1959

08/04/2018

L'affaire Tariq Ramadan : appel international pour une action urgente

Chers partenaires internationaux,

 Nous mettons à votre disposition ces informations essentielles concernant l'affaire Tariq Ramadan. Elles vous aideront à prendre des mesures et à alerter vos électeurs, vos partenaires et les médias.

 Tariq Ramadan a subi un déni flagrant de procédure équitable de la part du système juridique français. Les enquêteurs judiciaires ainsi que les médias ont bafoué la présomption d'innocence, principe fondamental du droit français.

 Si les cas d'abus sexuels à l’encontre des femmes doivent être pris très sérieusement, ils doivent être confrontés devant un tribunal. Tariq Ramadan a déclaré qu'il était innocent des crimes dont on l’accuse et affirme son droit à bénéficier d’un traitement équitable. Compte tenu des irrégularités qui ont eu lieu jusqu’à présent, il y a des raisons de douter de l’impartialité dont font preuve médias et justice en France dans cette affaire.TARIQ 2.png

 Nous demandons à nos partenaires internationaux de dénoncer clairement ce qui s’assimile à une pure parodie de justice. Ci-joint les points clés de l'affaire.

 Cordialement,

 Le Comité de Défense de Tariq Ramadan 

MESSAGE CI-DESSOUS  : 


L'affaire Tariq Ramadan : appel international pour une action urgente

 Chers partenaires internationaux,

 Nous lançons cet appel pour vous demander de dénoncer clairement ce qui apparaît être une parodie de justice dans l'affaire Tariq Ramadan. Veuillez prendre connaissance des faits relatifs à cette affaire qui vous aideront à prendre des mesures et alerter vos électeurs/concitoyens, vos partenaires et les médias.

 Il ne nous appartient pas de juger ou non de la culpabilité de Tariq Ramadan. Néanmoins, et bien que nous respections pleinement le droit des plaignantes, nous réclamons le droit de Tariq Ramadan à bénéficier d’un procès juste et sérieux, qui ne se fera qu’au terme des investigations et d’une étude complète du dossier par les magistrats. 

  1. Détention provisoire, refus de caution

Le 20 octobre 2017, Mme Henda Ayari a porté plainte contre Tariq Ramadan au Bureau du procureur de Rouen. Pour des raisons inconnues, le fichier a été transféré au Bureau du procureur de Paris. Une deuxième plaignante, puis une troisième, connues sous les noms de "Christelle" et "Marie", se sont ensuite manifestées avec des allégations similaires.

 Le 31 janvier 2018, Tariq Ramadan s'est rendu à Paris, de son plein gré, pour se présenter aux enquêteurs. Il a été immédiatement incarcéré et a depuis été placé en détention provisoire.

 Dès la première audition, les incohérences et contradictions dans les témoignages des deux premières plaignantes signalées par l'équipe juridique de M. Ramadan ont été ignorées.

 Ensuite, Tariq Ramadan s’est vu refuser une demande de libération sous caution, alors que l'affaire était encore au stade d’enquête préliminaire. Les magistrats ont rejeté la proposition de la défense consistant en la remise du passeport suisse de Tariq Ramadan, le placement en résidence surveillée avec un dispositif de surveillance électronique et un pointage quotidien à la police.

  1. L’isolement, l’accès au courrier, l'accès au dossier judiciaire

Depuis son incarcération, Tariq Ramadan a été placé en isolement total. Pendant les premiers 45 jours, il a été privé de visites familiales et d'appels téléphoniques, un droit dont jouissent même les criminels de droit commun. Son courrier a été retenu et censuré sans motif valable. À plusieurs reprises, sa famille et l'équipe juridique n'ont pas été informées de ses transferts à l'hôpital. Les juges d'instruction lui ont refusé l'accès à son propre dossier judiciaire.

  1. Sclérose en plaques incompatible avec la détention

Sa sclérose en plaques, diagnostiquée depuis 2014, était sous contrôle grâce à un suivi  médical régulier et rigoureux. Depuis son incarcération, l’absence d’un traitement médical approprié a contribué à la progression rapide de la maladie. Même les procédures médicales, telles que le transport en ambulance, n'ont pas été respectées.

Neuf médecins ont confirmé le diagnostic de la sclérose en plaques, y compris le médecin en chef de la prison qui a même affirmé que l‘état de santé de Tariq Ramadan était incompatible avec l’incarcération. Ces rapports ont été mis en doute.

Afin de décider du maintien en détention de Tariq Ramadan, le tribunal nomme un expert chargé de l’examiner. Vingt minutes ont suffi à déclarer que la santé de ce dernier était compatible avec le maintien en détention ! Lorsque cet examen médical a été contesté par l'équipe juridique de Tariq Ramadan, les juges d'instruction ont été contraints d'ordonner un second examen. Leur rapport, initialement attendu le 31 mars, doit maintenant être rendu le 15 avril.

En attendant, Tariq Ramadan souffre d’importantes douleurs et éprouve de la difficulté à marcher. A plusieurs reprises, il a dû se rendre au parloir en fauteuil roulant. Le Consul suisse, qui a rendu visite à son concitoyen en prison, a été choqué par l'état de santé de ce dernier. En effet, il souffre d’intenses maux de tête, d’engourdissement des membres, de violentes crampes, de troubles du sommeil et de la mémoire. 

C’est pour dénoncer ces conditions que la Cour Européenne des Droits de l’Homme a été saisie par la défense de Tariq Ramadan. Le dossier est actuellement en cours d’instruction auprès de cette instance. 

Malgré tous ces recours, la famille de Tariq Ramadan s’inquiète de voir que ses symptômes s'aggravent chaque jour passé en détention. Ce traitement absolument dégradant se poursuit avec des risques de préjudices permanents. Comment Tariq Ramadan peut-il préparer sa défense dans de telles conditions ?

  1. Procès par les médias

Tariq Ramadan a été jugé et reconnu coupable dans les médias avant même que son procès ait commencé. Le personnage créé par les médias n'a aucune ressemblance avec l’homme largement respecté pour sa personnalité et son intégrité.

Les fuites d’informations, la distorsion et la manipulation de faits essentiels dans l'affaire indiquent que le véritable objectif de la campagne médiatique a été de désinformer. Les médias ont omis de signaler les déclarations contradictoires des plaignantes, tout comme ils ont placé sous silence la rencontre, en 2009, entre le magistrat français de haut rang Michel Debacq et la deuxième plaignante "Christelle" à la demande de Caroline Fourest et Antoine Sfeir, reconnus comme étant des islamophobes engagés et des ennemis de longue date de Tariq Ramadan.

Le juge Debacq, qui siège actuellement à la Cour de cassation française, n'a pas révélé son implication antérieure avec "Christelle". Par ailleurs, de hauts responsables politiques, dont un ancien premier ministre, se sont permis de dénigrer un homme qui n’a pas encore été jugé. Pendant ce temps, plusieurs ministres du gouvernement actuel, accusés de délits similaires, circulent librement sans être inquiétés et sont toujours en fonction.

  1. Contradictions dans les allégations des plaignantes

Les plaignantes n'ont avancé aucun élément de preuve pouvant étayer leurs accusations. Elles ont même fait des déclarations contradictoires aux enquêteurs et aux médias. Mme Ayari affirme qu'elle a cessé de contacter M. Ramadan en 2013. Or, les avocats de la défense ont découvert qu'elle lui avait envoyé près de 300 messages en 2014, soit quinze mois après le viol présumé. Elle a reconnu l’avoir contacté via Facebook dans le but de le séduire et le piéger. 

La deuxième plaignante, "Christelle" a admis à la police avoir créé de faux comptes sous le nom de Tariq Ramadan afin de diffuser de fausses informations. De plus, même si cette dernière a nié avoir été directement en contact avec Mme Ayari, l'enquête technique montre que les deux femmes ont quatre numéros en commun dont celui de Fiammetta Venner, la compagne de Mme Fourest. Entre mai et novembre 2017, "Christelle" a appelé ce numéro 116 fois et Mme Ayari 156 fois.

La troisième plaignante, "Marie", était une escort girl du Cheikh Maktoum, Premier Ministre des Emirats Arabes Unis (EAU) et souverain de l'émirat de Dubaï. Par ailleurs, elle a non seulement essayé de piéger une personnalité publique de haut rang, mais aussi d’escroquer son assurance par la déclaration de faux vols. La sœur de "Marie" a contacté Tariq Ramadan en 2014 et l'a averti que sa sœur essayait de le piéger avec un paparazzi, comme elle avait tenté de le faire avec Dominique Strauss-Kahn contre de l'argent au magazine Closer.

  1. Islamophobie

Il a été constamment et publiquement fait référence à l'appartenance religieuse de Tariq Ramadan, à ses origines et à sa lignée parentale, ce qui soulève de sérieuses questions sur le racisme, la discrimination et l'inégalité dans la société française. Justice ne sera pas rendue en utilisant l'affaire Tariq Ramadan pour attiser les flammes de l'islamophobie ou en se pliant à la politique de l'extrême-droite.

Appel urgent pour une procédure équitable

  1. Les autorités judiciaires françaises doivent respecter et garantir le droit de Tariq Ramadan à une procédure juridique équitable, complète et juste. Tariq Ramadan est innocent jusqu'à preuve du contraire. Parodie de justice n’est que déni de justice.
  2. Les autorités françaises doivent immédiatement libérer Tariq Ramadan pour lui permettre de se soigner et de préparer sa défense dans de bonnes conditions.

Si le déni d’une procédure équitable dans l'affaire Tariq Ramadan continue, les citoyens épris de justice concluront que les valeurs françaises traditionnelles de liberté, égalité et fraternité, ne s’appliquent pas à certaines catégories de la population.

La France se définira définitivement comme un pays au racisme et à l’islamophobie d’Etat. Les partisans du vivre-ensemble en prendront acte et lutteront, avec toute l’énergie et les moyens nécessaires, contre ces dérives aux relents d’un autre temps. Agissons donc ensemble, pour que l’histoire ne se répète pas...

Appel à l'action 

Nous vous demandons de faire tout votre possible pour aider à libérer Tariq Ramadan (Remarque : si les liens ci-dessous ne renvoient pas à la page indiquée, il faut les copier et les coller sur la barre d'adresses) :

 

 Veuillez utiliser ces informations pour informer vos réseaux et vos contacts médias.

Merci de votre solidarité et de votre soutien.       

 Le Comité de défense de Tariq Ramadan

 

 

16:22 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Je suis pour la justice équitable pour tous. Nous ne pouvons pas être défenseurs du système démocratique et fermer les yeux sur deux justices différentes envers les habitants du même pays... Je dénonce le traitement injuste infligé au Pr Tariq Ramadan depuis plus deux mois et demande à ce qu'il soit tout de suite libéré pour lui permettre de se défendre convenablement.

Écrit par : Abdul-Hassib Haider | 08/04/2018

salamoohalikoum nous avons envoyés ça
Bureau du Haut-Commissariat

Aux droits de l’homme

52 rue des Pâquis

CH-1201

Genève, suisse

Monsieur Zeid-Ra’ad Al Hussein Haut-Commissaire aux droits de l’homme,

Le collectif la loi de Thémis, se retourne vers vous dans l’urgence, pour demander une action rapide, les possibilités mises à notre disposition en France sont épuisées. Nous vous demandons de diligenter une enquête et de dépêcher une personne de votre bureau le plus rapidement possible.

Par la présente, je vous signale le cas d’un détenu qui dépéri de jour en jour, atteint d’une sclérose en plaques et d’une neuropathie, avant sa mise sous écrou il prenait un traitement qui empêchait la maladie d’évoluer. Mais depuis qu’il est en prison son état se dégrade sévèrement, malgré trois certificats de non-compatibilité, un médecin expert fut nommé par la chambre de l’instruction, est venu signer un certificat de compatibilité en quinze minutes sans avoir pratiqué une auscultation poussée de Monsieur Tariq Ramadan, sans avoir pris connaissance du dossier médical de celui-ci. Les droits aux soins de Monsieur Tariq Ramadan sont bafoués cela produit un effet néfaste sur son état de santé.

De surcroît depuis le début de l’affaire son droit à la présomption d’innocence est bafouée.

Le fait qu’il ne bénéficie pas d’une préventive en adéquation avec les maladies dont il souffre, laisse à la neuropathie et la sclérose en plaques carte blanche pour évoluer librement et pour créer des lésions neurologiques irréversibles. En ce moment, il est dans l’unité de santé de Fresnes alors que neuf médecins de l’hôpital la Pitié-Salpêtrière s’y étaient opposés fermement, mais le parquet de PARIS en a décidé autrement.

Monsieur Tariq RAMADAN a été transporté en voiture de police alors qu’il était prescrit par le corps hospitalier une Ambulance depuis son arrivée à EPSNF (Fresnes) 1 allée des Thuyas 94832 Fresnes cedex. Son état s’est dégradé fortement, il souffre de pertes de mémoire, il perd conscience, souffre de fortes migraines, se retrouve dans un fauteuil roulant pour venir aux parloirs, alors que le 2 février 2018, il est arrivé debout. Une personne attachée au consul de Suisse s’est rendue aux parloirs et dit êtres choquée de le retrouver dans un tel état, je vous demande de faire valloire l’article 3 de la convention européenne des Droits de l’homme en urgence.

Ainsi que l’article 9-1 du code de procédure pénale qui octroie des droits physiques et matériels.

Pour amener des preuves a décharges pour nos libertés pour notre bien commun.

[L]’article 3 [de la Convention européenne des droits de l’homme, qui interdit les traitements inhumains ou dégradants,] impose à l’État de s’assurer que tout prisonnier est détenu dans des conditions qui sont compatibles avec le respect de la dignité humaine, que les modalités d’exécution de la mesure ne soumettent pas l’intéressé à une détresse ou à une épreuve d’une intensité qui excède le niveau inévitable de souffrance inhérent à la détention et que, eu égard aux exigences pratiques de l’emprisonnement, la santé et le bien-être du prisonnier sont assurés de manière adéquate, notamment par l’administration des soins médicaux requis.

· Modifié par Loi n°2000-516 du 15 juin 2000 - art. 91 JORF 16 juin 2000

Chacun a droit au respect de la présomption d'innocence.

Lorsqu'une personne est, avant toute condamnation, présentée publiquement comme étant coupable de faits faisant l'objet d'une enquête ou d'une instruction judiciaire, le juge peut, même en référé, sans préjudice de la réparation du dommage subi, prescrire toutes mesures, telles que l'insertion d'une rectification ou la diffusion d'un communiqué, aux fins de faire cesser l'atteinte à la présomption d'innocence, et ce aux frais de la personne, physique ou morale, responsable de cette atteinte.

Veuillez agréer Monsieur le Haut-Commissaire des droits de L'homme, mes salutations les plus hautes. collectif La Loi De Thémis

Écrit par : Khadra ARABYA | 09/04/2018

Salam aleykoum
Je tiens à signaler qu'aucun lien ne marche
J'ai vu une vidéo de yamin Makri qui disait qu'il y avait 15 avocats,ténors du barreau,pas des sous-frires ,dans la partie adverse.Hallucinant !!! Il y a des gens haut placés qui cherchent à tout prix à garder Tariq Ramadan en prison coûte que coûte.C'est de l'acharnement judiciaire !!!
Allah ychfi et soutient Tariq Ramadan dans cette épreuve.Déjà gravement malade c'est compliqué alors en détention ça doit être insupportable

Écrit par : Djamila | 11/04/2018

(Remarque : si les liens ci-dessous ne renvoient pas à la page indiquée, il faut les copier et les coller sur la barre d'adresses) :

Écrit par : Hani Ramadan | 11/04/2018

Oui ,j'ai pensé à ça après frère Hani.Qu'Allah donne du courage à la famille de Tariq Ramadan.Allah ychfih et libère votre frère le plus vite possible

Écrit par : Djamila | 11/04/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.