1959

  • Paroles du vendredi

    Imprimer

    « Education morale de nos enfants : la véracité »

    (20+) Facebook

    Paroles du Vendredi: ”Education morale de nos enfants: la véracité” - YouTube 

    « Education morale de nos enfants : la correction du langage »

    (20+) Facebook

    Paroles du Vendredi: "Education morale de nos enfants: la correction du langage" - YouTube

     

    couleur-mer-bleue.jpg

    BONNE SEMAINE !

     

  • Non à l’islamophobie

    Imprimer

    Attaque terroriste contre une famille musulmane au Canada[1]

    Cela n’est désormais un secret pour personne : l’islamophobie gagne du terrain en Occident, et ses conséquences sont désastreuses.

    Premièrement, elle conduit des individus à commettre des « attaques terroristes » contre des civils musulmans. C’est ainsi que le premier ministre canadien, Justin Trudeau, a qualifié la tuerie perpétrée ce 6 juin 2021 contre une famille musulmane dans le sud de l’Ontario.  Quatre personnes tuées, et un enfant grièvement blessé.  Le maire de London (Ontario), Monsieur Holder, a déclaré : « Soyons clairs, il s’agit d’une tuerie de masse perpétrée contre des musulmans, contre des Londoniens, enracinée dans une haine indescriptible. »

    Deuxièmement, l’islamophobie se propage à travers les médias et une certaine presse qui distillent à doses répétées, semaine après semaine, le sentiment que l’islam et les musulmans représentent un danger qu’il faut éliminer à la racine. Et ceux qui sont gagnés par ce sentiment nocif ne parviennent plus à nuancer leur approche d’une réalité qui leur échappe. Ils se figurent le monstre que l’on ne cesse de leur décrire, et que désormais ils projettent comme étant l’ennemi.

    À cela s’ajoute, troisièmement, la lâcheté de ceux qui se servent de la peur de l’islam comme d’un argument politique pour gagner des voix. En France, par exemple, on provoque le séparatisme que l’on prétend combattre en considérant les pratiques religieuses comme une forme de radicalisation. En Suisse, le peuple en grand nombre n’a guère fait mieux, en confondant minarets et missiles, en s’engouffrant dans toute sorte de manœuvres menées par les partis d’extrême-droite pour restreindre les droits des musulmanes et les empêcher de vivre selon leurs convictions. Ou encore, en remettant en cause le droit à la présomption d’innocence pour prévenir le terrorisme, proposition envisageable en climat islamophobe quand les cibles désignées sont les musulmans.

    Enfin, il est ahurissant d’observer que les records d’audience servent de justification à l’octroi de tribunes médiatiques à ceux qui propagent cette haine, et dont on défend la prétendue audace au nom de la liberté d’expression. Mais de quelle liberté parle-t-on ? Celle d’étaler une obsession qui traduit une volonté de guerre civile, comme le fait Zemmour, plusieurs fois condamné pour appel à la haine, et qui cependant s’exprime partout à la télévision et dans la presse afin de vomir son exécration, et mobiliser ceux qui bientôt passeront à l’acte ?

    Du Canada s’élève une voix qui nous invite à revenir à la raison, à privilégier le dialogue. Elle fait écho à celle qui nous était parvenue de Nouvelle-Zélande, où l’ensemble des citoyens ont eu l’intelligence de s’unir contre la violence et de respecter les convictions de chacun.

    Il faut mettre un terme à l’islamophobie. Un terme à l’ignorance qui engendre la peur.

    Hani Ramadan

    Les quatre victimes mortes dans l'attaque posaient il y a quelque temps pour une photo de famille dans un parc.

    Salman Afzaal, 46 ans, sa femme Madiha Salman, 44 ans, leur fille Yumna Afzaal, 15 ans, et la mère de Salman Afzaal, Talat Afzaal, 74 ans, ont tous été tués après avoir été percutés par un camion noir alors qu'ils se promenaient sur le chemin Hyde Park, dimanche soir, à London.

    Discours de Justin Trudeau

    https://video.lefigaro.fr/figaro/video/partager/6257938252001

    [1] Je n’ai par ailleurs vu aucune couverture médiatique dans notre presse locale. Pourtant, il s’agit d’un événement d’une grande importance :

     « La police de London avait affirmé lundi que le suspect, Nathaniel Veltman, 20 ans, avait délibérément foncé sur une famille musulmane avec son pick-up dans le cadre d'un acte "prémédité et planifié, motivé par la haine".

    L'attaque a coûté la vie à trois générations de la famille Afzaal, originaire du Pakistan: Madiha, 44 ans, étudiante doctorante dans le domaine de l'environnement, son mari Salman, 46 ans, leur fille Yumna, 15 ans, et la grand-mère, âgée de 74 ans, selon un communiqué de la famille. Le fils du couple, âgé de neuf ans, a été grièvement blessé, mais ses jours ne sont pas en danger.

    Elle a également ravivé le souvenir douloureux d'une fusillade de masse dans une mosquée de Québec en janvier 2017, considérée comme l'une des pires attaques du genre dans un pays occidental, avant celle de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, en 2019. » Hommage de milliers de Canadiens à une famille musulmane tuée - Le Point

     

     

  • Quelques arguments fallacieux et le Hamas

    Imprimer

    Il est bon de mettre en avant certaines choses qu’il ne faut en aucun cas oublier lorsque l’on parle du « conflit israélo-palestinien »[1].

     Image

    "Ils n'étaient que des enfants"

    Image de 67 victimes civiles de moins de 18 ans massacrées par Tsahal.

     

    D’abord, il ne convient pas de parler de « spirale de la violence », terme qui permet faussement de faire l’économie de la désignation des premiers coupables. La vérité est que le sionisme, défiant le droit international, se livre depuis 1948 jusqu’à nos jours à des agressions multiples. Les dernières en date sont la violence armée exercée par des militaires et des policiers, souillant de leurs bottes la Mosquée Al-Aqsâ à Jérusalem, tuant et blessant des civils. A quoi il faut ajouter les expropriations illégales conduites par des colons à Cheikh Jarrah. Nous n’avons donc pas affaire à une « spirale », mais à un agresseur et un agressé, un colonisateur qui poursuit sa colonisation et un peuple colonisé. L’Etat d’Israël est entièrement responsable du cycle meurtrier dont les civils palestiniens sont les cibles habituelles. Comparer les bombardements de Tsahal et les lancements de roquettes du Hamas relève d’une hypocrisie consommée. C’est pourtant l’argument que des journalistes et des commentateurs de l’actualité nous servent à longueurs d’articles et d’émissions télévisées, en dépit du bon sens.

    Ensuite, la question mérite d’être posée : qui sont réellement les terroristes dans cette affaire ? Ceux qui détruisent un pays, volent des terres et expulsent des habitants de leurs maisons, ou ceux qui choisissent de résister par la légitime défense ? Autre hypocrisie journalistique de notre temps : faire passer le résistant pour un terroriste, et le terrorisme d’Etat appuyant la colonisation pour une posture désormais acquise et admise. Pourtant, les peuples ne s’y trompent pas, eux, et les manifestations qui se produisent partout dans le monde en faveur des Palestiniens disent d’une même voix : Assez ! Nous en avons assez de votre veulerie et de votre asservissement aux lobbies sionistes qui dominent votre presse, vos médias et vos politiques en mal de reconnaissance. ASSEZ !

    De plus, comme l’a très bien relevé un député belge, si quelqu’un venait chez vous en prétendant que c’est ici chez lui, vous mettant à la rue et vous condamnant à errer sans fin d’une rue pilonnée à l’autre, que feriez-vous ? Et si de surcroît cet agresseur tuait et emprisonnait dans la cour et les caves de votre immeuble, sans retenue, ceux qui persistent à vouloir rester ou revenir chez eux, n’auriez-vous pas le courage de décider de rendre la vie impossible à tous ces faux voisins, qui se réjouissent en famille au coin du feu, alors que les vôtres sont à la rue, les pieds dans la boue et exposés au grand froid ?

    Un dernier argument fallacieux viendra s’ajouter encore : vous oubliez que le Hamas veut l’anéantissement des juifs ! Ce qui est faux. Les dirigeants de ce mouvement s’entendent parfaitement avec tous les juifs antisionistes qui dénoncent les exactions commises comme étant contraires aux enseignements de la Torah. Le Hamas sait, tout comme les analystes perspicaces de la situation, tout comme le dit clairement la charte du Likoud, que jamais un Etat palestinien indépendant ne pourra voir le jour quand la colonisation se poursuit.

    Voilà le nœud du problème. Et tant que la « communauté internationale » ne sanctionne pas réellement les premiers responsables de la violence, elle est lamentablement complice, et elle ferait mieux de se taire devant la bravoure d’un peuple qui se défend non par fanatisme, mais par justice.

    Hani Ramadan

     

    Voir (4 :57) :

    Pourquoi parle-t-on toujours de conflit “israélo-palestinien” ?

    “Frappes aériennes” ou “bombardements” ? “Expulsions” ou “nettoyage ethnique” ? https://www.facebook.com/watch/?v=548594489484570

     

    [1] Cette expression elle-même n’est sans doute pas appropriée, parce que les violences dans la région sont la conséquence de la colonisation. Voir la vidéo en fin d’article.    

     

  • NON à la loi antiterroriste !

    Imprimer

    Hani Ramadan: à propos de la loi antiterroriste et des votations du 13 juin 2021

    OPINION. La Suisse serait bien inspirée de ne pas suivre une logique qui tend vers un «risque d’arbitraire», au nom d’un impératif «de sécurité», écrit Hani Ramadan, directeur du Centre islamique de Genève

    Hani Ramadan: à propos de la loi antiterroriste et des votations du 13 juin 2021 - Le Temps