1959

19/04/2017

SERMON : La croyance en l’au-delà

 L’homme n’a pas été créé pour ce monde éphémère, mais il a été créé pour la vie éternelle. La vie ici-bas n’est qu’une étape. C’est pourquoi le regard que le croyant porte sur la vie est différent de celui de l’incroyant, du négateur. On trouve ce verset dans le Coran :

« Ô notre Seigneur ! C'est Toi qui rassembleras les gens en un Jour qui viendra sans aucun doute. Dieu, vraiment, ne manque jamais à Sa promesse. » (Coran, 3, 9)

pensiez-vous.jpg


Les négateurs disent au contraire, comme cela est exposé dans le Coran :

 

 « Et ils dirent : "Il n'y a pour nous que la vie d'ici-bas : nous mourons et nous vivons et seul le temps nous fait périr". » (Coran, 45, 24)

 

Les négateurs vont jusqu’à affirmer que la croyance en l’au-delà est une superstition, comme le mentionne encore le Coran :

 

 « Ils ont dit : "lorsque nous serons morts et que nous serons poussière et ossements, serons-nous vraiment ressuscités ?

On nous a promis cela, ainsi qu'à nos ancêtres auparavant; ce ne sont que les contes des anciens !" » (Coran, 23, 82-83)

 

Ce qui pousse les incroyants à nier la vie après la mort et le Jour dernier, c’est sans doute leur volonté cachée de se donner une complète liberté, de n’obéir qu’à leurs désirs, en ignorant les limites du bien et du mal, en fuyant leur responsabilité devant la loi divine, en se persuadant qu’ils n’auront pas de compte à rendre. Et c’est pourquoi Dieu dit :

 

« L'homme, pense-t-il que Nous ne réunirons jamais ses os ? Mais si ! Nous sommes Capables[1] de remettre à leur place les extrémités de ses doigts. L'homme voudrait plutôt continuer à vivre en libertin. » (Coran, 75, 3-5)

 

Le croyant, au contraire, est convaincu que la venue du Jour du jugement est une conséquence nécessaire et logique de l’existence ici-bas. L’histoire des hommes est une succession de luttes opposant la vérité et l’erreur, l’opprimé et l’oppresseur. Cette histoire témoigne, et ne cesse de témoigner de meurtres, de crimes, de violations des droits de l’homme.

Il faut donc qu’un Jour vienne, où justice sera rendue, ou l’homme recueillera les fruits de son action et de ses efforts, où Dieu tranchera les différends. C’est pourquoi le Coran affirme de façon explicite :

 

« Et ils jurent par Dieu en prononçant leurs serments les plus solennels : "Dieu ne ressuscitera pas celui qui meurt". Bien au contraire ! C'est une promesse véritable [de Sa part] qu’Il se doit d’accomplir, mais la plupart des gens ne le savent pas. (Il les ressuscitera) afin qu'Il leur expose clairement ce en quoi ils divergeaient, et afin que ceux qui ont mécru sachent qu'ils étaient des menteurs. » (Coran, 16, 38-39)

 

Ainsi, toute vérité sera faite en ce Jour.

 

Le croyant considère en outre que la vie ici-bas, sans  la perspective de l’au-delà, n’a aucune valeur. C’est pourquoi le Coran a comparé la vie de ce monde à un jeu et à une distraction :

 

 « Cette vie d'ici-bas n'est qu'amusement et jeu. La Demeure de l'au-delà est assurément la vraie vie. S'ils savaient ! » (Coran, 29, 64)

 

C’est pour cette raison que ceux qui nient le Jugement dernier et la vie après la mort se limitent à la seule perspective étroite de la vie ici-bas, et perdent de vue le sens de la vie. Ils se vouent à une existence dérisoire et sans horizon. Ils finissent par considérer que l’homme est une créature animale de peu de valeur, qui n’a d’autre but que de jouir des biens terrestres matériels. Or, le Coran affirme clairement :

 

 « Pensiez-vous que Nous vous avions créés sans but, et que vous ne seriez pas ramenés vers Nous ? » (Coran, 23, 115)

 

La complexité de l’univers, la beauté immense de la création interpellent le bon sens qu’il y a en chacun de nous pour nous dire que Dieu n’a  rien créé en vain. Dieu dit dans le Coran :  

 

« En vérité, dans la création des cieux et de la terre, et dans l'alternance de la nuit et du jour, il y a certes des signes pour les doués d'intelligence, qui, debout, assis, couchés sur leurs côtés, se rappellent Dieu et méditent sur la création des cieux et de la terre (disant) : " Notre Seigneur! Tu n'as pas créé cela en vain. Gloire à Toi! Garde-nous du châtiment du Feu. Notre Seigneur ! Quiconque Tu fais entrer dans le Feu, Tu le couvres vraiment d'ignominie. Et pour les injustes, il n'y a pas de secoureurs ! " » (Coran, 3, 190-192)

 

Quelles sont enfin les conséquences de la croyance en l’au-delà sur la vie et sur le comportement des musulmans ?

 

D’abord, elle donne à sa vie un noble but, qui lui permet de suivre une voie ascendante, en faisant le bien, et en s’écartant de la voie du mal. Elle nourrit son espérance et sa joie de rencontrer le Dieu Eternel.

Ensuite, elle fait prendre conscience au croyant que la vie ici-bas est relativement peu de chose. Le Prophète (000) disait : « Qu’ai-je à faire avec ce bas monde ? Il en est de ce bas monde comme d’un voyageur qui fait sa sieste à l’ombre d’un grand arbre. »

De cette façon, le croyant ne désespère pas lorsqu’il est atteint par des maux et des difficultés. Il considère la mort elle-même comme un passage naturel vers sa destinée.

Cela l’amène à faire preuve de détachement et de sagesse. Sa foi le conduit ainsi à se montrer plus patient et plus combatif. Il agit en vue de Dieu et en vue de la récompense future. Il n’est intéressé ni par la gloire, ni pas les honneurs. La croyance en l’au-delà le conduit donc à se montrer sincère.

 

Celui qui au contraire nie la perspective de l’au-delà se condamne à devenir un être superficiel et versatile, qui se réjouit et exulte dans l’aisance, et désespère lorsqu’il est en détresse. Le seul gain qu’il estime est le gain matériel ; et des actions humaines, il ne considère que les apparences immédiates. Il devient victime de sa cupidité. Le Messager de Dieu (000) a dit : « Si l’enfant d’Adam possédait une vallée pleine d’or, il voudrait posséder deux vallées. Et rien n’emplira sa bouche, sinon la terre[2]. Et Dieu pardonne à qui se repent. »

 

Nous demandons à Dieu qu’Il fasse que nous agissions sincèrement pour l’au-delà. Allâhumma âmîn !

 

 

[1] Pluriel de majesté. Le pronom Nous renvoie à Dieu.

[2] La mort seule mettra fin à son avidité.

19:55 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Merci pour ce rappel.
On vit dans une époque où l'on a tendance à oublier la mort.
Et pourtant il n'y a de vie que dans l'au-delà.
Qu'Allah nous guide, amine.

Écrit par : HOCINE | 19/04/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.