1959

06/02/2018

Tariq Ramadan

Une information intéressante sur la procédure en cours ...

L’alibi non vérifié de Tariq Ramadan

>Faits divers|Timothée Boutry et Jean-Michel Décugis| 05 février 2018, 20h35 | MAJ : 05 février 2018, 21h40 |17

Tariq Ramadan le 5 avril 2015. REUTERS /Stephane Mahe/File Photo
Une réservation de billet d’avions, qui contredit les déclarations de l’une des plaignantes accusant l’islamologue de viols, n’a étrangement pas fait l’objet de vérifications. Le débat sur la détention de Tariq Ramadan sera tranché mardi.

C'est un élément embarrassant dans l'enquête sensible visant Tariq Ramadan, mis en examen vendredi pour viols et placé en détention provisoire dans l'attente du débat qui se déroulera mardi devant le juge de l'enquête et des libertés (JLD). Selon nos informations, un document important pour la manifestation de la vérité s'est mystérieusement égaré au parquet de Paris avant de réapparaître très tardivement.

En l'espèce, il s'agit de la réservation du billet d'avion entre Londres et Lyon pris par l'islamalogue le 9 octobre 2009, date de l'agression présumée dénoncée par l'une des plaignantes. Le document indique que le prédicateur, qui devait participer le soir même à 20h30 à une conférence dans la capitale des Gaules, se serait posé à l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry à 18h35. Pour ses défenseurs, cette information fragilise considérablement les déclarations de son accusatrice qui explique avoir été violée «dans l'après-midi». N'ayant pas été informé de l'existence de cette pièce avant jeudi dernier, les enquêteurs n'ont pas été en mesure de confirmer ou d'infirmer cet alibi, en envoyant une réquisition à la compagnie aérienne par exemple.

Dénonçant un «défaut de communication» qui porte «gravement préjudice à Monsieur Ramadan», ses avocats, Mes Yassine Bouzrou et Julie Granier, ont envoyé ce lundi après-midi un courrier à la Garde des Sceaux pour demander la saisine de l'Inspection générale de la justice.

Les enquêteurs ne savent pas de quoi il retourne

La réservation d'avion fait partie d'une note adressée le 6 décembre dernier par les avocats de Tariq Ramadan à la section P20 du parquet de Paris, c'est-à-dire la section chargée de diriger l'enquête préliminaire ouverte le 20 octobre dernier. Dans un e-mail du 7 décembre, le service de l'accueil et du bureau d'ordre pénal du parquet accuse pourtant réception de la note, précisant que le courrier «a été transmis au service compétent».

Alors que le théologien est placé en garde à vue mercredi dernier, ses avocats s'étonnent qu'à aucun moment les enquêteurs du 2e district de police judiciaire (DPJ) ne l'interrogent sur son alibi. Et pour cause : ils ne savent pas de quoi il retourne. En urgence, Mes Bouzrou et Granier envoient un courrier au parquet de Paris pour obtenir des explications. Les policiers en font manifestement de même comme en atteste un procès-verbal rédigé jeudi après-midi par une capitaine du 2e DPJ : «Sommes avisés électroniquement par Madame L. de la réception d'un courrier adressé par Me Bouzrou au parquet de Paris en date du 6 décembre 2017. Madame L. nous indique que la section P20 n'a jamais été destinataire de ce courrier, sans raison connue».

La perte temporaire de la note n'est donc pas contestée. Le procès-verbal décrit ensuite le contenu de ce courrier vieux de près de deux mois. La réservation du billet d'avion fait enfin son entrée dans la procédure le 1er février à 15h45, à quelques minutes seulement de la confrontation entre Tariq Ramadan et son accusatrice. L'islamologue sera mis en examen et incarcéré le lendemain à l'issue de sa présentation devant les juges d'instruction sans que ce fameux alibi ne soit vérifié. Contacté, le parquet de Paris «ne souhaite pas faire de commentaire».

 

15:07 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Comment peut-on mettre un homme comme ça en prison sans preuves formelles ni autre témoignage que le récit de ces femmes? Quand on sait qu'il a pas mal d'ennemis, il y a de quoi s'interroger.

Écrit par : Djamel | 06/02/2018

"S’il est avéré que Tariq Ramadan a bien pris cet avion, est-ce suffisant pour lui servir d’alibi et discréditer le témoignage de son accusatrice ? Jusque-là, la plaignante est restée assez floue sur l’heure de son agression supposée. « Dans l’après-midi », « il faisait encore jour », a-t-elle déclaré aux enquêteurs. S’il a bien atterri à 18 h 35, Tariq Ramadan aurait pu parvenir à l’hôtel Hilton, dans le centre de Lyon, au mieux après 19 h 30."

http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2018/02/06/accuse-de-viols-tariq-ramadan-maintenu-en-detention-provisoire_5252671_1653578.html


A 19h30 ,il fait nuit déjà le 9 octbre .Maghreb tombe à 19H15 et Christelle dit qu'il faisait encore jour.Elle ment clairement !!

Écrit par : Djamila | 07/02/2018

Les commentaires sont fermés.