1959

Faisceau d’espoir (21/11/2014)

Voici une nouvelle fois un très beau poème que m’a remis MadameHania al-Mawri.

La foi, c’est une espérance sans limite, aussi pour celles et ceux qui sont atteints de cécité.

Avant de lire ce poème, fermez les yeux quelques instants et imaginez la condition de qui reste toujours dans cet état,

puis remercier le Créateur…

 

Faisceau d’espoir

 

 

Lorsque j’ai vu le jour, une éclipse

Voilait tous les champs de lumière.

Si je sens la douceur de l’astre lumineux,

Jamais de son coucher je n’ai vu la parure.

 

 

La nuit est sans aurore,

L’obscurité est mon berceau.

Un néant trouble pour tout décor

Enveloppe mon être et fait naître ces mots.

 

  

Pourtant autour de moi les saisons murmurent,

Les couleurs se dessinent au fil des promenades,

J’imagine le brun, le turquoise et le pourpre,

Palette unique, vibrant en mon esprit nomade.

 

 

Mes yeux lisent du bout des doigts,

Nous transportant à travers les âges,

Soulignant les traits de ton doux visage,

Mon enfant, il était une fois… 

 

 

Foi et amour ont su combler mon cœur,

Mon espoir, une lueur,

Au-delà de ce monde, que la peine s’efface…

Otant le voile, Majestueux,

Je remplirai mes yeux

De la beauté sublime de Ta Face.

 

15:10 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |