caïn et Abel, ce qui monte, sacrifice agréable à Dieu (approximatif mais fidèle ) et Caïn, acquisition.
Un jour Abel, cœur sur la main.
Un autre, Caïn, grippe-sous le matériel l'emportant sur le spirituel.

En fait l'un, le spirituel, guidant l'autre, le matériel.
Le matériel, sécurité, stabilité, bien-être assumant.
il faut, enseignait Jésus, que les deux hommes, celui qui voit mais ne marche pas et l'autre, qui marche mais ne voit pas n'en fassent plus qu'un.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 14/02/2017

Les commentaires sont fermés.