1959

  • Le miel, la nigelle et la Covid

    Imprimer

    On se rappellera que le Coran parle des vertus médicinales du miel :

    « [Et voilà] ce que ton Seigneur révéla (awhâ) aux abeilles : "Prenez des demeures dans les montagnes, les arbres, et les treillages que [les hommes] font. Puis mangez de toute espèce de fruits, et suivez les voies de votre Seigneur, rendus faciles pour vous." De leur ventre, sort une liqueur, aux couleurs variées, dans laquelle il y a guérison pour les gens. Il y a vraiment là un signe pour des gens qui réfléchissent. »  (Coran, 16, 68-69)

    Et on se rappellera aussi ce que le Prophète Muhammad (Dieu le couvre de bénédictions et de paix) a dit en désignant la nigelle :

     « Cette graine noire est une guérison pour toute maladie, sauf la mort. » (Parole authentique rapportée par al-Bukhârî)

    nigelle.jpg

    La nigelle cultivée ou cumin noir

    Lire donc :

     La nigelle et le miel : un incroyable traitement anti-COVID !

    par Emilien Lacombe

    La nigelle et le miel : un incroyable traitement anti-COVID ! (infodujour.fr)

    Extrait : « L’un des principes actifs de Nigella Sativa est la Thymoquinone (TQ). En transitant vers les cellules infectées, la thymoquinone peut se lier à l’enveloppe lipophile du virus SARS-CoV-2 en raison de sa nature hydrophobe et, ainsi, l’inhiber. Elle a démontré des activités anti-inflammatoires, anti-oxydantes, antitumorales et antimicrobiennes. Fait intéressant, la thymoquinone et l’extrait de Nigella sativa se sont révélés efficaces contre le virus de la grippe aviaire (H9N2 AIV) et un modèle d’infection à cytomégalovirus murin. Le traitement des cellules avec de l’extrait de Nigella sativa avant l’infection par le coronavirus diminue la réplication du virus. De plus, l’analyse de l’expression génique des protéines potentielles des récepteurs transitoires (TRP) a montré une réduction des charges virales lors des traitements d’extraits, ce qui peut diminuer la survie des coronavirus à l’intérieur des cellules. » 

    À méditer.

  • Un chemin vers le Paradis : le savoir (texte et audios)

    Imprimer

    Et appel pour la libération du Dr Salman al-‘Ûda, et des savants enfermés injustement en Arabie Saoudite

    Salman al-‘Ûda.jpg 2.jpg

    En français : www.cige.org/Sermons/UnCheminVersLeParadis-LeSavoir-f.mp3   5 minutes 11

    En arabe : www.cige.org/Sermons/UnCheminVersLeParadis-LeSavoir-a.mp3  4 minutes 50

     

     Chers amis et amies,

    Mes chers frères et sœurs en Islam,

    La grande affaire, pour tout musulman et toute musulmane, c’est de pouvoir, au terme de notre vie, entrer au Paradis. Notre Prophète (Dieu le couvre de bénédictions et de paix), dont la venue est pour nous une miséricorde, nous a indiqué qu’il existe plusieurs actions qui mènent au Paradis, et parmi celles-ci, il y a le fait de se mettre en quête de savoir.

    D’après Abû Hurayra – que Dieu soit Satisfait de lui – le Messager de Dieu a dit : « Celui qui emprunte un chemin en quête d’une connaissance, Dieu lui facilite l’accès au Paradis. » (Muslim)

    C’est par la connaissance que l’homme se rapproche le plus de Dieu. Celui donc qui emprunte cette voie, et qui n’en dévie pas, arrive à Dieu et au Paradis par le plus court chemin.

    On ne peut connaître Dieu, en effet, et obtenir Son agrément, et se rapprocher de Lui, et vivre dans Son voisinage dans l’au-delà, sinon par l’acquisition des connaissances utiles, avec lesquelles Dieu a envoyé Ses Messagers, et qui sont comprises dans Ses Livres révélés. Par ce savoir, l’homme est conduit à Dieu ; et par ce savoir, l’homme parvient à reconnaître son chemin, au milieu des ténèbres de l’ignorance et du doute.

    Cette voie dans la quête de la connaissance, entre dans le sens premier du terme « chemin » : il signifie que nous devons faire un effort pour nous rendre à pied là où se trouvent les cercles de savoir. Mais on peut le comprendre aussi dans son sens large, qui renvoie à tout ce qui est relatif à l’acquisition des savoirs, comme le fait d’étudier, d’assimiler des connaissances, de faire des recherches, d’écrire, de s’instruire et de comprendre, et ainsi pour toute activité qui s’inscrit dans la volonté de connaître.

    D’après Anas – que Dieu soit Satisfait de lui –, le Messager de Dieu (Dieu le couvre de bénédictions et de paix) a dit : « Lorsque vous passez près des jardins du Paradis, mangez-en (les fruits) en abondance ! » On dit : « Et que sont les jardins du Paradis, Ô Messager de Dieu ? » Il répondit : « Les cercles de rappel. » (Hadith rapporté par at-Tirmidhî, et authentifié par le savant al-Albânî comme étant de bonne authenticité – hasan –)

     

    Selon le savant Ahmad ‘Abdu -r-Rahmân al-Bannâ, ce hadith est pour nous un encouragement à entrer dans ces jardins, pour y recevoir une immense rétribution et avoir accès aux jardins des délices. Ce hadith comprend une incitation à « pratiquer le rappel (le dhikr), et à participer aux réunions de ceux qui se réunissent pour mentionner Dieu. Le terme dhikr englobe ici tout ce qui conduit à se souvenir de Dieu – à Lui la Puissance et la Majesté –, comme le fait de lire le Coran, d’étudier, de glorifier Dieu et de proclamer son unicité, et ainsi pour toute action comparable. » (Ahmad al-Bannâ, Al-Fat’h ar-Rabbânî, 14/204)

     ‘Abdu -Llâh Ibn ‘Amr – que Dieu soit Satisfait de lui et de son père – rapporte qu’il a demandé au Prophète (Dieu le couvre de bénédictions et de paix) : « Ô Messager de Dieu ! Quel est le butin des assemblées de rappel ? » Il répondit : Le butin des assemblées de rappel est le Paradis. » (Hadith rapporté par Ahmad, et authentifié par le savant al-Albânî comme étant de bonne authenticité – hasan –)

    Mes chers frères et chères sœurs en Islam,

    Comme nous devons accorder une importance particulière au savoir, qui est l’une des voies qui donnent accès au Paradis, notamment par le fait qu’il nous permet de distinguer le bien du mal et le licite de l’illicite ; de la même façon, nous devons montrer le plus grand respect pour nos savants qui ont pour fonction de nous indiquer la voie à suivre afin d’être guidés. Particulièrement ceux qui se sont tenus face à des chefs tyranniques, et qui pour cela en ont subi les conséquences, persécutés pour leurs opinions. Parmi ceux-là, j’aimerais évoquer aujourd’hui le nom de Salman al-‘Ûda – Qu’Allah le protège –, qui est emprisonné en Arabie Saoudite, et cela injustement depuis septembre 2017 jusqu’à nos jours, parce qu’il a refusé de soutenir entièrement le régime agressif de Muhammad Ibn Salman.

    Nous ne devons pas l’oublier, lui et ses frères qui subissent le même sort. Nous devons invoquer Dieu pour eux.

    Nous demandons à Allah – Exalté soit-Il – qu’Il le libère, qu’Il le guérisse, qu’Il allège pour lui les souffrances liées à son incarcération, et qu’Il fasse que son savoir soit utile aux hommes. Allâhumma âmîn !

    Lire la suite