1959

Persécutions à huis clos au Cachemire (sermon)

Imprimer

Le cœur du musulman ne peut être qu’attristé et affligé quand il observe quel est l’état de sa communauté : en Syrie, en Birmanie, au Yémen, en Palestine, en Egypte et ailleurs…

Et aujourd’hui au Cachemire. Des informations alarmantes nous sont parvenues : les forces armées venant de l’Inde sont entrées au Cachemire et ont complètement bouclé ce territoire où vivent des millions de musulmans. Tous les moyens de communication ont été bloqués. Les nationalistes hindous peuvent ainsi décider comme bon leur semble du sort de leurs victimes : hommes, femmes et enfants. Leur fanatisme est connu et il s’est plusieurs fois traduit par des actes de barbarie.

modi.jpg

Narendra Modi, un homme dangereux. Chaque fois que des ultranationalistes ont tenu à leur merci des communautés musulmanes, cela s'est traduit par la violence et les massacres. 

Le gouvernement Modi a remis en question l’autonomie de ce territoire à majorité musulmane. L’Inde est également inspirée par la Chine : elle a vu que ce pays pouvait persécuter les musulmans du Turkestan oriental  sans être inquiété : ni la communauté internationale, ni l’ONU, ni les gouvernements arabes n’ont assumé l’obligation qui leur incombait de s’opposer à cette injustice, qui vise clairement l’extermination d’un peuple par millions d’individus. Ces persécutions s’étendent aujourd’hui à l’Inde dans certaines de ses régions, et au-delà de sa frontière avec le Cachemire.

C’est toujours, mes frères et sœurs en Islam, la même histoire et le même scénario, qui se répètent ici et là. Les musulmans sont agressés de la façon la plus abominable, comprenant tortures et massacres à grande échelle. Certains parmi eux décident d’engager un combat de légitime défense, comme c’est le droit de tout homme sur terre. Lorsque donc des croyants pieux et courageux entreprennent de résister, ils sont accusés bientôt de terrorisme et de « djihadisme », expression qui se traduit par toutes sortes d’amalgames qui servent surtout les tortionnaires en place. A ce moment précis, la presse et les médias – qui sont largement dominés par les lobbies sionistes en général – entrent en action pour changer la donne de fond en comble : il n’est plus question de colonisation et de persécutions contre des peuples, mais du travail légitime que font les régimes en place pour nous débarrasser du terrorisme.

Cette histoire n’est-elle pas celle de la Palestine et de Gaza depuis plus de 60 ans ?

Cette histoire n’est-elle pas celle de la Syrie, où un peuple, bombardé depuis sept années,  a délibérément été abandonné à la merci du criminel Bachar ? Comme si le bourreau de Damas était désormais le seul sauveur susceptible de nous délivrer du terrorisme ? Tout se passe comme si les peuples musulmans n’existaient plus, et comme si la seule solution à la terreur était de recourir à la répression des dictateurs !

N’est-ce pas toujours la même histoire, celle qui nous parle de l’Egypte, où plus de 60 000 opposants au Coup d’Etat sont emprisonnés ? Répression qu’al-Sissi justifie en promettant qu’il viendra à bout des terroristes ?

Il ne fait aucun doute que la responsabilité des Etats arabes est immense, mais que pouvons-nous attendre de gouvernements traîtres inféodés au sionisme ? Leur plus grand désir, pour lequel ils se livrent même concurrence, est d’exaucer le moindre vœu émis par le gouvernement états-unien. Y compris l’achat d’armes pour détruire de leurs propres mains d’autres pays musulmans, et tuer des enfants innocents, comme au Yémen.

Que pouvons-nous attendre de Mohammed Ben Salmane, qui s’est rendu en Chine et qui a soutenu le régime de Pékin dans sa « lutte contre le terrorisme » : c’est ainsi que le peuple musulman du Turkestan oriental, que l’on empêche de prier, de pratiquer ses rites et dont on détruit les mosquées, est qualifié par ce prince incompétent de « terroriste » !

En Occident, ces informations nous viennent jour après jour. D’abord avec une certaine objectivité, en décrivant une situation où les musulmans sont en danger et exposés à être exterminés. Puis le style de l’information change, pour focaliser notre attention sur des regroupements djihadistes  - ces groupuscules qui sont ceux-là mêmes qui menacent l’Occident - . Donc, il n’y a aucun mal à ce qu’ils soient exterminés. Les millions d’individus qui constituent ces peuples sont oubliés. Ils n’existent plus et sont ainsi offerts en sacrifice à leurs tortionnaires.

Mes chers frères et sœurs en Islam,

Notre Prophète (Dieu le couvre de bénédictions et de paix) nous a rendus attentifs au fait que nous serions confrontés à des épreuves se succédant semblables à la nuit la plus sombre.

Il ne convient pas qu’un croyant désespère, même dans de telles circonstances, particulièrement éprouvantes.

Nous devons nous tourner vers Dieu, d’abord par nos invocations ;  et nous devons comprendre que c’est l’Islam qui est agressé de toute part, et non pas l’inverse, comme certains le prétendent.

« L’injustice sera ténèbres au Jour de la résurrection. » Or, l’obscurité ne se répand que par l’absence de lumière, tout comme l’erreur et l’imposture ne s’installent que par l’absence de vérité.

Le musulman authentique ne connaît pas le désespoir, parce que Dieu est son Maître, et en toute chose, Sa décision l’emporte ! Sa victoire viendra, voilà ce qui ne fait aucun doute.

Nous demandons à Allah qu’Il préserve nos frères, nos sœurs et nos enfants au Cachemire, en Syrie, au Yémen, en Palestine et partout dans le monde. Allâhumma âmîn !

 

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel