1959

PARUTION D'UN NOUVEAU LIVRE

Imprimer

Le croyant face aux épreuves.jpgQuelles que soient nos croyances ou nos convictions, nous sommes tous confrontés, d'une manière ou d'une autre, à de rudes épreuves. Dès lors, quelle attitude doit-on adopter face à ces situations de désarroi, de privation ou de souffrance ? Est-il possible de surmonter le pire ? Et de quelle façon ? Hani Ramadan tente de répondre à toutes ces questions et nous livre ici les clés précieuses qui aideront tout être humain éprouvé à traverser les moments difficiles.
Il nous rappelle les enseignements essentiels de l'islam qui montrent qu'il existe une solution pour chacun de nos problèmes, car "Dieu n'impose à une personne que ce qu'elle peut supporter." ; Coran, Sourate 2 La Vache, v. 286. Il suffit simplement de nous tourner avec sincérité et transparence vers nos âmes pour éveiller nos richesses intérieures, à savoir la lucidité, la patience et la persévérance.
Elles ne sont ni cachées, ni dissimulées. Ces dernières se révèlent à nous grâce à un approfondissement spirituel. Alors, l'homme goûte à la vie de l'âme, prend de la hauteur, et se tourne définitivement vers le Créateur.

Disponible :

http://www.orient-lib.com/A-56998-croyant-face-aux-epreuves-le-le-secret-de-la-vie.aspx

 

EXTRAIT :

J’ai le souvenir d’un récit que mon père, le Dr Saïd Ramadan, gendre de Hassan al-Bannâ – Dieu leur fasse miséricorde à tous deux –, m’a raconté. Alors qu’il assistait, lui et quelques autres, à un rassemblement des Frères musulmans, au temps où le mouvement avait le vent en poupe et ne rencontrait aucun obstacle, il était près de l’imam Hassan al-Bannâ, quand celui-ci fut saisi d’une forte émotion : il versa subitement quelques larmes et dit : « Je me demande ce que vous ferez, lorsqu’ils vous suspendront à des gibets de potence ! » Mon père ajouta : « Moi et les autres, nous nous regardions, et nous ne comprenions pas alors le sens de ces paroles ! »

Il faut savoir effectivement que Hassan al-Bannâ est mort le 12 février 1949, à l’âge de 42 ans et quelques mois, assassiné par ordre du gouvernement égyptien royaliste, et que Nasser n’ordonnera les premières pendaisons des Frères qu’en 1954. Sayyid Qutb a été exécuté de la même manière le 26 août 1966.

Autre extrait : 

http://haniramadan.blog.tdg.ch/archive/2016/01/05/l-epreuve-fait-partie-de-notre-condition-humaine-273080.html

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel